Suivez-nous :
Urban athlé : « A la base, je n’aime pas courir, mais là… » | M+ Mulhouse

Urban athlé : « A la base, je n’aime pas courir, mais là… »

5 août 2020 à 15h19 par 7260

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Permettre à des jeunes âgés de 7 à 17 ans de découvrir différentes pratiques de l’athlétisme, sous forme ludique et en étant encadrés par des athlètes de haut-niveau, c’est l’objectif de l’action Urban athlé, organisée ces mardi et mercredi au Waldeck et au stade de l’Ill, dans le cadre du partenariat entre la Ville et la Fédération française d’Athlétisme et en collaboration avec l’EGMA.

Les rayons du soleil commencent à réchauffer la piste d’athlétisme du stade de l’Ill, ce mercredi matin. Ça tombe bien, c’est là qu’une quarantaine d’enfants inscrits aux Planètes aventures pour la plupart, s’initient au b.a.-ba de l’athlétisme. « Il y a 30 ou 40 ans, l’athlétisme était pratiqué systématiquement dans les écoles et les collèges, ce qui n’est plus le cas, déplore Jean-Marie Bellicini, le secrétaire général de la Fédération française d’Athlétisme. Le but de ce type d’animations est de montrer qu’on existe et de permettre aux jeunes de faire du sport à l’extérieur, ce qui, par les temps qui courent, ne fait pas de mal ! »

Faire revenir les jeunes dans les clubs

Départ dans les starting-blocks, saut en longueur ou en hauteur, triple saut ou encore haies… De nombreuses disciplines de l’athlétisme sont proposées aux enfants, qui n’ont, pour la plupart jamais foulé une piste d’athlétisme. « Pour nous, une animation comme ça, pendant l’été, c’est du pain béni, souffle Pascal Bleu, président de l’Entente Grand Mulhouse Athlétisme (EGMA) et du Comité départemental d’athlétisme du Haut-Rhin. Avec le confinement, on a un peu perdu le fil avec les athlètes, nous avons peur que les jeunes aient perdu l’habitude et ne reviennent pas dans les clubs à la rentrée. »

Thomas IttyA l’image du saut en longueur, une dizaine de disciplines athlétiques étaient à découvrir lors d’Urban athlé.

Des champions en exemple

L’EGMA, par le biais des quatre clubs regroupés sous sa bannière, affiche un effectif de quelque 560 licenciés, qui a plutôt tendance à augmenter, « grâce notamment aux Mulhousiennes ou au Trail urbain, aux gens qui font du running en loisir et qui franchissent le pas », poursuit Pascal Bleu, pour qui les jeunes sont la relève. Et quoi de mieux que des exemples pour montrer que la formation peut mener à de très beaux podiums ? Pour cette deuxième édition d’Urban athlé, c’est un plateau de choix qui a accompagné les éducateurs des différents clubs dans l’encadrement des jeunes participants : Max Sirguey (ASPTT), Théo Schaub (ACIK) et Brigitte Ntiamoah (FCM), tous trois en équipe de France.

« Quand on fait des perfs, on continue ! »

« Notre présence peut les booster, confie Brigitte Ntiamoah, vice-championne d’Europe sur 4x100m en 2016 et sélectionnée aux JO de Rio la même année. Ça leur fait du bien de faire du sport et c’est bien de se dire qu’on peut leur apporter quelque-chose. » Comme pour bon nombre des enfants présents sur Urban athlé ce mercredi, la rencontre entre Brigitte Ntiamoah et l’athlétisme s’est faite presque par hasard : « Ma mère me disait que je courais partout, alors elle m’a inscrite au FCM, explique l’athlète. J’aimais bien alors j’ai continué et puis, quand on fait des perfs, on continue ! »

« C’était trop bien ! »

Tous les enfants ne finiront pas sur les podiums internationaux comme Brigitte, Théo ou Max, qui leur ont donné des conseils ce mercredi matin. Si certains s’inscriront peut-être dans un club, tous auront découvert une activité sportive, à l’image de Jade, 10 ans, même pas essoufflée après sa course. « C’est bien, parce qu’on fait du sport, je n’en fais pas beaucoup pendant les vacances ! Ici, c’est des jeux sportifs, on le fait en s’amusant. A la base, je n’aime pas courir mais là, c’était trop bien ! »

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR