Suivez-nous :
Motàmot, le festival mulhousien de l’écriture, se plonge dans le souvenir | M+ Mulhouse

Motàmot, le festival mulhousien de l’écriture, se plonge dans le souvenir

24 mars 2023 à 10h04 par 8510

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 3 minutes

Des ateliers, rencontres, lectures, spectacles… Motàmot, le festival mulhousien de l’écriture pose ses valises à La Filature, samedi 1er et dimanche 2 avril. Au programme : une cinquantaine d’animations, autour du thème « écrire pour se souvenir ».

Il y a deux ans, presque jour pour jour, les amateurs de lecture ont pu découvrir « Instants confinés » (éd. Médiapop), un recueil de témoignages du confinement vu par une trentaine de Mulhousiens, issus d’ateliers d’écriture menés par les bibliothèques de Mulhouse, avec l’écrivain Christophe Fourvel. Depuis, le monde a appris à vivre avec le Covid-19, les confinements successifs et les restrictions qui allaient avec sont de lointains souvenirs. Des souvenirs qui s’effacent de la mémoire des individus mais qui resteront à tout jamais couchés sur papier grâce à cet ouvrage et à toute la littérature qui a documenté la période. Et il en va de même depuis que l’Homme est capable d’écrire : ce sont les écrits d’hier qui racontent l’histoire et le monde d’aujourd’hui, ce sont eux qui restent quand les générations passent.

Une cinquantaine de rendez-vous

« Ecrire pour se souvenir », c’est justement la thématique donnée à la quatrième édition du festival Motàmot, organisée par le réseau des bibliothèques de Mulhouse, et qui a lieu samedi 1er et dimanche 2 avril, à La Filature. Pour l’occasion, de nombreuses animations sont proposées, autour de l’écriture. « Mulhouse a déjà un festival de littérature (NDLR : le Festival sans nom), celui-ci est consacré à l’écriture et s’inscrit dans une programmation riche de très nombreux festivals, explique l’adjointe au maire déléguée à la Culture, Anne-Catherine Goetz. Mulhouse est une ville de festivals ! » Et de l’écriture, il y en aura sous toutes les formes et pour tous les âges. Citons, en vrac parmi la cinquantaine de rendez-vous proposés, un atelier de fabrication de carnets de souvenirs ; un atelier de calligraphie autour de l’arbre généalogique ; la création d’une œuvre à partir de feuilles d’arbre, branches, fleurs… ; l’écriture d’une histoire à partir de photos de Vivian Maïer ; et même une dictée animée par Marie Brignone et Pierre Fraenkel…

Aya Cissoko, marraine de la 4e édition

Durant toute la durée du festival, le public pourra aussi se plonger dans l’imaginaire avec de nombreuses lectures et des spectacles, rencontrer les 14 autrices et auteurs invités, remplir l’arbre à souvenirs installé par Les Tréteaux de Haute Alsace, assister à des projections de films ou encore se prendre en photos avec des vêtements d’époques passées. Et comme tout festival littéraire qui se respecte, le festival a une marraine, en la personne d’Aya Cissoko, avec qui plusieurs rendez-vous sont prévus. L’ancienne sportive de haut-niveau, notamment championne du monde amateur de boxe française en 1999 et 2003, puis de boxe anglaise en 2006, a vu son parcours interrompu par une blessure, qui l’a obligée à se réinventer. En 2011, elle écrit Danbé, son premier livre avec Marie Desplechin, dans lequel elle se raconte à travers son cheminement d’enfant, d’adolescente et de sportive. Suivront N’ba, consacré à sa mère et Au nom de tous les tiens, qui retrace la double histoire dont elle est issue : celle des guerriers bambaras du Mali et des Juifs déportés à Auschwitz…

Un festival ouvert à tous

« C’est un honneur d’être marrainés par Aya Cissoko, confie Anne-Catherine Goetz. Son double parcours d’athlète et d’écrivaine devrait trouver un écho auprès de la population mulhousienne et notamment des jeunes ». Une population mulhousienne qui est invitée à franchir les portes de La Filature pour le festival, qu’elle soit amatrice de lecture ou non : « On retrouve certains de nos lecteurs sur le temps du festival, mais on a aussi des gens qu’on ne voit pas ou moins, un public familial, analyse la directrice du réseau des bibliothèques, Catherine Storne. Le festival a un effet sur le long terme pour faire connaître nos bibliothèques et nos partenaires, c’est un travail au long cours ! »

Samedi 1er et dimanche 2 avril, à La Filature. Entrée libre. + d’infos et programme complet sur www.festival-motamot.fr

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR