Suivez-nous :
Festival Météo : « Valoriser Mulhouse comme lieu de création » | M+ Mulhouse

Festival Météo : « Valoriser Mulhouse comme lieu de création »

11 avril 2021 à 11h44 par 1 7390

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

C’est l’un des rares festivals qui a pu se tenir, sous une forme adaptée, en 2020 : le Festival de musiques créatives Météo mène également des actions tout au long de l’année. Accueil de musiciens en résidences, actions de médiations culturelles… Le point avec son directeur Mathieu Schoenahl.

Météo a été l’un des rares festivals à pouvoir se tenir en août 2020…

Effectivement, on s’en est bien sortis ! Quelques festivals ont pu se tenir entre août et octobre, pour nous cette fenêtre de tir était la bonne, même si on a attendu longtemps pour le savoir. Dès le printemps, on avait dû revoir la programmation et l’organisation du festival, avec moins de concerts, des jauges réduites, et l’absence des musiciens américains notamment. On a beaucoup travaillé pour adapter le festival, en choisissant des lieux plus vastes, on est passé de la chapelle Saint-Jean à l’église Sainte Geneviève, par exemple. On a pu rassembler 200 personnes bien espacées au parc Salvator, proposer des concerts à Lutterbach et Ottmarsheim avec des jauges réduites…

Quelle était l’ambiance lors de cette édition 2020 ?

Catherine Kohler

Pour la plupart des musiciens, Météo était leur premier concert depuis le début du mois de mars ! Il y avait donc une ambiance particulière et beaucoup d’émotions pour les musiciens comme pour le public. On a réussi à garder quand même notre ligne internationale, avec des musiciens européens venus de Berlin, Amsterdam ou Vienne en plus des musiciens français. Pour 2021, on va sans doute être dans la même configuration. C’est important de pouvoir permettre aux musiciens de jouer devant un public, d’être payés, de travailler…

En plus du festival, vous développez également des actions pendant le reste de l’année…

Si notre activité principale reste l’organisation du festival lui-même et de Météo campagne, où nous proposons, dans les jours qui précèdent le festival, des concerts dans différentes communes du Haut-Rhin, nous développons, depuis deux ans, de plus en plus de choses tout au long de l’année. C’est quelque chose que j’ai souhaité mettre en place dès mon arrivée, en 2018 : développer les résidences d’artistes afin qu’ils puissent venir créer à Mulhouse et mettre en place des actions de médiation culturelle pour aller chercher un public qui n’a pas l’habitude des propositions de Météo. Nous avions beaucoup de projets de médiation culturelle programmés au printemps dernier, avec le Conservatoire, La Filature, les lycées, que nous avons malheureusement dû annuler. Nous souhaitons développer ces actions mais c’est très compliqué en ce moment…

En quoi est-il important pour Météo d’accueillir des artistes en résidence ?

Il est essentiel d’accueillir des musiciens en résidence tout au long de l’année, particulièrement en ce moment car les musiciens sont en souffrance. Ce sont des gens qui viennent aussi nourrir la ville culturellement, qui participent à son rayonnement, qui consomment localement, même si cela reste modeste, c’est important pour nous de contribuer à cela. On essaie de valoriser Mulhouse comme lieu de création.

En 2020, nous avons ainsi accueilli plusieurs musiciens en résidence de création, comme le violoncelliste et contrebassiste Stéphane Clor qui a enregistré un album solo qui sortira prochainement, le duo Christine Clément et Francesco Rees, le quartet Trille(s), le trio Gésir, le musicien Yvan Etienne… Nous avons aussi accueilli le duo accordéon-batterie de Presque Iles qui a parcouru la ville pour jouer un peu partout, dans le cadre d’une résidence itinérante d’une semaine. Météo n’a pas de lieu fixe alors c’est important pour nous de faire entendre la musique un peu partout, de travailler avec les différents acteurs culturels de la ville. Le collectif ödl a ainsi accueilli deux groupes en résidence, en décembre dernier, le duo BLOC et le quartet Nuits.

Vous avez également soutenu le projet de Stéphane Clor, qui a rassemblé 80 musiciens pendant le premier confinement…

Catherine Kohler

Oui, c’est un musicien qu’on accompagne depuis quelques années et son projet a permis à de nombreux artistes de la région de partager de la musique pendant ce confinement où tout était à l’arrêt. Autour d’une thématique différente chaque semaine, ils s’échangeaient des fichiers musicaux en ligne, des choses très créatives et éclectiques. Météo a souhaité soutenir financièrement le projet pour éditer une série de compilations, avec une cassette sérigraphiée par le collectif ödl. C’est un témoignage poignant de cette période où on n’entendait que le silence et les hélicoptères, les artistes avaient des choses à raconter pendant cette période. Il était naturel pour nous de soutenir cette création et les artistes.

Comment se profile la 38e édition du Festival, en août 2021 ?

Il y a bien entendu beaucoup d’incertitudes, on modifie la programmation et les lieux de concerts presque tous les jours ! On espère proposer des concerts à Mulhouse, pendant le festival qui se tiendra du 24 au 28 août, et avant dans différentes villes du département. On travaille sur des formes de concert plus légères, dans les cafés, dans des lieux importants de la ville, à proposer de la musique en dehors des salles de concert… On sait le faire, on l’a déjà fait ! L’idée, c’est qu’il se passe quelque chose malgré tout, que Météo soit un évènement dont les Mulhousiens continuent de s’emparer, que le festival ne fonctionne pas qu’entre initiés. Il faut que les gens puissent voir de l’art, de la culture… Quand on est devant un concert, ce n’est pas quelque chose de compliqué, c’est ludique et accessible !

+ d’infos : www.festival-meteo.fr

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR