Suivez-nous :

19 février 2024 à 15h56 par 1 355 0

« Lisez à voix haute, amusez-vous et, surtout, n’ayez pas peur ! »

« Lisez à voix haute, amusez-vous et, surtout, n’ayez pas peur ! » | M+ Mulhouse
« Lisez à voix haute, amusez-vous et, surtout, n’ayez pas peur ! » | M+ Mulhouse

« Lisez à voix haute, amusez-vous et, surtout, n’ayez pas peur ! »

19 février 2024 à 15h56 par 1 3550

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 3 minutes

Une expérience collective autour de la lecture à voix haute… C’est toute l’idée de « KiLLT » (« Ki lira le texte »), projet à la fois théâtral et pédagogique qui se déploie dans les neuf collèges publics et privés mulhousiens, à l’initiative de La Filature. Reportage au collège Bel Air.  

« D’abord, nous étions timides et stressées, mais au fil de la séance, ça allait de mieux en mieux. Ce n’est pas facile de lire à haute voix devant du monde. Au final, ça restera une expérience juste incroyable et la comédienne était vraiment chouette, elle nous a bien aidées pour nous mettre en confiance ». Si seul l’avenir confirmera – ou pas – Kelly, Elisa et Elia comme de vraies lectrices, il est, par-contre, quasi-acquis que ces trois élèves du collège Bel Air se souviendront de leur matinée de jeudi dernier. Une parenthèse de près de deux heures, dans leur quotidien d’élèves de 5e7, que l’on doit à La Filature, Scène nationale, et à l’Education nationale, associées pour le meilleur pour la diffusion de « KiLLT », comprenez « Ki lira le texte », auprès de 74 classes, de la 6e à la 3e, des neuf collèges (publics et privés) mulhousiens. « KiLLT » ? Un parcours théâtral immersif et participatif mis en scène par Olivier Letellier pour les Tréteaux de France, centre dramatique national, et décliné à la sauce mulhousienne, jusqu’au mois de mai, pour amener les adolescents à lire.

« Lire à haute voix, c’est lire pour les autres »

Catherine Kohler Timide d’abord, le dialogue entre la comédienne Marion Bouquet et les élèves s’installe progressivement.  

Jeudi matin, les comédiens Gaspard Raymond et Marion Bouquet usaient de trésors d’inventivité pour amener les adolescents à sortir de leur coquille et se prendre au jeu de la lecture à voix haute. Après un atelier de mise en condition, les élèves arrivaient en demi-classe, non pas pour assister, mais participer à la représentation. Au programme : « Les règles du jeu » de Yann Verburg, auteur de théâtre contemporain. « Lire à voix haute, c’est lire pour les autres (…) Lisez, lisez, lisez, amusez-vous et surtout, n’ayez pas peur ! Les dialogues en gras, ce sera pour vous, ceux en gris, ce sera pour moi », prévient Marion Bouquet, qui durant trois quart d’heure va tenir en haleine les collégiens, les invitant chacun à donner la réplique. Les yeux rivés sur les mots et les textes, au détour des murs de la salle de classe, à même le sol et même sur l’avant-bras de la comédienne, les collégiens donnent le change. Timide d’abord, le dialogue entre Marion et les élèves s’installe, façon ping-pong. Bluffant…

« La démonstration que l‘on peut amener les jeunes à lire, y compris les plus réfractaires »

Catherine KohlerUne approche de la lecture ludique et interactive.

« C’est la démonstration que l‘on peut amener les jeunes à lire, en 2024, y compris les plus réfractaires à l’exercice, souligne Aurélie Willmé, professeure de français et coordinatrice du projet « KiLLT » au collège Bel Air. Sur les huit classes participantes, on voit que des choses se passent pour les élèves. L’aspect ludique les amène à lire sans s’en rendre compte, alors que quand on leur présente un livre, certains ne veulent même pas l’ouvrir ! C’est une vraie belle expérience ». Avec un enjeu de taille : que les collégiens continuent de lire, au-delà de l’initiative. « La lecture est un élément de compréhension du monde et l’idée de « KiLLT », c’est vraiment de désamorcer tous les obstacles qui peuvent exister face à la lecture, il y a une vraie ambition pédagogique. Cette expérience collective, autour de la lecture, génère du partage et participe au vivre-ensemble », explique, enthousiaste, Benoît André, le directeur de La Filature. Des propos partagés par Olivier Faron, recteur de l’Académie de Strasbourg, qui voit dans ce projet, financé par l’Éducation Nationale dans le cadre du dispositif « Notre école, faisons là ensemble », un élément participant à « la réussite des jeunes mulhousiens ». L’an prochain, le projet « KiLLT » pourrait se voir pousser des ailes en s’exportant dans les lycées. Affaire à suivre…  Conclusion d’Anne-Catherine Goetz, adjointe au maire de Mulhouse déléguée à la Culture : « Cette action, qui vise la sensibilisation des jeunes à la lecture et, plus globalement, aux arts et à la culture, démontre que Mulhouse est une terre d’expérimentation. »

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR