Suivez-nous :
Sobriété énergétique, logistique urbaine… L’essentiel du conseil municipal de Mulhouse | M+ Mulhouse

Sobriété énergétique, logistique urbaine… L’essentiel du conseil municipal de Mulhouse

3 février 2023 à 15h11 par 1 0260

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 7 minutes

Mouvements au sein du conseil municipal, sobriété énergétique, développement de la logistique urbaine, tourisme fluvestre, hommage au capitaine Pierre-Emmanuel Bockel… Retour sur la séance du conseil municipal de ce jeudi 2 février.

Après avoir adressé ses vœux aux élus, à l’occasion du premier conseil municipal de l’année, le maire Michèle Lutz a dressé un bilan rapide de la nuit de la Saint-Sylvestre, qui « a été bien contrôlée sur le territoire de la ville de Mulhouse. On a pu relever quelques tensions dans certains secteurs du quartier de Bourtzwiller, rapidement endiguées par le déploiement de l’escadron mobile de Gendarmerie et la parfaite coordination, une fois de plus, entre la Police nationale et la Police municipale. À nouveau, le travail partenarial d’anticipation des difficultés et les actions d’animation mises en place dans les quartiers se sont révélés efficaces. » Toujours en préambule à cette séance, Michèle Lutz a évoqué la réforme des retraites, tout en rappelant qu’une séance de conseil municipal n’est pas le lieu pour évoquer le fond de cette réforme. Enfin, concernant la décision de Jean Rottner de démissionner de tous ses mandats politiques, le maire a anticipé les nombreuses critiques : « Il s’agit avant tout d’une décision personnelle. Dans ce cadre-là, je considère que ça ne se commente pas. »

Installation de deux conseillères municipales et d’un adjoint

La démission du 1er adjoint Jean Rottner, tout comme celle de la conseillère municipale Nina Cormier ont justement été parmi les premiers points à l’ordre du jour, avec l’installation de deux conseillères municipales. Le premier est remplacé par Rose-Marie Durrwell (Mulhouse En Grand), Agnès Schneider (Mulhouse Cause Commune) remplace la seconde. Alain Couchot endosse désormais le rôle de premier adjoint au maire, tandis que Florian Colom reprend son poste de 3e adjoint au maire. A noter également que, suite à ces changements, le conseil municipal a décidé de supprimer un poste d’adjoint au maire, ce qui porte désormais leur nombre à 19. Après une première heure de débats plutôt houleuse, la suite de ce conseil municipal a gagné en sérénité, malheureusement après le départ des lycéens et des membres du Conseil des ados venus assister à cette séance.

De nouvelles actions pour le plan de sobriété énergétique

La Ville a officiellement signé la charte d’engagement EcoWatt, portée par Réseau et transport d’électricité (RTE) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), visant à mieux maîtriser la consommation électrique en France. Fonctionnant comme une véritable météo de l’électricité, EcoWatt, disponible notamment en application (www.monecowatt.fr), indique via un code couleur simple (vert, orange, rouge) le niveau d’électricité disponible en temps réel et permet ainsi à chacun d’adapter sa consommation, particulièrement aux heures de pointe (de 8h à 13h et de 18h à 20h). « Si les coupures d’électricité ne sont, a priori, pas d’actualité pour le moment, ce dispositif permet à chacun d’agir, à son niveau, et nous permet aussi, au niveau de la Ville, de poursuivre nos actions en faveur de la sobriété énergétique, explique Catherine Rapp, adjointe au maire déléguée au Développement durable et aux Energies. La Ville n’a pas attendu ce dispositif pour agir, avec, notamment, la mise en place d’un plan de sobriété énergétique, en octobre dernier, avec des engagements forts. »

Cliquez sur la carte pour voir l’ensemble des secteurs concernés par l’extinction nocturne de l’éclairage public.

L’extinction de l’éclairage public s’étend

Ce plan de sobriété, qui vise à une économie d’énergie globale de 10% et dont M+ a déjà détaillé l’ensemble des mesures, comprend plusieurs volets avec des mesures immédiates comme l’extinction de l’affichage publicitaire la nuit, la baisse du chauffage dans les bâtiments publics (administration, écoles, gymnases…) ou la diminution de l’intensité de l’éclairage public et même son extinction complète dans certains secteurs… Ces mesures sont désormais étendues : en plus des secteurs déjà concernés par l’extinction nocturne, totale ou partielle, de l’éclairage public, depuis le 15 novembre, l’éclairage sera également coupé, de 23h30 à 5h30, dans le secteur des musées de la Mer Rouge (Cité du train-Electropolis-rue du Pâturage), sur le quai des Cigognes, le parking du Zoo et sur la dalle du marché (allumé de 3h30 à 6h les jours de marché). « Ces extinctions ne concernent que quelques axes pour l’instant, mais nous souhaitons aller plus loin, souligne Catherine Rapp. Nous suivons le développement de cette première phase avant de nous prononcer. »

Un Plan lumière mis en œuvre de manière accélérée

Concernant l’extinction de l’affichage publicitaire, après celle, dans un premier temps, des affiches grands formats, les mobiliers urbains d’information sont désormais éteints de 1h à 6h et les abris voyageurs de 1h à 4h30. Mulhouse est ainsi l’une des premières villes françaises où JCDecaux déploie des horloges dans les mobiliers urbains publicitaires, anticipant de quatre mois l’application du décret portant sur l’extinction des publicités lumineuses. Parmi les autres mesures de ce plan de sobriété, on retrouve la sensibilisation de l’ensemble des usagers, des agents et des élus, ainsi qu’un volet d’actions à plus long terme avec la poursuite de la rénovation énergétique des bâtiments, le développement des mobilités douces et des réseaux de chaleur ou encore le Plan lumière. Doté d’un budget de plus de 20 millions d’euros, ce plan prévoit le passage en leds de tout l’éclairage public à Mulhouse, d’ici fin 2024, pour une économie de 60% de la consommation, soit un gain de 533 000€ chaque année. « Ce plan est prévu de longue date, et cette anticipation nous permet de le mettre en œuvre de manière accélérée, sur deux ans au lieu de trois comme cela avait été programmé, souligne Florian Colom, adjoint au maire délégué aux Finances. Cette démarche éco-responsable et environnementale est présente dans tous les aspects de l’action municipale, avec une volonté d’équilibre et de pragmatisme. »  

Dotation de soutien à l’investissement

La dotation de soutien à l’investissement local permet d’accompagner les investissements structurants dans les communes. À Mulhouse, plusieurs projets sont éligibles à ces financements de l’État en 2023 : aménagement d’un parc arboré en entrée du quartier Fonderie, rénovation et raccordement du groupe scolaire Haut-Poirier au réseau de chauffage urbain de l’Illberg, rénovation du gymnase Montaigne, Plan lumière, réalisation d’aménagements cyclables, piétonnisation du centre-ville (voir notre vidéo), ainsi que l’aménagement d’une cour d’école résiliente à l’école Illberg. Le montant global de ces chantiers est estimé à 16,7 millions d’euros, pour un financement potentiel par l’État pouvant aller jusqu’à 4,47 millions d’euros. « Dans tous nos projets, la dimension environnementale est importante, souligne Florian Colom. Notre politique municipale se définit par un mot clé : le bon sens ».

Développement de la logistique urbaine : « dernier km »

Un bon sens que l’on retrouve dans la 11e délibération, consistant à développer une logistique urbaine du « dernier kilomètre ». « Mulhouse est une ville qui offre des animations et une proposition commerciale et de services de qualité. Cette offre présuppose d’être approvisionnée et livrée dans le cadre d’un dispositif de logistique urbaine qui doit être cohérent avec les objectifs du projet municipal », explique l’adjoint au maire délégué au Commerce, Philippe Trimaille, en introduisant le projet de création d’une stratégie de logistique urbaine écoresponsable. Concrètement, cela se traduit par le lancement d’une étude en vue d’établir un projet sur-mesure de logistique urbaine décarbonée, en parallèle d’un appel à projets permettant de lancer un service de logistique urbaine utilisant la voie fluviale. « Il faut privilégier l’infrastructure publique qui s’y prête le mieux. En matière de transport de marchandises, la voie d’eau est l’espace qui se prête le mieux à la massification, grâce à laquelle l’impact environnemental est le plus faible à la tonne transportée, tout en libérant la voirie de l’encombrement généré par les véhicules de transport terrestres. Un convoi fluvial, sur un canal du gabarit de celui qui traverse Mulhouse, peut transformer un tonnage équivalent à 150 camionnettes, à chaque rotation. Si on ajoute que la distribution au destinataire finale peut se faire en vélo cargo et que le propulseur du convoi fluvial peut être électrique, alors nous pouvons être convaincus que le fluvial est un levier qu’il faut effectivement actionner », poursuit l’adjoint, anticipant par la même occasion la future Zone à faibles émissions, qui entrera en vigueur dans l’agglomération mulhousienne d’ici fin 2024.

Catherine Kohler

Tourisme fluvestre

Le canal du Rhône au Rhin et sa branche sud étaient également au programme de la délibération suivante, visant à développer le tourisme fluvial et fluvestre. « La branche Sud du canal du Rhône au Rhin, c’est un itinéraire de 45km, parcourant 67 communes, bordé par l’Eurovélo 6 et nous connectant directement à la Bourgogne Franche-Comté et à Bâle, rappelle le maire. Le secteur du tourisme itinérant, dans lequel s’inscrit le tourisme fluvial et fluvestre, est en pleine croissance, générant de nombreuses retombées économiques pour les territoires traversés. » Depuis 2020, VNF et la Région Grand Est travaillent à l’élaboration d’un schéma directeur pour le développement du tourisme fluvestre, avec pour objectif, la signature d’un contrat de développement, en mars 2023. C’est dans ce cadre que le conseil municipal a acté la volonté de s’inscrire dans cette démarche, avec trois projets : l’aménagement de pontons piétons au niveau de la ZAC Gare, la reconversion de la maison éclusière du quai d’Isly, ainsi que la modernisation du port de plaisance.

Une place Pierre-Emmanuel Bockel

Dernier point à l’ordre du jour de ce conseil, la dénomination d’une place en hommage au capitaine Pierre-Emmanuel Bockel, pilote d’hélicoptère au sein du 5ème Régiment d’hélicoptères de combat de Pau, décédé le 25 novembre 2019, au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane. « Il n’aurait jamais voulu avoir tant d’honneurs mais il aurait accepté qu’on lui rende hommage. Nous parlons d’un héros », a souligné Bruno Ball, conseiller municipal et ami de Pierre-Emmanuel Bockel. Investi depuis son plus jeune âge au sein du mouvement scout avec la 1ère de Mulhouse, ce dernier s’était engagé dans l’armée à l’âge de 20 ans, comme officier sous contrat, avant d’intégrer l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, puis l’école de l’Aviation légère de l’Armée de terre. Afin de rendre hommage à ce Mulhousien mort pour la France, le conseil municipal a approuvé que la place située devant le parvis de l’église Saint-François d’Assise, à deux pas du local scout qui lui était cher, soit dénommée « Place Capitaine Pierre-Emmanuel Bockel ».

Parmi les autres points évoqués

Le dispositif d’Aide à la mise en valeur du patrimoine ; l’attribution de subventions de fonctionnement à des clubs sportifs ; la participation financière de la Ville au financement de classes vertes des écoles maternelles et élémentaires… Chantal Risser, l’adjointe au maire déléguée à l’Éducation a également éclairé l’assemblée au sujet des Atsem : « Je les ai reçues mardi et ce matin (NDLR : jeudi). Il y a eu des créations de postes, demain dans les écoles, il y aura une Atsem pour les grandes sections doublées, soit 28-30 enfants, contre une Atsem pour parfois trois grandes sections aujourd’hui… Concernant la prime, elles auront des propositions dès le mois de mars. Le maire recevra l’ensemble des Atsem au mois de mars, on fera le point de tout ce qui va et de toutes les difficultés qu’elles rencontrent, sachant que les conditions de travail des Atsem et des enseignants sont difficiles. »

Voir le conseil municipal en vidéo : www.mulhouse.fr

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR