Suivez-nous :
Du stade vers l’emploi : « Pas de bureau, pas de costume, pas de stress ! » | M+ Mulhouse

Du stade vers l’emploi : « Pas de bureau, pas de costume, pas de stress ! »

13 octobre 2021 à 11h50 par 8190

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Permettre à des recruteurs de rencontrer des candidats autour d’un stade plutôt que dans un bureau aseptisé. C’est la belle initiative menée par Pôle emploi et la Fédération française d’athlétisme, avec l’appui de l’Entente Grand Mulhouse Athlétisme et du Comité départemental d’athlétisme.

Ce mardi, au Stade de l’Ill, une soixantaine de demandeurs d’emploi et une vingtaine de recruteurs ont revêtu leur plus beau survêtement pour l’édition mulhousienne de l’opération « Du stade vers l’emploi ». « L’objectif est de recruter de manière décalée, en s’appuyant sur des épreuves sportives, expose Rudy Tichy, le directeur de l’agence Pôle emploi de Mulhouse-Drouot. Nous avons dix équipes, composées de demandeurs d’emploi et d’employeurs, où personne ne sait qui est qui. »

Faire tomber les barrières

Un moyen de recruter des athlètes ?

« L’opération Du stade vers l’emploi a été initiée par la Ligue d’athlétisme des Hauts de France, il y a quelques années et a connu un succès considérable, alors pourquoi pas nous lancer, nous aussi », explique Jean-Pierre Deloy, le président de la ligue du Grand-Est. Et si l’opération permet de faire découvrir l’athlétisme à des dizaines de personnes, pour la majorité néophytes, le but premier n’est pas de grossir les rangs des clubs : « Pas sûr que les jeunes viennent s’inscrire dans les clubs par la suite, poursuit le président. Mais on fait preuve d’altruisme pour tous les jeunes qui cherchent un emploi, en espérant qu’ils y trouvent leur compte ! » Et Pascal Bleu, le président de l’EGMA et du Comité départemental, de conclure : « L’athlétisme n’est pas que de la performance pure, il y a aussi un esprit d’accompagnement. Le but est d’aller plus vite, plus haut et plus loin ! »

Les équipes participent à différents ateliers, de course, sauts ou lancers, avec un objectif : réussir ensemble. « C’est plus qu’une compétition, analyse Pierric Ouvrard, le directeur territorial de Pôle emploi dans le Haut-Rhin. Dans le sport, on retrouve des valeurs comme l’esprit d’équipe, la solidarité, l’esprit d’initiative… » L’anonymat des participants, tous en jogging pour cette matinée, fait forcément tomber des barrières et il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour tomber sur un recruteur et un candidat, presque par hasard. « Aujourd’hui, dans le monde de l’entreprise, on a de grandes difficultés pour recruter certains profils, explique Cathy, en reprenant son souffle. Les méthodes de recrutement habituelles ne suffisent plus, cette façon de faire est très intéressante ! » Pour Hajar, qui espère trouver un maître d’apprentissage pour son BTS, les barrières tombent aussi plus facilement autour d’une piste d’athlétisme : « On se sent plus libre d’être qui on est, c’est différent d’un entretien d’embauche. Là, je ne sais pas avec qui je parle, il n’y a pas de bureau, pas de costume, pas de stress ! »

Coéquipier le matin, employeur l’après-midi

Après avoir transpiré pendant deux heures puis échangé autour d’un repas, il est temps de tomber le masque, avec un job dating, lors duquel chacun peut découvrir si son coéquipier du matin peut devenir son employeur ou employé du lendemain. « Dès l’échauffement, on voit que les contacts s’établissent, ça pousse au contact, poursuit Pierric Ouvrard. Au moment de la révélation, les gens sont très surpris ! » Et ça marche : à l’issue de l’opération colmarienne du 5 octobre dernier, 23 recrutements ont été effectués, le jour même !

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR