M+ supplément thématique : « Mulhouse l'Épopée, Vos rendez-vous »
Suivez-nous :

Appli : Facilitez-vous la vie en téléchargeant l'appli

La fresque Les Mulhousiens retrouve sa jeunesse | M+ Mulhouse

La fresque Les Mulhousiens retrouve sa jeunesse

5 septembre 2017 à 17h39 par 4000

Durant 15 jours cet été, toute la famille Rieti s’est retrouvée Cour des chaînes pour restaurer les murs peints par Fabio Rieti en 1991. La fresque « Les Mulhousiens », présente dans tous les guides touristiques, a aujourd’hui retrouvé ses couleurs initiales pour le plus grand bonheur des passants.

Après plus de 15 ans de vie, la fresque Les Mulhousiens, qui allie trompe-l’oeil et marouflage (collage de toiles peintes) avait grand besoin d’un coup de jeune.

« On l’attendait tous depuis de longues années, relate Catherine Rapp, adjointe à l’Urbanisme, lors de l’inauguration. Cette fresque est un élément du patrimoine mulhousien et les passants demandaient sa restauration depuis longtemps ! »

Une affaire de famille

Deux questions à Leonor Rieti

Comment êtes-vous arrivée au même métier que votre père ?
Je suis tombée dedans toute petite et la transmission a été naturelle. Travailler sur le vif avec quelqu’un qui sait dessiner, c’est la meilleure des écoles. J’ai démarré comme assistante de mon père et nous avons très vite été au même niveau, nous apprenant des choses l’un à l’autre.

Travailler avec son père et sa fille, c’est compliqué ? Comment chacun trouve-t-il sa place ?
Il faut bien s’entendre, et c’est le cas ! C’est très agréable. Et nous sommes complémentaires. Aujourd’hui, Louys gère l’informatique, la communication et les réseaux sociaux et je m’occupe des rencontres. Louys se débrouille très bien, elle est autodidacte. Elle apprend de mon expérience, mais fait par elle-même.

C’est aujourd’hui chose faite, grâce au partenariat de la Ville de Mulhouse, de la Somco (propriétaire du bâtiment de gauche) et de la famille Rieti.
A 92 ans, l’auteur de la fresque n’a pu réaliser lui-même la restauration. Il l’a laissée à sa fille Leonor et à sa petite-fille Louys…, mais les a accompagnées le temps de la restauration. « C’est un honneur de refaire ces murs pour Fabio avec qui je travaille depuis plus de 40 ans », confie Leonor Rieti.

Fabio Rieti est un nom connu dans le monde de l’art mural urbain. On retrouve ses réalisations mosaïques à Courbevoie et Nanterre, ses fresques murales à Paris, Dunkerque, Le Mans, Nice, Marseille, Juan les Pins… A Mulhouse, l’artiste a laissé son empreinte dans trois lieux : Cour des chaînes, sur le pignon de l’école Grand’Rue avec « la Bugatti » et derrière la Tour du Bollwerk, avec ses fenêtres en trompe l’oeil.

Une fresque pleine d’histoires

La fresque Les Mulhousiens présente huit fenêtres révêlant chacune une personne célèbre de la cité :

Sur le mur de gauche

  1. André Koechlin (1789-1875), créateur des ateliers de construction mécanique, qui deviendront la SACM en 1872,
  2. Mathieu Mieg (1756-1840), industriel, peintre et écrivain mulhousien,
  3. les fondateurs de la 1ère manufacture de toiles peintes en 1746 : Samuel Koechlin (1719-1776), le financier, Jean Jacques Schmalzer (1721-1797), le technicien et Jean-Henri Dollfus (1724-1802), l’artiste. Les fondateurs y présentent un cachemire.
  4. Mathieu Mieg âgé (1756-1840),
    dessous : Martin Brustlein, capitaine des troupes mulhousiennes alliées aux confédérés suisses, héros de la bataille de Pavie en 1512.Sur le mur de droite  :
  5. Le capitaine Dreyfus (1859-1935),
  6. Josué Hofer (1721-1798) et sa petite fille Henriette Reber, née le 15 mars 1798, jour du rattachement de Mulhouse à la France,
  7. Jean-Henri Lambert (1728-1777), mathématicien cosmographe né à Mulhouse en 1728,
  8. Nicolas Koechlin (1781-1852), fondateur de la ligne de chemin de fer Strasbourg – Bâle en 1844 et du « Nouveau Quartier » et Jean Dollfus (1800-1888), directeur de DMC,
  9. et dessous, le « Milhüserwagges », le gavroche mulhousien.

Léonor, la fille de Fabio Rieti, devant la fresque

Nouveauté 2017

A l’initiative de l’artiste, Louys, sa petite fille, a représenté Fabio Rieti dans un jeu de mise en abyme en train de peindre l’oeuvre (en bas du mur gauche, sous le porche).

 

Coût : 35 000 € TTC pour la Ville de Mulhouse, dont 5 500 € de participation de la Somco.

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR