Suivez-nous :
Avant-première : « Chez ta mère », nouvelle guinguette estivale à Motoco | M+ Mulhouse

Avant-première : « Chez ta mère », nouvelle guinguette estivale à Motoco

6 juillet 2020 à 16h56 par 8 6520

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Le Covid-19 n’aura douché ni l’inventivité, ni la créativité à Motoco, qui s’apprête, d’ici la mi-juillet, à ouvrir une guinguette bucolique ouverte à tous, du jeudi au dimanche, tout au long de l’été.  

Celles et ceux qui la côtoient le savent : il ne faut pas trop chatouiller Alexandra Weisbeck pour qu’elle dégaine. Aussi, quand la patronne de Motoco, Martine Zussy, lui a glissé à l’oreille l’idée d’un projet de guinguette, l’artiste mulhousienne – à la fois plasticienne, scénographe et véritable couteau suisse – a foncé, tête baissée, dans le projet accompagnée de son seul talent, d’une belle dose de courage et de Nicolas Ziegler, autre couteau suisse et unique salarié de Motoco.

Du jeudi au dimanche

Catherine KohlerAlexandra Weisbeck et Nicolas Ziegler s’investissent pour donner vie à la guinguette.

« C’est vrai que ça s’annonce tout de même chaud. On est parti de zéro et il faut tout faire en à peine 15 jours. Il va falloir pas mal improviser », concède Alexandra Weisbeck, qui espère bien encore voir d’autres artistes résidents de Motoco la rejoindre dans cette nouvelle aventure. « Chez ta mère », nom donné à la future guinguette bucolique, devrait, selon toute vraisemblance, ouvrir ses portes, d’ici la mi-juillet, les jeudis et vendredis de 17h à 22h, samedis de 14h à 22h, ainsi que les dimanches de 11h à 18h. Pour l’heure, seul un ancien chalet de Noël, acheté il y a une poignée de jours, donne une indication sur le lieu où se tiendra cette guinguette, réalisée de bric et de broc avec du matériel de récupération et avec ce supplément d’âme et de bon goût, la marque de fabrique d’Alexandra Weisbeck.

A boire et à manger

L’occasion pour tous de bientôt faire des escales bien senties, jusqu’au 30 août, au pied de l’imposant bâtiment 75 du site de DMC qui abrite Motoco et à quelques mètres du cours d’eau du  Steinbaechlein. « Pour boire un verre, se rencontrer et même manger avec un service de restauration confié à un prestataire extérieur. Promis, ce sera une vraie guinguette et il y aura de bonnes et saines choses à boire et à manger ! », confie Martine Zussy, pas la moins heureuse à l’idée de ramener de la vie sur le site qui accueillera, par ailleurs, à partir du 18 juillet et pour 10 jours, l’exposition « Botanica Territoires croisés », fruit d’un travail d’artistes de Motoco sur la flore de l’emprise DMC. Avant la suite des réjouissances, sous réserve que les conditions sanitaires soient réunies, avec notamment la tenue du festival Météo les 28 et 29 août, puis les 19 et 20 septembre avec les Ateliers ouverts et le Bal masqué, ou le festival Microsiphon, les 9, 10 et 11 octobre…

+ d’infos : motoco.frFacebook/motocoandco/

Motoco ne lâche rien

Catherine Kohler

« Vivre ou mourir… » Comme d’accoutumée, Martine Zussy, présidente de la SAS Motoco&Co, ne manie pas la langue de bois. Si la crise sanitaire liée au Covid-19 laissera des traces indélébiles dans l’histoire récente de Motoco, il est écrit aussi que rien n’arrêtera la dynamique du lieu, fort de ses 140 artistes résidents.

« On ne va pas dire que c’est facile, concède Martine Zussy. Nous tournons avec une centaine d’événements par an, qui représentent l’essentiel de nos ressources. Du 1er mars à début juillet, nous avons dû tout annuler, nous accusons une baisse de 88% de notre chiffre d’affaires. J’essaye donc de faire des économies là où je peux et notre unique salarié a été mis au chômage partiel sur la période. J’espère que les choses repartiront à la rentrée, sinon ça deviendra compliqué. »

Durant le confinement, Motoco n’est pas resté les bras croisés et aura démontré « beaucoup de bienveillance entre les artistes et d’inventivité », comme le confie la responsable des lieux.

Ressources et compétences

On se souvient de l’appel à la solidarité, via la plateforme Kisskissbankbank.com, qui aura permis de récolter cinq fois plus d’argent que l’objectif initial des 5 000 euros, grâce à la mobilisation de 300 contributeurs. On se souvient encore d’autres initiatives, montées ici et là, à l’instar de ces « commandos » d’artistes réunis autour de #dessinemoimonchezmoi, mais aussi de la capacité des résidents de Motoco à s’ouvrir désormais au-delà de la seule sphère culturelle. Et « sans se renier pour autant », précise Martine Zussy, qui met en exergue la capacité de certains artistes résidents à plancher sur des projets où l’on ne les attend pas forcément, comme lorsque des promoteurs immobiliers font appel à leur créativité…

Preuve s’il en fallait que Motoco a des ressources et des compétences qui laissent imaginer à des lendemains qui chantent en renouant avec le fameux cercle vertueux, mis sur orbite depuis plus de deux ans par Martine Zussy et ses complices, consistant à trouver le parfait équilibre entre logique économique et énergie créatrice (lire nos articles « Les nouvelles perspectives de Motoco »« La planète sur orbite » ).

Textes : Marc-Antoine Vallori – Photos : Catherine Kohler

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR