Suivez-nous :
Les commerçants mulhousiens dans les starting-blocks | M+ Mulhouse

Les commerçants mulhousiens dans les starting-blocks

27 novembre 2020 à 11h38 par 1 0071

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Exceptés les restaurants et les bars, les commerces rouvrent leurs portes, ce samedi 28 novembre, après quatre semaines de fermeture. Ambiance à l’heure des préparatifs dans les enseignes du centre-ville de Mulhouse.  

« Réouverture ce samedi à 9h, nous sommes heureux de vous retrouver ! » Tels sont les messages que l’on voit fleurir un peu partout sur les devantures, depuis les dernières annonces du Président de la République portant sur l’allègement du confinement. Fermés depuis un mois, les commerces « non-essentiels », exceptés les restaurants et les bars, vont ainsi pouvoir rouvrir leurs portes, à partir de ce samedi 28 novembre. Gestion des stocks, mise en place des produits, nettoyage, décoration, ultime briefing des équipes… Les commerçants mulhousiens sont évidemment dans les starting-blocks pour être fin prêts le jour « J ».

« Tout est calé »

Catherine Kohler

« Oui, on attend évidemment avec impatience cette réouverture que l’on anticipe depuis deux semaines, explique David Ullmann, patron de l’enseigne de prêt-à-porter, accessoires et chaussures Jump’in, rue du Sauvage. Au final, durant cette fermeture, on aura fait peu de click and collect. Par contre, on a beaucoup travaillé à la création d’une vraie boutique en ligne, qui sera accessible dans les prochains jours, pour répondre à la demande et s’adapter à la situation sanitaire. En même temps, on a évidemment tout préparé pour cette réouverture et cette période si particulière de Noël, on participe d‘ailleurs au concours de la plus belle vitrine de Mulhouse (lire notre article). » Sur le plan sanitaire, là aussi tout est calé avec du gel hydro-alcoolique à disposition des clients, l’obligation évidemment du port du masque et le respect de la jauge de 8 m² par client. « On sera même en-dessous du seuil en limitant l’accès à notre boutique à huit clients en même temps », explique le patron de cette enseigne, dans la place mulhousienne depuis 13 ans, qui se veut optimiste. « Bien sûr, c’est loin d’être simple et l’objectif est de faire un bon mois de décembre pour limiter la casse, et payer les fournisseurs et les charges. On espère que la clientèle sera là, malgré les restaurants et les bars qui restent fermés et qui participent clairement à la vie du centre-ville. On pense à eux ! »

« Forcément heureux d’ouvrir »

Catherine Kohler

Toujours rue du Sauvage, chez Butlers, spécialiste de la déco et des accessoires de maison, on trépigne aussi d’impatience. « Vivement samedi ! On a hâte, car même si on est venu tous les jours au magasin, que l’on a proposé du click and collect, des livraisons, des prises de rendez-vous et que l’on a ouvert notre propre compte Instagram, on a dû faire 1% de notre chiffre d’affaires lors de ce mois de fermeture. Et surtout, rien ne remplace le contact avec nos clients, c’est lui qui fait la richesse de notre métier. En temps normal, on a certains habitués qui passent tous les jours au magasin », argumente Olivier Huyette, le gérant. On espère que la clientèle sera là, dès ce samedi, même si l’on sait que l’on ne rattrapera pas les semaines de fermeture, les mois de novembre et de décembre représentent 35% de notre chiffre d’affaires annuels. Mais oui, on est forcément heureux d’ouvrir et de retrouver les gens. »

« On sent une attente »

Catherine Kohler

Un besoin de ce lien de proximité exprimé chez tous les commerçants rencontrés au centre-ville mulhousien à l’heure des préparatifs, à l’instar des chaussures Haas. « Ce qui nous rend justement plus essentiel, c’est ce lien avec le client et l’échange, souligne dans une belle formule Véronique Gros, la patronne de cette enseigne de plus de 150 ans de la rue Henriette. Nous avons une clientèle traditionnelle qui ne se retrouve pas forcément dans le click and collect ou la livraison à domicile, on est donc très content de la retrouver. On sent que les gens sont en attente de l’ouverture de nos commerces, quand ils passent dans la rue et nous voient tout préparer, ils nous le disent. » Et côté préparatifs, à l’enseigne Haas, on a fait les choses en grand : « La fermeture a été l’occasion de refaire notre enseigne, du sol au plafond. Ça sera chaud mais on sera prêt pour samedi ! », promet Véronique Gros, qui regrette la prolongation de la fermeture des restaurants (Ndlr : jusqu’au 20 janvier) en se disant « pleinement solidaire ».

« Offrir un moment de bien-être »

Catherine Kohler

Au salon de coiffure Jean-Louis David de cette même rue Henriette, le maître mot est la positive attitude. « Notre équipe est briefée : nous sommes là pour faire passer un bon moment à notre clientèle et ne pas ressasser cette période déjà assez anxiogène, explique Jean-Philippe Himber, dont le carnet de rendez-vous affiche d’ores et déjà complet pour les deux prochaines semaines. Prendre soin de soi est essentiel et se faire coiffer est un moment de bien-être que l’on s’accorde. Donc oui, nous sommes particulièrement heureux de rouvrir et de nous occuper de nos clients, qui nous ont manqué. Sur le plan du protocole sanitaire, les salons de coiffure sont rodés, nous sommes prêts ! »

« Réinventer nos métiers »

Catherine Kohler

Rodée, la librairie Bisey l’est aussi, assurément. Déjà particulièrement active lors du premier confinement, cette incontournable maison du livre n’a évidemment pas désarmé en ajoutant à son service de livraison mis en place lors du premier confinement, le click and collect. « Nous ne nous sommes effectivement jamais arrêtés, concède l’infatigable Luc Widmaier, qu’il ne faut pas trop taquiner sur le terrain de l’essentialité des libraires. Cette crise sanitaire et ce confinement nous amènent à nous réinventer et à rebondir car oui, le livre est un produit de première nécessité ! Nous avons une clientèle fidèle qui a besoin de lire et se nourrir intellectuellement pour penser par elle-même, on en a bien besoin en ce moment. Avec ce confinement, c’est notre métier de libraire qui a évolué, d’ailleurs nous allons poursuivre nos services de livraison et de click and collect, en plus de l’accueil de nos clients, à partir de ce samedi 28 novembre, même si cela nous oblige à travailler deux fois plus. » Poursuivant sur sa dynamique, la librairie Bisey proposera aussi des nocturnes jusqu’à 21h les vendredis et samedis. Et comme l’écrasante majorité des commerces mulhousiens, la librairie Bisey sera ouverte ce dimanche de 14h à 19h (lire ci-dessous).

Les commerces du centre-ville ouverts ces quatre prochains dimanches

Dans le sillage de la réouverture des commerces ce samedi 28 novembre, le Préfet du Haut-Rhin a autorisé l’ouverture des commerces à Mulhouse les quatre dimanches de l’Avent, de 10h à 19h. Les commerces du centre-ville seront, pour l’essentiel, ouverts aux horaires suivants :

  • Dimanche 29 novembre : ouverture de 14h à 19h.
  • Dimanche 6 décembre : ouverture de 14h à 19h.
  • Dimanche 13 décembre : ouverture de 10h à 19h.
  • Dimanche 20 décembre : ouverture de 10h à 19h.

Textes : Marc-Antoine Vallori – Photos : Catherine Kohler

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Une réponse à “Les commerçants mulhousiens dans les starting-blocks

  1. Très peu pour moi et d’une manière générale pour nous. Le centre-ville de Mulhouse n’est franchement pas intéressant, beaucoup trop de copier/coller ( cosmétique, vêtements, chaussure de sport, kébab….) Mais l’essentiel n’y est pas ( déco, ameublement, bricolage, jardinage, électroménager….) A quoi bon venir dans un endroit qui ne propose pas, ce que nous avons besoins?

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR