Suivez-nous :
Un Nouveau programme de renouvellement urbain pour réinventer Mulhouse | M+ Mulhouse

Un Nouveau programme de renouvellement urbain pour réinventer Mulhouse

19 novembre 2020 à 17h06 par 3 0275

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) entre dans sa phase active. À l’échelle de Mulhouse, ce sont 256,3 millions d’euros qui vont être consacrés à la revitalisation des quartiers Drouot et Coteaux, mais aussi du secteur Péricentre.

A l’image du premier Programme de renouvellement urbain, qui a transformé des pans entiers de Mulhouse, de Vauban-Neppert à Wolf-Wagner en passant par Bourtzwiller et Franklin, le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), désormais sur les rails, va lui aussi modifier en profondeur le visage de Mulhouse cette prochaine décennie. Démolitions, productions de logements neufs, rénovations de l’habitat ancien, créations de nouveaux équipements publics, aménagements de nouvelles voiries, requalifications d’espaces publics… Au total, c’est une enveloppe de plus de 256 millions d’euros qui va être consacrée au programme mulhousien (381 millions d’euros à l’échelle de l’agglomération), qui se concentrera à revitaliser les secteurs Drouot, Coteaux et Péricentre.

50 000 Mulhousiens concernés

« Le temps de l’urbanisme est un temps long, souligne Alain Couchot, adjoint au maire délégué au Renouvellement urbain. Ce Nouveau programme national de renouvellement urbain s’inscrit dans la logique des deux projets municipaux phares de ce mandat que sont Mulhouse Diagonales et la Ville du quart d’heure (lire notre article). »

Amélioration du cadre de vie, désenclavement des quartiers, connexions facilitées aux espaces urbains, favorisation de la mixité sociale… Voilà dans les grandes lignes, les ambitions de ce programme XXL qui bénéficiera, d’une manière ou d‘une autre, à 50 000 Mulhousiens, soit quasiment un habitant sur deux.

Au Drouot. Comme déjà annoncé à plusieurs reprises sur mplusinfo.fr, les opérations vont notamment porter sur l’aménagement et la construction d’un quartier neuf en entrée de ville donnant une large place au végétal et à l’eau, en lieu et place de l’actuel « Nouveau Drouot » (279 logements) qui, après la phase de relogements des habitants en cours (Ndlr : 60 ménages sur 213 restent à reloger), sera voué à être progressivement démoli, à partir de début 2021. L’autre grand chantier du secteur se concentrera sur l’habitat du « Drouot historique » avec des opérations de réhabilitation et de résidentialisation mais aussi des interventions sur les espaces publics, à l’image du réaménagement prévu de la place Hauger. Parallèlement, des opérations de réhabilitation et de résidentialisation devraient intervenir sur le ban communal d’Illzach, voisin du Drouot.

Catherine KohlerLe « Nouveau Drouot » est appelé à être démoli.

Aux Coteaux. Les opérations vont se concentrer principalement sur la restructuration complète du secteur Est du quartier. Devenu obsolète, le parc social et privé de logements est voué à la démolition (copropriété Peupliers-Nations, ainsi que les deux tours Dumas et la barre Verne, soit 320 ménages concernés dont 212 restent, pour l’heure, à reloger). Le programme prévoit également la réalisation de nouveaux équipements publics concernant les trois groupes scolaires, le gymnase et le multi-accueil petite enfance. Parallèlement, le Plan initiative copropriété, mobilisant des financements de l’Etat consacrés pour l’essentiel à des travaux de mise en sécurité, se met en place pour les résidences Plein Ciel 1 et 2, Camus, Delacroix et Nations.

Catherine KohlerAux Coteaux, les opérations vont se concentrer à restructurer le secteur Est du quartier.

Péricentre Sud (Fonderie). L’enjeu majeur de ce secteur réside à étendre le cœur d’agglomération en conjuguant les fonctions urbaines (résidentielles, tertiaires, industrielles et des équipements publics structurants) dans une logique de « Ville du quart d’heure », en faisant monter en gamme le parc d’habitat privé et en transformant le village industriel pour en faire un secteur pleinement ancré dans le XXIe siècle. Une ambition qui passera notamment par les aménagements de voiries et d’un mail piéton reliant le quartier au centre-ville, la démolition du foyer des Marronniers quai d’Oran et l’aménagement du Village industriel Fonderie, mais aussi la rénovation de l’habitat ancien, la résidentialisation du patrimoine de m2A Habitat (3 Fontaines) et la construction de nouveaux programmes immobiliers. Programmée également, la mise en place d’une passerelle reliant le Village industriel Fonderie (VIF) et le secteur desservi par la station de tram Daguerre.

Marc-Antoine ValloriLa Fonderie, un secteur à forts enjeux.

Péricentre Nord (Briand). Autre secteur à fort enjeu, le quartier Briand dont la reconquête va prendre appui sur le commerce, en requalifiant l’avenue Briand (lire par ailleurs sur mplusinfo.fr), en assurant la connexion commerciale avec le centre-ville, via le boulevard Roosevelt et la rue Franklin, et en valorisant-restructurant la halle du marché et son esplanade.

Péricentre Nord (Franklin-Fridolin, Wolf-Wagner-Vauban-Neppert). Il s’agira, dans ces secteurs, de renforcer et consolider les opérations menées dans le cadre du premier acte du Programme de renouvellement urbain, notamment par la réhabilitation énergétique et la résidentialisation du patrimoine de m2A Habitat (Cités Sellier et Wolf).

Accompagnement des habitants

Autant d’opérations qui constituent le fil conducteur du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) et dont la Ville se fait le devoir d’accompagner les habitants concernés.

« Le NPRU est un processus long, complexe et douloureux. Sa réussite est conditionnée par la participation citoyenne. L’accompagnement des habitants est, à nos yeux, d’abord une conviction plus qu’une obligation. Les règles du jeu doivent être claires avec les habitants et cela commence par les informer, souligne Cécile Sornin, adjointe au maire en charge de la Vie citoyenne, avant de donner des exemples d’actions déjà réalisées, tel le travail de mémoire mené par la photographe Anne Immelé au Drouot pour accompagner les habitants concernés par la démolition de leurs logements. Il y a un travail de deuil à faire pour certains… »

Le planning des opérations.

Reconstruire à hauteur de 60% de l’offre démolie

Toutes opérations confondues, ce sont quelques 900 logements qui seront détruits à l’occasion de ce Nouveau programme national de renouvellement urbain. « Il est prévu de reconstruire à hauteur de 60% de l’offre démolie, soit 622 logements, majoritairement dans des communes extérieures à Mulhouse, présentant un déficit dans la production de logements aidés, ce qui va permettre de dédensifier des secteurs de la ville, précise Alain Couchot. Conclusion de Cécile Sornin : « Le NPNRU, c’est un programme qui engage les générations futures ! » Rendez-vous dans 10 ans pour s’en rendre totalement compte…

Un budget total de 381 M€

Pour la Ville de Mulhouse, le Nouveau programme national de renouvellement urbain représente 256,3 M€ sur un total de 381 M€ à l’échelle de l’agglomération, dont près de 100 M€ en reconstitution du parc social. Le budget est financé notamment par :

  • Agence nationale pour la rénovation urbaine (94,4 M€)
  • Ville de Mulhouse (61,9 M€)
  • Prêts Action Logement (18,6 M€)
  • Caisse des dépôts (18,3 M€)
  • m2A Habitat (16,3 M€)
  • m2A (15,2 M€)
  • Autres bailleurs (4,1 M€)
  • Département du Haut-Rhin (4 M€)
  • ANRU+ (1,8 M€)
Print Friendly, PDF & Email

Discuter

5 réponses à “Un Nouveau programme de renouvellement urbain pour réinventer Mulhouse

  1. C’est sur, ça fera des quartiers plus propres et l’illusion d’une ville plus belle. Mais ça n’apporte aucune réponse à la pauvreté grandissante, à ceux qui sont exclus et d’une manière générale au mal-être qui en découle. Il me semble qu’en matière de renouvellement, celle du changement des mentalités individualiste serait bien plus souhaitable, légitime et constructif pour un  » vivre ensemble  » meilleur.

  2. Pas de nouvelles lignes de tram ni de projets d’extension c’est dommage. Une extension de 2 km maxi du tram permettrai de désenclaver le Drouot (pour desservir le collège, la piscine des jonquilles et le lycée Bugatti). Cela aurait peut être représenté seulement 20-30 millions d’euros sur les 256 millions d’euros pour Mulhouse. Faire « propre » ne suffit pas.

  3. C,est bien mais ce n’est pas tout, il faut donner une egelité de chance donner du travail, il ne faut pas laisser à vivre avec RSA et un job précaire Cultiver les gens pour qu’il protège les environnements, cultiver vers une vie respectueuse en vie commune… Avant tout partage du travail! Je voix les jeunes se traînent entre les immeubles , passaient le temps inutilement. A partager les richesses nationale de tout…

  4. Tout à fait Brice.
    De nouvelles extensions du tramway manquent cruellement ,et pas seulement afin de desservir les quartiers à la périphérie du centre.
    Car il nous faut également un maillage des zones densément peuplées de l’hyper centre.
    Et à contrario de ce que beaucoup pensent,nos rues ne sont pas trop étroites (c’est notre tramway qui prend trop de place lorsqu’on lui voue à lui seul nos voies : à Basel,les rues étroites sont partagées avec les voitures ).
    Je ne comprends absolument pas que le futur de notre ville fasse l’impasse ce mode de transport qui a fait ses preuve lorsqu’il a été bien pensé.

  5. Avec la ville du quart d’heure, il est impératif d’associer à la rénovation des bâtiments des actions autour des Mobilites et de l’économie et donc de l’emploi. Ou en est le projet Briand site école qui intègre tous ces aspects?

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR