Suivez-nous :

24 mars 2023 à 15h07 par 766 0

Maison Hodié : comme une envie d’en découdre !

Maison Hodié : comme une envie d’en découdre ! | M+ Mulhouse
Maison Hodié : comme une envie d’en découdre ! | M+ Mulhouse

Maison Hodié : comme une envie d’en découdre !

24 mars 2023 à 15h07 par 7660

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 4 minutes

Transformer vos beaux vêtements dormants en des tenues uniques du quotidien… C’est le credo de la Maison Hodié, créée par la jeune couturière Stéphanie De Souza. À découvrir, ce week-end, lors de l’événement textile mulhousien « Suivez le fil ».

Donner une nouvelle vie à sa robe de mariée en la remettant au gout du jour, l’adapter, la transformer en chemisier ou encore commander une réplique sur-mesure de ce petit haut que vous adorez… Les vêtements recèlent une dimension affective et la jeune créatrice Stéphanie De Souza l’a parfaitement saisie pour en faire le cœur de l’activité de la Maison Hodié. Passée par la couveuse d’entrepreneurs Hopla, Stéphanie De Souza a officiellement lancé sa marque en mars 2022, avec le statut d’auto-entrepreneur. Un nom qui ne doit rien au hasard : « Hodié signifie « ce jour » en latin. Je trouvais ça joli et ça résume bien le concept que je souhaite développer : réutiliser une tenue créée pour un jour, à l’occasion d’un mariage ou d’une cérémonie, pour accompagner les autres jours de sa vie », confie la créatrice de 28 printemps dans son atelier-appartement mulhousien du centre-ville, perché au 16e étage.

Première robe à 12 ans

Catherine Kohler« A 28 ans, c’est le moment de me lancer et voir jusqu’où ça va me mener ! »

Si la couture fait partie du quotidien de Stéphanie De Souza depuis ses plus jeunes années, rien ne la prédestinait paradoxalement à en faire son métier. « J’ai bien une arrière-grand-mère qui avait un atelier de couture au Portugal, mais je ne l’ai jamais connue et je ne crois pas trop aux gênes. Je suis trop pragmatique pour ça, plaisante la jeune femme native du Sud-Ouest. Je me souviens avoir commencé à coudre à la main, dès mes 5 ans, et dessiné et réalisé ma première robe, à 12 ans, avec le premier patron offert par ma mère. » Le vrai tournant de sa vie remonte à sa venue à Mulhouse, en 2015.

« Après un BTS Design industriel, suivi d’une année en arts appliqués à Bordeaux, l’idée de me lancer à mon compte a commencé à germer, mais je me suis rendu compte que savoir dessiner ne suffisait pas, il fallait aussi savoir compter et vendre. Je suis tombée sur l’Ista, une école alliant marketing et textile ». À la rentrée 2015, Stéphanie De Souza intègre donc la « Business school Textile-Mode-Cuir », sur le campus de l’Illberg, pour suivre un cursus en alternance, qui l’amènera à faire ses premières armes professionnelles, comme responsable qualité, dans une entreprise spécialisée en vêtements professionnels. Le temps d’apprendre, avant de se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat, avec conviction.

« Le meilleur vêtement, c’est celui qu’on ne jette pas ! »

Catherine KohlerStéphanie De Souza (ici dans son atelier-appartement) participera à l’événement « Suivez le fil », ce week-end.

« Quand je me suis lancée dans la couture, je ne voulais pas que mon seul argument se limite à dire que mes vêtements sont plus beaux que les autres, je voulais qu’il y ait du sens, avec un impact écologique positif. Le recyclage et la deuxième main parlent beaucoup à ma génération », souligne la créatrice. Et quand elle n’utilise pas d’anciennes tenues de mariées pour leur redonner vie, Stéphanie De Souza propose des créations uniques, du sur-mesure, au gré des demandes en utilisant, avec les mêmes convictions, des tissus « endormis » des fins de stock d’industrie textile et, dans la mesure du possible, de provenance locale.

Fashion Week parisienne

DRDéfilé de la Maison Hodié à la Fashion Week, à Paris.

Si pour l’heure, la partie n’est pas gagnée quant à la viabilité de sa petite entreprise, la Mulhousienne d’adoption met toute son énergie à se faire connaître. « Au début, j’ai beaucoup fonctionné avec le bouche-à-oreille, puis je me suis mise sur les réseaux sociaux et je participe, de plus en plus, à des événements pour gagner en visibilité » Parmi les dates marquantes, sa participation, le 5 mars dernier, à la Fashion Week, à Paris. « Une magnifique vitrine qui a permis à la Maison Hodié de se faire un petit nom en présentant 19 tenues, avec pas mal de retombées… » Et c’est toujours dans l’esprit d’accroître la notoriété de la Maison Hodié, que Stéphanie De Souza participera, ce week-end, à l’événement mulhousien autour du textile Suivez le fil (lire notre article). « Je serai présente, samedi et dimanche au Musée de l’impression sur étoffes (Mise), pour présenter mes tenues et rencontrer du monde », précise Stéphanie De Souza, également nouvelle présidente de la section jeunes des Amis du Mise.

« À Mulhouse, il y a une belle énergie et le textile fait partie de l’histoire de la ville, il faut encore le montrer davantage », poursuit la jeune créatrice devant le regard approbateur de Vanessa, une fidèle cliente, venue récupérer la reproduction d’un « top », réalisée avec le tissu de son arrière-grand-mère. « Je suis optimiste par définition, j’ai moins de 30 ans. En vrai, je me dis que c’est le moment de me lancer et voir jusqu’où ça va me mener ! », conclut la jeune créatrice, qui ne se s’interdit rien. Y compris, proposer, à terme, des vêtements masculins, sur le même concept d’écoresponsabilité.

+ d’infos : maison-hodie.fr

« Suivez le fil », c’est ce week-end à Mulhouse !

Pour sa deuxième édition, l’évènement « Suivez le fil » propose de nombreuses animations autour de la filière textile mulhousienne. Le Musée de l’impression sur étoffes, gratuit pour l’occasion, accueille ainsi un marché des créateurs textiles, samedi 25 et dimanche 26 mars de 10h à 18h. Une quinzaine de créateurs présenteront leurs collections de tissus, vêtements et objets décoratifs, majoritairement conçus et fabriqués à Mulhouse, alors que l’artiste Aurélien Finance proposera une installation de lianes textiles. Au programme également, une vente caritative par le Gang des tricoteuses, samedi 25 mars dans la salle des Adjudications de l’Hôtel de ville, ou encore des ateliers de création de fleurs textiles, samedi et dimanche…

Jusqu’au dimanche 26 mars au Musée de l’impression sur étoffes et divers lieux. Gratuit : + d’infos Facebook/suivezlefilmulhouse

Lire notre article 

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR