Suivez-nous :

8 mars 2024 à 15h41 par 1 428 1

8 mars : « C’est normal qu’une femme puisse disposer de son corps comme elle l’entend ! »

8 mars : « C’est normal qu’une femme puisse disposer de son corps comme elle l’entend ! » | M+ Mulhouse
8 mars : « C’est normal qu’une femme puisse disposer de son corps comme elle l’entend ! » | M+ Mulhouse

8 mars : « C’est normal qu’une femme puisse disposer de son corps comme elle l’entend ! »

8 mars 2024 à 15h41 par 1 4281

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 3 minutes

Chaque année, la date du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, permet de mettre un coup de projecteur sur les initiatives visant à promouvoir l’égalité et les droits des femmes. Focus sur les actions mulhousiennes.

En 2023, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, la Ville lançait, en lien avec la Région Grand Est, le dispositif « Demandez Angela », afin de lutter contre le harcèlement de rue. Concrètement, chaque établissement (commerce, restaurant, établissement public…) qui s’inscrit dans la démarche s’engage à accueillir les victimes de harcèlement de rue avec bienveillance, sans jugement, à les garder en sécurité aussi longtemps que nécessaire, ou encore à leur permettre d’appeler une personne de confiance ou les secours. Un an après le lancement, 108 établissements affichent le macaron du dispositif sur leur devanture. « Le but est d’arriver à créer une chaîne de solidarité pour sécuriser la place de tout un chacun dans l’espace public, confie Marie Corneille, l’adjointe au maire déléguée à la Promotion de toutes les formes d’égalité. Si une personne a peur, elle doit savoir qu’elle trouvera une personne bienveillante, ça sécurise les femmes et les parents de savoir que ce dispositif existe. L’objectif est aussi de montrer qu’il n’y a pas de place pour les agresseurs et que personne ne doit fermer les yeux ! »

Catherine Kohler

Clitoris et protections menstruelles

Si la Ville promeut l’égalité femmes-hommes tout au long de l’année, par le biais notamment du dispositif « Mulhouse au féminin » et du Conseil mulhousien de l’égalité, ce 8 mars permet de mettre en avant des sujets pas ou peu évoqués, pour ne pas dire tabous. C’est le cas du clitoris ou des rapports femmes-hommes, qui font l’objet d’une soirée spectacle autour des artistes de stand-up d’Elevents Production, ce vendredi soir (complet). C’est aussi le cas des menstruations, qui concernent les femmes durant environ 40 ans de leur vie, soit 2 500 jours en moyenne. Depuis cette semaine, quatre services de la mairie sont ainsi équipés de distributeurs de protections menstruelles, à destination du personnel. « Si l’on ne parle pas de ces sujets, ils tombent en désuétude, quand on oublie de marquer une date, elle tombe dans l’oubli, expose le maire de Mulhouse, Michèle Lutz, à propos de cette Journée internationale des droits des femmes. En 2024, cette date est particulière, avec l’inscription de l’IVG dans la Constitution. Je trouve que c’est normal qu’une femme puisse disposer de son corps comme elle l’entend ! »

Un événement place de la Bourse

Ce vendredi, les passants et curieux qui sont passés à proximité de la place de la Bourse ont également pu échanger avec de nombreux acteurs de l’égalité femmes-hommes et assister à plusieurs animations, mises sur pied par l’association Couac Etc, dont l’objectif est de créer des espaces d’échanges pour tous. En plus des espaces d’expression écrites et artistiques, les badauds ont pu échanger avec des représentants du CIDFF, de Solidarité femmes 68, ou encore de Sémaphore, tandis que le restaurant Sinclair voisin accueillait une conférence gesticulée de Charlotte Darteil… « Le but de notre association est de créer du lien par le biais de la culture et de la convivialité, expliquent Laura Strauel et Emilie Montrone, membres du CA de Couac Etc. Cet événement est organisé par des femmes, pour des femmes et permet de réunir des structures qui luttent vraiment pour l’égalité. Cette date est importante mais nous espérons, qu’un jour, il n’y en aura plus besoin pour que les femmes puissent avoir des droits et être respectées ! »

Le programme de ce vendredi soir

Le programme d’animations se poursuit tout au long de la soirée, au square de la Bourse, avec une scène ouverte aux femmes et minorités de genre (19h30), le concert du groupe Appât de Louves (21h15), suivi du DJte set d’Imna, co-fondatrice du collectif Zam Zam, qui navigue entre disco, tech-house et pop (22h30). Du côté du restaurant Sinclair, un village des artisanes, créatrices et associations, ainsi qu’une exposition photo par Charline Fritsch et Véronique Ott sont ouverts jusqu’à 23h. A 20h, une table ronde sera animée par Fatima El Hassouni, ingénieure de projet, Elodie Schmitt, directrice du CIDFF, Marie-Claire Vitoux, historienne contemporaine et Virginie Dubail, assistante sociale à Solidarité Femmes.

+ d’infos sur www.facebook.com/Couacetc

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Une réponse à “8 mars : « C’est normal qu’une femme puisse disposer de son corps comme elle l’entend ! »

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR