Suivez-nous :
« Ce qu’il en reste » : l’exposition inédite de Françoise Saur au musée des Beaux-Arts | M+ Mulhouse

« Ce qu’il en reste » : l’exposition inédite de Françoise Saur au musée des Beaux-Arts

3 mars 2022 à 17h25 par 5970

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Le musée des Beaux-Arts accueille, du samedi 5 mars au dimanche 15 mai, l’exposition inédite de la photographe Françoise Saur, « Ce qu’il en reste ». Dans un dialogue entre photos et documents, c’est la notion de mémoire, à la fois personnelle et universelle, que questionne, avec talent et pertinence, Françoise Saur.

« Que reste-il de nos vies qui passent de manières joyeuses ou laborieuses, qui accumulent des biens, des diplômes, des contacts épistolaires, des créations et des engagements, des objets et des histoires qui deviennent obsolètes ; qui ont des modes de fonctionnement qui ne sont plus d’actualité et vont tomber dans l’oubli ? » Signé de la photographe Françoise Saur, cet avant-propos à son exposition « Ce qu’il en reste », présentée du 5 mars au 15 mai au musée des Beaux-Arts de Mulhouse, éclaire la thématique de cette exposition où se mêlent photos en grand format et documents d’archives.

« Nous sommes très heureux d’accueillir Françoise Saur, une artiste à la renommée internationale, au musée des Beaux-Arts de Mulhouse pour cette exposition inédite, qu’elle a conçue et scénographiée, souligne Laure Houin, conseillère municipale déléguée aux Musées municipaux. Cette exposition, née de la réception en héritage d’un fonds conséquent d’objets, questionne la notion de mémoire personnelle mais aussi universelle. »

« Que reste-t-il de nos vies humaines dans l’éternité ? »

Christophe Schmitt

Première femme récompensée par le prix de photo professionnelle Nicéphore Niépce, en 1979, Françoise Saur est née à Alger, en Algérie, et s’est formée à l’école Louis-Lumière puis à Essen, en Allemagne, auprès du photographe Otto Steinert, fondateur de la Subjektive Fotografie. Auteure de plusieurs livres et de nombreuses expositions, elle travaille surtout sur des sujets sociologiques, prenant le temps d’apprivoiser les territoires et de connaître les personnes qu’elle photographie. La Chine, le Laos, l’Algérie ou encore l’Alsace, les Vosges et le Massif central font partie des lieux photographiés par Françoise Saur, qui s’est, cette fois, plongée dans son histoire familiale pour concevoir « Ce qu’il en reste ».

« C’est un héritage conséquent d’objets et de documents, accumulés par plusieurs générations qui a impulsé ce travail, explique Françoise Saur. Ces documents traitent de notre histoire familiale, mais aussi de l’histoire de l’Algérie, de l’Alsace et des thématiques du voyage, de l’exil, du souvenir, de l’amour… L’accumulation de tous ces objets matériels a un côté dérisoire : ça a de la valeur tant que l’on vit mais quelle importance ça a vraiment ? Finalement, la question est : que reste-t-il de nos vies humaines dans l’éternité ? »

Un dialogue entre photos et documents

Christophe Schmitt

Une question vaste, n’appelant pas vraiment de réponses, qui sous-tend l’ensemble de l’exposition, présentée dans cinq salles où des thématiques dédiées se déploient, via de superbes tirages photos grand format et des documents d’archives intimes (cartes postales, diplômes, faire-part, cartes…). Photos et documents dialoguent entre eux autour de la notion de mémoire, à la fois personnelle et universelle. Une vidéo inédite, co-réalisée par Françoise Saur et le musicien Joris Rühl, qui en signe également la musique, vient compléter l’exposition. « Cette vidéo est montée à partir d’images fixes, extraites des 11 300 photos de mon journal photographique, que j’ai démarré dans les années 70, souligne Françoise Saur. Ce sont des images d’énergie, de vie ! »

Pour aller plus loin, deux visites, en présence de l’artiste sont organisées dimanches 13 mars et 3 avril à 15h, ainsi qu’un concert, avec les musiciens qui ont signé la musique de la vidéo présentée dans l’exposition, vendredi 29 avril à 19h. Un atelier d’initiation à la photo sera également proposé, aux enfants de 7 à 12 ans, vendredi 22 avril à 14h. Tous les évènements sont gratuits, sur inscription.

Du samedi 5 mars au dimanche 15 mai, tous les jours de 13h à 18h30, sauf mardis et jours fériés. Entrée gratuite. + d’infos : beaux-arts.musees-mulhouse.fr

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR