Suivez-nous :
Roxana Maracineanu et Brigitte Klinkert à Mulhouse pour promouvoir l’insertion par le sport | M+ Mulhouse

Roxana Maracineanu et Brigitte Klinkert à Mulhouse pour promouvoir l’insertion par le sport

20 juillet 2020 à 16h39 par 1 0480

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Le sport, vecteur d’insertion des jeunes, y compris des moins diplômés. C’est toute l’idée de l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS) avec sa grande tournée nationale « L’équipe de France espoir », qui a fait étape à Mulhouse ce lundi avec les deux ministres alsaciennes, Roxana Maracineanu et Brigitte Klinkert.

Le sport, ce ne sont pas seulement des champions, c‘est aussi un vecteur d’insertion et d’inclusion des jeunes, y compris les non ou peu diplômés. Si l’idée n’est pas toute neuve, elle fait son chemin et prend aujourd’hui encore davantage d’ampleur par la voix de l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS) aux manettes, depuis le 9 juillet dernier, d’une grande tournée de mobilisation de 40 dates, baptisée « L’équipe de France espoir », en lien avec l’Association des maires de France et le soutien des ministères du Travail, de la Cohésion sociale et des Sports.

Pour la quatrième étape de cette tournée qui s’est arrêtée ce lundi 20 juillet à Mulhouse, les organisateurs ont imaginé les choses en grand avec la présence de pas moins de deux ministres alsaciennes : Roxana Maracineanu, Ministre déléguée auprès du Ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, en charge des Sports, et Brigitte Klinkert, Ministre Déléguée auprès de la Ministre du Travail, de l’emploi et de l’insertion, chargée de l’Insertion. Autour d’elles et réunis sur le plateau du gymnase Erbland, ils étaient une soixantaine de jeunes mulhousiens repérés par le tissu associatif et institutionnel à s’essayer à des pratiques sportives, des ateliers, à partager des expériences, puis à rencontrer des entreprises et des acteurs de l’emploi et de la formation.

Synergie

Thomas IttyUne soixantaine de jeunes était réunie sur le plateau du gymnase Erbland.

« L’inclusion par le sport, ça marche !, s’exclame Jean-Philippe Acensi, président-fondateur de l’APELS, chiffres à l’appui. 300 jeunes ont, par exemple, été embauchés au niveau national par le Crédit Agricole, dont 80% sans diplôme. L’idée est de lancer un véritable mouvement populaire en allant chercher et repérer des jeunes dans les quartiers où ils se trouvent. La démarche -è comme ce lundi à Mulhouse – consiste une fois repérés,  d’identifier leurs qualités (détermination, travail d’équipe, créativité, solidarité…) par le biais du sport, pour ensuite mettre les jeunes en relation avec les entreprises locales, Pôle emploi, les missions locales… On sait que des compétences acquises dans le sport sont transférables dans le milieu professionnel ».

Un discours dont l’association mulhousienne L’Elan sportif a, depuis longtemps, fait sien. « Chaque année, nous accompagnons entre 50 et 100 jeunes, explique Stephane Hengy. Environ 80% d’entre eux décrocheront un emploi, une formation ou, du moins, seront remis sur une nouvelle dynamique. L’idée d’une telle journée est de mettre en lumière ce travail réalisé et surtout l’ensemble des acteurs (entreprises, collectivités, clubs sportifs, partenaires de l’emploi et de la formation…) en synergie. « La France entière nous envie des associations comme L’Elan sportif et son travail réalisé sur le terrain, commente le maire de Mulhouse Michèle Lutz, qui insiste sur les « nombreuses vertus du sport », à la fois « vecteur d’insertion, du vivre ensemble et de cohésion sociale… »

Compétences transférables

Thomas IttyPlus de 700 000 jeunes vont arriver ces prochaines semaines sur le marché de l’emploi en France.

« Nous avons demandé beaucoup de sacrifices à nos jeunes durant le confinement, aujourd’hui, c’est à nous de leur apporter des réponses, explique la Ministre Brigitte Klinkert, qui devait également se rendre dans l’après-midi dans les locaux mulhousiens de l’association Epices et du réseau des Clubs régionaux d’entreprises partenaires de l’insertion (Crepi). Nous savons que nous allons avoir dans les prochaines semaines, plus de 700 000 jeunes arrivés sur le marché de l’emploi. L’objectif est de ne pas les laisser seuls au bord de la route, à travers des mesures de soutien à l’embauche, à l’apprentissage, des contrats d’insertion, de services civiques (…). Le sport – au même titre que la culture et la vie associative – est un vecteur d’insertion. Le travail, l’engagement et les solidarités qui s’y rattachent sont transférables sur le champ de l’emploi. » « Nous avons aujourd’hui repéré environ 2 000 associations en France faisant du sport un vecteur d’insertion. Il s’agit d’accompagner ce mouvement, de l’amplifier, souligne Roxana Maracineanu. Je suis l’exemple même de ce que le sport peut apporter… »

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR