Suivez-nous :
Scorpions : « Finir la saison de belle façon ! » | M+ Mulhouse

Scorpions : « Finir la saison de belle façon ! »

24 mars 2021 à 17h45 par 8210

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Avec une saison réduite de moitié et l’annulation des play-offs, les Scorpions de Mulhouse jouent ce week-end leurs deux derniers matchs de la saison. Retour sur cette année pas comme les autres avec l’entraîneur Alexandre Gagnon.  

Dans quel état d’esprit abordez-vous ces deux derniers matchs de la saison ?

On essaye d’attaquer ces matchs avec la même mentalité que pendant toute la saison : celle d’une équipe de performers qui veut tout donner sur la glace. On veut bien jouer et gagner, pour finir la saison de belle façon. Notre objectif de faire un Top 8, qui aurait été synonyme de play-offs si ceux-ci n’avaient pas été annulés, reste d’actualité et est à notre portée. Même avec cette situation compliquée et la perte des enjeux liés aux play-offs, le groupe tient et nos entraînements actuels sont très intenses, les gars donnent le meilleur d’eux-mêmes et veulent montrer de quoi ils sont capables.

Quel regard portez-vous sur l’annulation des play-offs ?

C’est une décision logique, car la situation était très compliquée cette année et la survie des clubs passe avant tout. Il y a eu un vote et la majorité, soit sept clubs sur douze, ont voté pour l’arrêt de la compétition à l’issue de la saison. Nous, nous étions pour les play-offs et j’avoue que je suis déçu que la saison se termine sans finalité, de façon un peu maussade. On aurait souhaité pouvoir faire une manifestation de fin de saison, il y avait un coup à jouer avec un tournoi d’une semaine, diffusé à la TV, qui aurait pu bien vendre le hockey, donner une bonne image…

Depuis votre arrivée, en mars 2020, vous n’avez pas eu les conditions les plus simples pour réussir…

Oui, ça a vraiment été un défi depuis le début ! Rien n’a été facile depuis un an, il a fallu modifier notre planification au moins dix fois, gérer les reports, le manque de rythme et la déception des joueurs… Je préfère voir cette saison comme un moyen d’acquérir de l’expérience, j’ai l’impression d’avoir vécu trois ou quatre saisons en une ! Sportivement, ce n’était pas le top mais professionnellement et émotionnellement, c’était très fort.

Quel bilan dressez-vous de cette saison si particulière ?

Nous sommes des compétiteurs et avons l’habitude de jouer à un rythme élevé avec plusieurs matchs par semaine. Là, la saison a été réduite de moitié, nous avons eu deux mois d’arrêt complet, de nombreux reports de matchs… Cela n’a pas été la compétition à laquelle on s’attendait et nous n’avons jamais pu rentrer dans notre rythme. Pour les joueurs, les jeunes comme les anciens, cela s’apparente presque à une saison gâchée, ils n’ont pas pu travailler comme ils le souhaitaient. Au niveau du club, nous en avons profité pour solidifier les fondations et l’organisation.

L’équipe a-t-elle bien réagi selon vous ?

Il y a eu des hauts et des bas et j’ai pu être déçu par certaines de nos prestations, mais je tiens à lever mon chapeau à nos joueurs qui ont dû s’adapter à une saison très compliquée. Je suis très content de leurs efforts, ce sont des compétiteurs et ils ont dû gérer beaucoup de temps d’attentes, de questionnements, se projeter dans l’inconnu…

Quel style de jeu avez-vous souhaité apporter à l’équipe ?

Chaque coach a un peu sa « couleur », en termes de style de jeu. Moi, je mets l’accent sur les valeurs, la façon de se comporter, de tout donner sur la glace… Nous avons une équipe assez jeune, nous devons donc être rapides, intenses et se défoncer à chaque match. Nous devons être l’équipe la plus physique et proposer des matchs plaisants à regarder, avec beaucoup d’intensité.

Avez-vous déjà commencé à préparer la saison prochaine ?

On est toujours en train de se projeter, moi j’ai un plan sur trois ans à Mulhouse donc on est déjà en train de réfléchir et d’élaborer le plan de la prochaine saison. On réfléchit déjà aux contrats pour nos joueurs français, ensuite ce sera au tour des joueurs étrangers.

Vous qui êtes Canadien, qu’est-ce qui vous a attiré dans le hockey français ?

J’ai joué en ligue Magnus il y a 10 ans, et j’avais adoré mon année en France. Cela fait un certain temps que je voulais revenir en tant qu’entraîneur. J’étais à Chambéry la saison dernière et cette opportunité à Mulhouse me convenait très bien : ici, c’est le monde professionnel, mais on est aussi impliqué dans le développement des jeunes joueurs. Le style de jeu est différent en Europe, ce qui me permet d’avancer en tant que coach, et vivre ici, c’est aussi une expérience de vie.

Que pensez-vous de Mulhouse ?

J’aime beaucoup la ville, même si je n’ai pas encore pu la découvrir et la vivre à 100% avec la crise sanitaire. Le centre-ville est très beau, il y a toutes ces petites boutiques, tous ces restaurants que j’ai hâte de pouvoir tester… Avec ma compagne, nous nous sommes installés ici et nous avons eu un petit garçon, en janvier. Je trouve les Alsaciens super accueillants et gentils, l’organisation nous a très bien accueillis. J’ai hâte de pouvoir profiter plus de cette belle région et du public le plus intense de France à la patinoire de l’Illberg ! La présence des supporteurs a vraiment manqué à tout le monde cette année. On se dit qu’au moins, quand on va reprendre les matchs avec le public, tout le monde va être chaud bouillant !

Le match des Scorpions de ce vendredi 26 mars à 20h30, contre Amiens, à la patinoire de l’Illberg, est diffusé en clair et gratuitement sur la chaîne https://www.sportenfrance.com/. + d’infos : www.facebook.com/ScorpionsMulhouse

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR