Suivez-nous :

31 janvier 2023 à 14h16 par 1 403 0

HEAR : le futur du design textile se dessine à Mulhouse

HEAR : le futur du design textile se dessine à Mulhouse | M+ Mulhouse
HEAR : le futur du design textile se dessine à Mulhouse | M+ Mulhouse

HEAR : le futur du design textile se dessine à Mulhouse

31 janvier 2023 à 14h16 par 1 4030

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 3 minutes

Sur ses sites de Strasbourg et Mulhouse, la Haute école des arts du Rhin forme des étudiants aux arts, au sens large : illustration, scénographie, art-objet, musique, design… À Mulhouse, la formation se décline sur trois axes : art, design et design textile, qu’il sera possible de découvrir ce week-end, à l’occasion des Portes ouvertes de l’école.

On le répète à l’envi, le Mulhouse d’aujourd’hui a largement été façonné par son passé industriel textile. La Haute école des arts du Rhin (HEAR) n’échappe pas à ce théorème, puisque le site mulhousien de l’école a été créé en 1825 par la Société industrielle de Mulhouse, en tant qu’école de dessin appliqué à l’industrie textile… Près de 200 ans plus tard, l’ADN textile y est toujours bien présent, notamment par le biais de la mention Design textile, qui prépare les étudiants au Diplôme national d’art (niveau licence) et au Diplôme national supérieur d’expression plastique (niveau master).

Teindre, tisser, tricoter…

Christophe Schmitt

« Nous avons des étudiants qui viennent de différents horizons, expose Mirjam Spoolder, enseignante en Design textile et coordinatrice du cycle 1 (2e et 3e année). Certains viennent de la mode, d’autres du design graphique, du théâtre, de l’architecture… Nous avons aussi des artistes. Le design textile et le design process sont très liés, pour faire du design textile, il faut connaître les matériaux, la technique et comment elle s’applique ». Après une première année commune à tous les étudiants de l’école, le premier cycle permet aux étudiants en Design textile de se familiariser avec l’environnement textile : « On leur apprend à teindre, à tisser, à tricoter, ainsi que des techniques d’impression, la base est très importante, poursuit Mirjam Spoolder. Ils apprennent aussi ce qu’est une fibre végétale, animale ou artificielle : une fois que l’on connaît la technique, il est important de choisir le bon matériau. »

Partenariats professionnels

Armés de ces connaissances théoriques et pratiques, les étudiants se lancent dans des projets, personnels comme professionnels, s’appuyant sur les ateliers de l’école (menuiserie, sérigraphie, gravure, volume, design…) et s’inscrivant notamment dans le cadre de partenariats entre l’école et des entreprises locales. « Pour nous, c’est important d’être connecté aux entreprises, pour donner de l’expérience aux étudiants, leur permettre de découvrir différents métiers et de travailler dans un cadre professionnel. Ils découvrent les entreprises locales, ont des opportunités de stages et d’emploi », explique Mirjam Spoolder, tout en soulignant l’importance, pour les entreprises, de découvrir l’école, et le large panel de compétences qui y est acquis.

Christophe Schmitt

« Une grande opportunité »

Dans le cadre de la mention Design textile, la HEAR collabore régulièrement avec une vingtaine d’entreprises, parmi lesquelles la manufacture Euro TF de Munster, Velcorex (Saint-Amarin), la corderie Meyer-Sansboeuf (Guebwiller), ou encore DMC, dont le site de production est situé à quelques centaines de mètres de l’école… « C’est une grande opportunité d’être dans une école à Mulhouse et de pouvoir travailler avec des entreprises locales aussi importantes dans le monde », souffle l’enseignante.

« On pense aussi au futur du design textile »

Durant tout leur cursus, les étudiants des deux cycles sont régulièrement amenés à présenter leurs travaux à des professionnels et à des jurys, ce qui leur permet également de se positionner et de se « vendre ». Une méthode qui semble porter ses fruits, au regard de la grande variété de débouchés et de parcours suivis par les diplômés après leur passage à la HEAR : designer ou modéliste au sein de grandes marques d’habillement, manager de projets, artiste représenté par de grandes galeries, spécialiste de la teinture végétale, activité dans l’industrie automobile… « Une étudiante a, par exemple, conçu un procédé de filage à partir d’une fibre biodégradable. Dans cette école, on pense aussi au futur du design textile, en lien avec notre passé textile », conclut Mirjam Spoolder.

Portes ouvertes de la HEAR à Mulhouse, vendredi 3 février de 14h à 18h et samedi 4 février de 10h à 18h, 3, quai des Pêcheurs. + d’infos sur www.hear.fr

Une école ouverte à tous

À Mulhouse, la HEAR forme quelque 150 étudiants, mais elle est également ouverte à tous ceux qui souhaitent s’initier ou se perfectionner dans certaines disciplines artistiques. En plus des cours du soir hebdomadaires, des workshops sont régulièrement organisés. Bonne nouvelle, il est toujours possible de s’inscrire aux prochaines sessions : La couleur en peinture (13, 14 et 15 février), initiation à la céramique (14 et 15 février, 4 et 5 mars), gravure « non toxique » (4 et 5 mars), aquarelle (4 et 5 mars), relooking petit mobilier (4 et 5 mars)…

+ d’infos et inscriptions sur www.hear.fr

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR