Suivez-nous :
La touche colorée et poétique d’Oak Oak dans le quartier Franklin-Fridolin | M+ Mulhouse

La touche colorée et poétique d’Oak Oak dans le quartier Franklin-Fridolin

8 novembre 2021 à 17h08 par 8140

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Le street-artist Oak Oak était à Mulhouse, la semaine dernière, pour ajouter sa touche colorée et poétique aux aménagements urbains du quartier Franklin-Fridolin. Invité par le centre socioculturel Papin, cet artiste reconnu dans le monde entier a reçu l’aide des enfants du quartier.

Des petits soldats devant l’église Saint-Fridolin, une pieuvre à l’angle des rues des Alpes et du Runtz, une souris planquée dans son gruyère sur la place Franklin… Aussi poétiques que ludiques, de nouvelles œuvres du street-artist Oak Oak ont fait leur apparition dans le quartier Franklin-Fridolin, début novembre. Des œuvres que cet artiste de renom n’a pas réalisé seul, mais avec l’aide des enfants du quartier accueillis au centre socioculturel Papin, à l’initiative de cette action artistique.

« Le centre Papin porte une démarche de développement du street-art dans le quartier, explique Eddie Prot, animateur multimédia et chargé de communication au centre socioculturel. L’idée est d’amener l’art dans la rue, au plus près des habitants, de sensibiliser les enfants et de les faire participer le plus possible, tout en modifiant l’image du quartier et en incitant les gens à venir le découvrir. »

Le street-art, un fil rouge pour les projets du centre Papin

Catherine Kohler

En lien avec la galerie Orlinda Lavergne, plusieurs artistes de street-art ont déjà profité de leur passage à Mulhouse pour réaliser des œuvres au cœur du quartier Franklin : l’artiste allemand KEF! a ainsi peint une fresque sur les murs du jardin partagé, à l’automne 2020 (lire notre article), le Mulhousien Djeone a, lui, travaillé avec des adolescents du secteur en mars 2021, pour réaliser des portraits de personnalités emblématiques sur les murs du centre Papin… Des projets ont aussi été créés avec des artistes du Séchoir, alors que la thématique du street-art est un fil rouge pour de nombreux ateliers proposés aux jeunes du quartier. De nombreux partenaires (Ville de Mulhouse, Préfecture, Le Séchoir, Galerie Orlinda Lavergne, m2A Habitat, Crédit Mutuel) soutiennent la démarche du centre Papin, qui bénéficie d’un financement de l’Agence nationale de la cohésion des territoires.

Déjà passé par Mulhouse à différentes reprises, notamment en 2017, à l’occasion d’une exposition à la galerie Orlinda Lavergne (voir notre vidéo), l’artiste stéphanois Oak Oak a repris la route de la Cité du Bollwerk, durant la première semaine de novembre, pour travailler avec les enfants de 6 à 13 ans de l’accueil de loisirs du centre Papin.

« Donner une autre signification aux éléments urbains »

Catherine Kohler

« En début de semaine, j’ai commencé par leur expliquer les fondamentaux du street-art et par faire découvrir différentes œuvres et les principes de l’utilisation des grandes références de la pop culture, explique Oak Oak. Forcément, leurs références d’enfants d’aujourd’hui ne sont pas toujours les miennes mais ils connaissent bien des personnages comme Pac-Man ou Mario. Nous avons préparé des pochoirs avant d’intervenir sur l’espace public, pour donner une autre signification aux éléments urbains, même si la météo ne nous a pas beaucoup aidés cette semaine ! »

Catherine Kohler

Concentrés et motivés, les enfants ont ainsi accompagné Oak Oak sur les différents secteurs préalablement repérés, pour l’aider à réaliser les œuvres, bombes de peinture en main. A eux le choix des personnages et des couleurs, la réalisation des aplats de peinture, et à lui, le traçage des détails. Des œuvres communes aussi diverses que colorées, que les amateurs peuvent s’amuser à venir découvrir dans les rues du quartier. « Nous avons choisi des endroits où les enfants circulent souvent, afin qu’ils puissent dire « C’est moi qui ai fait ça, avec Oak Oak ! », souligne Eddie Prot.

Entre ses nombreux projets en Suisse, à Tenerife et en Belgique et la préparation d’une exposition à Chicago, Oak Oak a également profité de son passage à Mulhouse pour coller, juste à côté de la dalle du marché couvert, une partie de l’œuvre d’une artiste iranienne, qui a confié différents éléments à 12 artistes à travers le monde. « A Mulhouse, les gens sont réceptifs au street-art, conclut Oak Oak. Comme Saint-Etienne, Mulhouse est une ville populaire et industrielle, idéale pour le street-art, avec beaucoup de choses atypiques à découvrir. »

+ d’infos : cscpapin.asso.fr et www.facebook.com/cscpapin

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR