Suivez-nous :
Musique : de Mercyless à Jesers, notre sélection d’albums | M+ Mulhouse

Musique : de Mercyless à Jesers, notre sélection d’albums

26 février 2021 à 16h34 par 9160

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Si les temps sont durs pour les groupes locaux de musiques actuelles, la période est propice à la création. M+ a sélectionné plusieurs albums et morceaux sortis ces derniers temps, en attendant de retrouver les groupes sur scène…

Mercyless – The Mother Of All Plagues

Groupe mythique de la scène death metal française du début des années 90, Mercyless est plus actif que jamais depuis sa reformation, en 2011. Sorti en août 2020 et salué par la critique, le dernier album du combo mulhousien The Mother Of All Plagues, respire la sincérité, l’efficacité et la rage et porte haut l’étendard du death metal « old school », cher au chanteur-guitariste Max Otero. « L’album était déjà prêt fin 2019 mais le mixage ne nous convenait pas, du coup nous l’avons fait refaire et finalement on s’est retrouvé au printemps 2020 avec toutes nos activités en standby… On a sorti le disque en août 2020 mais on n’a pas pu faire de concerts pour le promouvoir. L’album est encore un peu plus sombre que Pathetic Divinity, sorti en 2016, mais reste dans la lignée de ce que l’on propose depuis qu’on est revenu : un death-métal old school bien violent, avec un son organique. C’est notre ligne directrice et celle qui plaît à notre public. »

Authentique, puissant et sans concessions, tout au long de ses 11 titres, l’album est complété par un EP, avec quatre reprises de Hellhammer, Venom, Possessed et Motörhead. « C’est un petit bonus qu’on a souhaité inclure pour les 30 ans du groupe, un moyen pour nous de rendre hommage à ces groupes qui ont été des influences majeures de Mercyless. »

The Mother Of All Plagues disponible en CD, vinyle et même en cassette chez https://www.xenokorp.com/. A écouter sur YouTube, Spotify et Deezer. + d’infos : www.facebook.com/mercylesscult

Trezïa – Qiral

Avec son premier album, Trezïa fait fort et propose neuf titres de rock progressif aux couleurs 70’s, avec des influences groove-metal et même jazz. Autour de la voix puissante, aux accents « Jopliniens » de la chanteuse Izïa, les quatre musiciens déploient nappes de claviers, riffs et solos de guitares sur une base rythmique solide et riche en groove. « Le groupe existe depuis 2013 mais la formation actuelle ne joue ensemble que depuis 2017, expliquent Hugo et Guillaume, respectivement guitariste et claviériste de Trezïa. On a beaucoup joué dans toutes les salles de la région et on a pris notre temps pour composer notre premier album, qui n’est pas simplement une compilation de morceaux mais un ensemble de titres cohérents, dans une démarche artistique complète. On a travaillé pendant deux ans sur les morceaux, leurs structures, les textes qui traitent des réseaux au sens large, le son, les atmosphères, le visuel… »

Un travail acharné qui a payé, avec un album très riche, divisé en trois parties comme autant de facettes d’un groupe dont les influences sont multiples, de Pink Floyd à Radiohead, en passant par Rush, Toto ou Deftones. Des violons et même un solo de saxophone viennent parfois enrichir l’album, dont les auteurs n’attendent désormais plus qu’il puisse déployer toute sa richesse sur scène.

Qiral disponible en CD. A écouter sur YouTube et sur les plateformes de streaming : Spotify et Deezer. + d’infos : www.facebook.com/Trezia.band

Sxndrxm – Bad Lovers

Précédé du single Sleep In A Car, le deuxième EP de Sxndrxm, Bad Lovers, sort ce 5 mars. Désormais signé sur le label Hell For Breakfast, le groupe mulhousien entend bien continuer son ascension, avec son rock puissant qui mélange mélodies et envolées énervées, portées par le chant tout en nuances de Clelia. Depuis sa formation, en 2018, Sxndrxm a perdu ses voyelles, le groupe s’appelant auparavant Syndrom, et a gagné de nombreux fans, en jouant un peu partout et notamment au Hellfest, en 2019.

« Cet EP n’était pas prévu, à la base on voulait simplement sortir deux morceaux et tourner tout au long de 2020, explique Louison, le batteur du groupe mulhousien. Finalement, comme on s’est retrouvé coincés chez nous pendant deux mois, on en a profité pour faire plus ! » Enregistré puis mixé durant l’été, Bad Lovers est le premier disque de Sxndrxm à sortir sur le label canadien Hell for Breakfast avec qui le groupe a signé à l’automne. « Cet EP montre vraiment le son et le style qu’on souhaite proposer, fruit de nos univers et de nos goût musicaux variés au sein du groupe. Les morceaux sont à la fois plus sombres, plus lourds et moins bruts, plus subtils, en jouant davantage sur les ambiances que sur l’agressivité. » Deux morceaux peuvent déjà être écoutés, le single Sleep In A Car qui a droit à son clip et Pills, sorti le 19 février. Sxndrxm a également adapté, à sa sauce, le célèbre titre de Placebo Protège-moi, à découvrir sur You Tube.

Bad Lovers, disponible à partir du 5 mars en CD et sur les plateformes de streaming : Spotify et Deezer+ d’infos : www.facebook.com/SxndrxmOff

Mady Riama – Bedroom Sessions

C’est un artiste mulhousien assez mystérieux qui s’est dévoilé ces dernières semaines avec ses vidéos de « Bedroom Sessions », publiées sur Instagram, dans lesquelles il présente ses morceaux originaux entièrement composés et interprétés dans sa chambre. Auteur, compositeur, interprète, Mady Riama fait de la musique depuis plus de 17 ans, d’abord au sein d’un groupe de rap, puis en tant que producteur et beatmaker. C’est le premier confinement qui l’a incité à franchir le pas et à présenter au public ses propres créations, avec succès puisque l’artiste compte désormais près de 6 000 abonnés à son compte Instagram et que certaines de ses vidéos dépassent les 25 000 vues. Sur des rythmiques soignées et des boucles de guitares ou de claviers créées en direct, Mady Riama y chante, en français, la richesse et les difficultés des relations humaines, mélangeant chanson française et musiques urbaines avec des influences blues.

Pour la sixième et dernière vidéo des Bedroom Sessions, la chanson de rupture Cigarette, Mady Riama a choisi, sur fond de percussions et de piano, le cadre du Théâtre de la Sinne afin d’y tourner un clip, en transposant le décor de sa chambre sur la scène. Un beau moment, qui en annonce d’autres et notamment la sortie de son premier EP, en 2021.

Bedroom Sessions visibles sur Instagram+ d’infos : madyriama.com

Jesers – Mon Reflet

Avec Mon Reflet, Jesers revient avec un album acoustique et posé, écrin idéal pour la poésie de cet inclassable artiste mulhousien. Depuis ses débuts au sein du légendaire groupe de hip-hop La Vieille Ecole, Jesers a poursuivi sa route et sorti notamment J’aimerais qu’on sème, en 2011, une véritable rencontre entre les styles et les cultures où il chantait, en compagnie de nombreux invités, les infinies nuances de l’amour, de la solidarité et de la tolérance. Après de nombreux concerts en France mais également en Afrique et en Asie, puis une pause de deux ans, Jesers a composé et enregistré Mon Reflet, sorti à l’été 2020. Soit un album personnel et intimiste, entre slam, hip-hop acoustique et poésie, où il raconte les liens familiaux, la richesse des rencontres et des voyages, à Gaza notamment, et l’amour encore et toujours…

Les neuf titres de l’album évoquent la lumière et la partage, avec leurs arrangements doux et les voix chaudes des choristes qui viennent renforcer la puissance des mots, « leur force, leur magie… » Avec l’espoir d’un moment de partage, sur scène, Jesers est programmé à l’Eden de Sausheim, le 22 mai prochain. On croise les doigts !

Mon reflet, disponible en CD et vinyle chez Mediapop Records et sur les plateformes de streaming : Spotify et Deezer+ d’infos : https://www.facebook.com/jesersoff

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR