Suivez-nous :
Musée de l’automobile : pleins phares sur Louis de Funès | M+ Mulhouse

Musée de l’automobile : pleins phares sur Louis de Funès

4 avril 2023 à 13h57 par 2 1790

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 4 minutes

La 2CV du « Corniaud », la DS de « Rabbi Jacob », la Méhari des « Gendarmes »… Avec « En vadrouille avec Louis de Funès », le Musée national de l’automobile met en lumière les voitures emblématiques de la filmographie du génie comique, disparu il y a 40 ans. Une expo temporaire, montée avec le Musée Louis de Funès de Saint-Raphaël, à découvrir du 5 avril au 5 novembre.  

On se souvient de Louis de Funès pour ses mimiques et ses répliques, moins pour ses voitures. À tort sans doute, tant elles font partie intégrante du succès de sa riche filmographie, de la Citroën DS des « Aventures de Rabbi Jacob » ou de « Hibernatus » à la Méhari des « Gendarmes », en passant par la 2CV du « Corniaud ». 40 ans après le décès de l’un des plus grands comiques intergénérationnels français, le Musée national de l’automobile crée l’événement en proposant, du 5 avril au 5 novembre, « En vadrouille avec Louis de Funès. L’acteur et ses voitures de légende ». Un titre explicite pour cette nouvelle exposition temporaire du musée mulhousien, réalisée en lien avec le Musée Louis de Funès de Saint-Raphaël, qui devrait faire du bruit, si l’on se fie à la horde de journalistes venus de tout l’Hexagone pour sa présentation à la presse.

Années 1960 et 1970

Catherine KohlerLa mythique Méhari des « Gendarmes ».

« Louis Funès a traversé cinq générations, il est toujours aussi présent, y compris chez les jeunes. Nous avons pris beaucoup de plaisir à monter cette exposition avec le Musée national de l’automobile et sa collection exceptionnelle (Ndlr : 420 véhicules d’exception exposés, dont la plus importante collection de Bugatti au monde), qui permet de se plonger dans la filmographie de Louis de Funès et des voitures emblématiques des années 1960 et 1970, souligne Nora Ferreira, la directrice du Musée Louis de Funès de Saint-Raphaël et commissaire de cette exposition temporaire. Nous avons rassemblé, sur un même lieu, l’héritage de l’histoire automobile au XXe siècle mais aussi l’héritage de l’acteur. » Parfaitement soignée et mise en scène avec ses éclairages, extraits sonores et panneaux XXL didactiques, l’exposition rassemble aussi quantité d’affiches, de photos de tournages, d’accessoires de films et des costumes – dont le chapeau original de « Rabbi Jacob » – mais aussi un précieux carnet de notes de cet acteur hors norme. Mais ce sont évidemment les 17 voitures exposées – originales et copies – qui servent de fil conducteur.

DS de Fantomas

Catherine Kohler« Je t’aurais Fantomas. Je t’aurais ! »

Sans dévoiler l’intégralité d’une visite franchement enthousiasmante pour les fans de l’acteur et de ses films devenus cultes, cette expo est une invitation pour tous à s’immerger dans cette France d’avant, objet de bien des fantasmes. Elle est aussi l’occasion rêvée pour revivre certaines scènes de films, revus et revus, devenues cultes à l’image du « Corniaud », lorsque Louis de Funès, au volant d’une Rolls-Royce, pulvérise la 2CV conduite par Bourvil. L’exposition vous invite encore à admirer la mythique Citroën Méhari verte des « Gendarmes de Saint-Tropez », la Fiat 124 coupé (rouge) utilisée dans la course-poursuite de toutes les mémoires de « L’Homme orchestre » et la DS utilisée dans « Fantomas » et « Les aventures de Rabbi Jacob », film également mis à l’honneur, à travers un taxi jaune new-yorkais.

Irascible conducteur

Catherine KohlerLa fameuse 2CV du film « Le Corniaud », réunissant de Funès et Bourvil.

L’exposition se poursuit encore par un focus sur le cascadeur Rémy Julienne, qui a collaboré à plusieurs reprises sur des tournages avec Louis de Funès, avant de se clore, en forme de clin d’œil, sur le lien que le comédien entretenait avec ses voitures personnelles et, parmi elles, sa préférée : une Renault 6 ! Une manière de rappeler les origines modestes de Louis De Funès, irascible conducteur, qui demeure l’incarnation même du comique visuel et de la mauvaise foi qui fait toujours son effet. « Peu importe que vous ayez du style, une réputation ou de l’argent. Si vous n’avez pas bon cœur, vous ne valez rien », expliquait Louis de Funès au Journal du dimanche, en 1981. À méditer 42 ans après !

Exposition « En vadrouille avec Louis de Funès », du 5 avril au 5 novembre, tous les jours de 10h à 18h (17h jusqu’au 6 avril), au Musée national de l’automobile – Collection Schlumpf. + d’infos : 03 89 33 23 21 – musee-automobile.fr  Bon plan pour les fans de Louis de Funès : une autre expo lui est consacrée, jusqu’au 28 mai dans le Grand Est à Vic-sur-Seille, par la Cinémathèque française.

[En vidéo] Rencontre avec Nora Ferreira, directrice du Musée Louis de Funès et commissaire de l’exposition

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR