M+ supplément thématique : « Mulhouse l'Épopée, Vos rendez-vous »
Suivez-nous :

Appli : Facilitez-vous la vie en téléchargeant l'appli

Mulhouse 019 : « Montrer que l’art contemporain n’est pas élitiste ! » | M+ Mulhouse

Mulhouse 019 : « Montrer que l’art contemporain n’est pas élitiste ! »

5 juin 2019 à 15h53 par 9720

Biennale Mulhouse 019 et son OFF, expositions à la Kunsthalle, à La Filature et au Musée des Beaux-arts, festival des arts urbains au Noumatrouff… L’art contemporain se conjugue à tous les temps, ce week-end !

Evénement consacré à la jeune création dans l’art contemporain, la biennale Mulhouse019 fait son retour à Mulhouse, ce week-end. « L’objectif est de présenter de jeunes artistes issus des écoles d’art européennes, diplômés depuis moins de deux ans », expose l’adjoint au maire délégué à la Culture, Michel Samuel-Weis. Ainsi, dès vendredi soir et jusqu’à mardi, ce sont quelque 80 jeunes artistes issus d’une quarantaine d’écoles d’art européennes qui investiront le Parc Expo, pour y présenter leurs créations, donnant au public un aperçu de la création contemporaine.

« Mulhouse existe sur la carte de France de l’art contemporain »

« Aujourd’hui, Mulhouse existe sur la carte de France de l’art contemporain, grâce à la HEAR, à La Kunsthalle, ainsi qu’à Mulhouse 00, qui est devenue un passage obligé pour les jeunes artistes français », poursuit Michel Samuel-Weis. Parmi les 80 artistes sélectionnés, la majorité est désignée directement par les écoles d’art, 20% des exposants étant des candidats libres, sélectionnés par le jury de la biennale. Ce dernier, présidé par le critique d’art Fabrice Bousteau, décernera également le Prix de la jeune création à l’occasion de la biennale.

Art contemporain et art urbain

Thomas IttyCette année, le festival Mécaniques urbaines aura lieu au Noumatrouff.

En parallèle de cette exposition de cinq jours, qui précède Art Basel la foire d’art de Bâle, de nombreux événements culturels feront de la Cité du Bollwerk la capitale de l’art contemporain, le temps du week-end. Après le vernissage de la biennale, vendredi soir, place au festival Mécaniques urbaines consacré aux arts urbains (ven. de 20h à minuit, sam. de 14h à minuit et dim. de 12h à 17h), ainsi qu’à la soirée Punisher Party, le tout au Noumatrouff. « L’art urbain n’est pas contradictoire avec la volonté d’afficher Mulhouse comme une ville d’art contemporain, analyse l’adjoint à la Culture. Les deux ne sont pas incompatibles ! »

Expositions et concert

Samedi, c’est un véritable marathon de la création qui s’offre aux amateurs d’art et à tous les curieux, avec le vernissage de l’exposition Glissements progressifs du récit à La Filature (11h), celui de l’exposition Discipline, qui rassemble une douzaine d’étudiants de la HEAR au Séchoir (18h), ainsi que le concert de Napoleon Da Legend au Noumatrouff (22h), toujours dans le cadre de Mécaniques urbaines. Dimanche, place au vernissage de l’exposition des lauréats de Mulhouse 017, Boryana Petkova et Cédric Esturillo Cacciarella, au Musée des Beaux-arts (11h).

Le OFF investit l’espace public

Comme chaque année depuis cinq ans, l’association Mulhouse art contemporain organise, en parallèle de la biennale, son OFF, qui permet également à deux artistes d’investir le domaine public. « Cette année, nous essayons d’interroger l’espace public en mettant en avant l’art contemporain là où les gens ne l’attendent pas forcément », confie Dominique Bannwarth, le président de Mulhouse art contemporain. En l’occurrence, les artistes Jean-Baptiste Friquet et Jérémy Ledda ont créé des vidéos qui seront diffusées sur les panneaux d’affichage numériques de la Ville (du 10 au 17 juin). « Avec ces vidéos de 10 secondes au format vertical, l’art contemporain fera irruption dans l’univers publicitaire et la temporalité de la ville », poursuit Dominique Bannwarth.

Basim Magdy à La Kunsthalle

DR

Enfin, last but not least, La Kunsthalle propose, elle aussi, une nouvelle exposition, à partir de ce mercredi soir et jusqu’au 25 août prochain : « Un Paon et un Hippopotame se lancent dans un débat existentiel ». Pour l’occasion, c’est l’artiste égyptien installé à Bâle, Basim Magdy, qui s’est emparé du lieu d’exposition de la Fonderie. « L’exposition a été construite pour le lieu, explique Sandrine Wymann, la directrice de La Kunsthalle. Certaines œuvres ont été produites spécifiquement pour cette exposition, qui rassemble des vidéos, de la photographie, de la peinture et même un plateau de jeu à destination des visiteurs. » Ce long week-end, placé sous le signe de l’art contemporain, est l’occasion pour les différents acteurs de relever un défi : « Montrer que l’art contemporain n’est pas élitiste », conclut Dominique Bannwarth.

Téléchargez le programme complet.

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR