Suivez-nous :
Dust In Mind : Dr Jack et Mister Ruetsch | M+ Mulhouse

Dust In Mind : Dr Jack et Mister Ruetsch

19 mai 2022 à 19h02 par 5750

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Professeur de guitare électrique au Conservatoire de Mulhouse, Jack Ruetsch est aussi guitariste live du groupe de métal Dust In Mind. Une double casquette que M+ a abordé avec le musicien, avant le concert et le workshop de Dust In Mind au Conservatoire, samedi 21 mai.

Des scènes des Zéniths de France au Conservatoire de Mulhouse, en passant par les festivals et les salles de concert de toute l’Europe, le guitariste mulhousien Jack Ruetsch fait partie des musiciens qui comptent sur la scène musicale alsacienne. Il a récemment fait son retour au sein d’un groupe de métal alsacien en pleine ascension : Dust In Mind.

Formé en 2013 à Strasbourg par Damien Dausch, son leader et compositeur, Dust In Mind s’est fait remarquer, en France mais aussi à l’international, pour la qualité de ses titres et son mélange de chant masculin et féminin, avec la talentueuse Jennifer Gervais comme chanteuse principale. Avec ses quatre albums studios, dont le dernier CTRL, sorti fin 2021, et de nombreux concerts dans toute l’Europe, Dust In Mind s’est créé une belle communauté de fans. Ses clips, très professionnels et travaillés, comptent plusieurs millions de vues sur You Tube, et pour celui de Synapses, issu du dernier album, Dust In Mind est devenu le premier groupe de métal à tourner dans les étages de la Tour Eiffel !

« Une première pour un groupe de métal »

De retour d’une tournée européenne et avant les festivals d’été et des dates en première partie de Black Label Society, Dust In Mind fait une halte au Conservatoire de Mulhouse, ce samedi 21 mai, pour un workshop (de 14h à 16h, gratuit) et un concert (20h – 10€, 6€ réduit, gratuit -12 ans), dans un lieu où Jack Ruetsch ne devrait pas être trop dépaysé…

« Je suis prof de guitare électrique au Conservatoire de Mulhouse depuis bientôt 10 ans, explique Jack Ruetsch. J’ai également joué dans plusieurs formations et je suis ravi de jouer, avec Dust In Mind, au Conservatoire de Mulhouse, une première pour un groupe de métal ! »

Originaire de Tourcoing dans le Nord, Jack Ruetsch a démarré la guitare à l’âge de 13 ans, après avoir découvert les Guns N’Roses, et notamment le jeu de Slash, l’emblématique guitariste du groupe. « Je travaillais avec les cassettes à l’époque, en essayant de reproduire les riffs de Slash, avec la guitare classique de mon frère. Par la suite, j’ai découvert le monde du métal, dans toutes ses variantes ! L’autre guitariste qui m’a particulièrement marqué, c’est Steve Vai, avec son jeu un peu fou et ses albums très différents les uns des autres. Il m’a vraiment fait voir le jeu et l’utilisation de la guitare de manière différente, c’est sans doute ça qui m’a amené vers la classe de jazz du Conservatoire, où j’étais élève à l’époque. » Car, s’il joue dans un groupe de métal, Jack Ruetsch apprécie, écoute et travaille de nombreux genres musicaux : « En musique, il ne faut pas s’enfermer, il faut garder son ouverture d’esprit, on a plein de choses différentes à découvrir tout au long de sa vie. »

Du Centre Europe à l’Olympia et aux Zéniths

Après avoir joué dans un premier temps avec des copains de classe et quelques formations à Tourcoing, le guitariste passe aux choses sérieuses lors de son arrivée à Mulhouse, à la fin des années 90. « Je suis venu à Mulhouse pour faire un BTS action commerciale, en alternance, et j’ai décroché un stage chez Aux Guitares, le magasin de musique qui était alors installé dans le Centre Europe, là même où se trouve aujourd’hui le Conservatoire ! Travailler dans un magasin de musique, c’était super, j’y suis resté 10 ans et je passais tout mon temps libre à jouer. » Jack rejoint alors le groupe de death-metal mulhousien Post-Mortem, avec qui il joue toujours (Ndlr : Post-Mortem vient de sortir son nouvel album Monumental Pandemonium et jouera au Noumatrouff, le 25 juin, avec Boost).

En 2007, le guitariste rejoint le groupe de métal Karelia, qui commence à se faire un nom sur la scène française. Signé sur une importante maison de disques, le groupe joue notamment à l’Olympia, au Bataclan et fait la tournée des Zéniths, en première partie des légendaires Scorpions. « C’était une super expérience et j’en garde d’excellents souvenirs : voir le nom de ton groupe écrit en lettres rouges sur la façade de l’Olympia, jouer devant 10 000 personnes avant Scorpions… Les gars de Scorpions étaient super avec nous, le guitariste Rudolf Schenker a même joué deux solos, en guest, sur notre album. C’était, pour nous, une belle reconnaissance de notre travail et du temps passé à bosser, à coller des affiches… »

Si l’aventure Karelia s’arrête en 2012, celle de Dust In Mind démarre en 2013, alors que Jack Ruetsch est devenu régisseur, puis prof au Conservatoire de Mulhouse. « J’ai joué avec Dust In Mind jusqu’en 2018, avant de faire une pause, j’en avais besoin, même si on est toujours resté en contact avec le groupe. En 2021, leur guitariste ne pouvait pas assurer une date, alors ils m’ont demandé de venir jouer avec eux. Dès la première répétition, c’était comme si on s’était quitté la veille ! Ils m’ont ensuite demandé si je pouvais faire la tournée de mars 2022 avec eux et on est parti trois semaines sur les routes dans toute l’Europe. »

« Une énergie collective, au service de la musique »

Une première tournée en tête d’affiche pour le groupe qui les a menés en Slovénie, en Allemagne ou encore en Belgique, alors même que les restrictions liées au Covid n’étaient pas encore levées partout.

« Certaines dates, en Espagne et au Portugal, ont dû être annulées, d’autres, en Allemagne, étaient tellement contraignantes pour les spectateurs que ça s’est ressenti sur la fréquentation. Malgré ça, les retours ont été très positifs, c’était super de voir les fans qui profitaient vraiment, certains ont même traversé l’Europe pour venir nous voir et nous revoir… Ca fait très plaisir de voir à quelle point la musique peut toucher les gens. L’énergie du groupe sur scène est communicative, c’est très pro et tout est bien préparé. L’équipe technique et le groupe forment un bloc, il y a à la fois un côté familial et bienveillant, sans histoires d’egos, et une grande énergie avec une approche saine et sérieuse du travail. Il y a une belle énergie collective, au service de la musique. »

Car on ne crée pas un album, des clips et des tournées sans un travail de tous les instants : la composition, l’enregistrement, la diffusion, les relations avec les labels, les tourneurs et les plateformes de streaming, la scénographie et les lumières sur scène, la création des visuels et des clips, leur montage ou encore la communication font partie intégrante de la vie d’un groupe en 2022. « Chez Dust In Mind, tout ce qui a trait au groupe est fait par le groupe, et notamment par Damien et Jennifer. C’est ce qu’on abordera pendant le workshop de samedi après-midi au Conservatoire : comment gérer et développer un projet artistique. »

Un rendez-vous immanquable pour les apprentis musiciens, de tous niveaux et toutes les esthétiques, qui pourront ensuite assister au concert du groupe, à 20h, dans l’auditorium du Conservatoire.

Samedi 21 mai au Conservatoire de musique, danse et art dramatique de Mulhouse : à 14h, workshop gratuit ; à 20h : concert de Dust In Mind (10€, 6€ réduit, gratuit -12 ans. Réservations : 03 89 33 78 01 et au Conservatoire avant le concert) + d’infos : www.facebook.com/DustInMindMusic et www.dustinmind.com

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR