Suivez-nous :

31 juillet 2023 à 13h52 par 5 268 8

Mulhouse : qu’en disent les guides touristiques 2023 ?

Mulhouse : qu’en disent les guides touristiques 2023 ? | M+ Mulhouse
Mulhouse : qu’en disent les guides touristiques 2023 ? | M+ Mulhouse

Mulhouse : qu’en disent les guides touristiques 2023 ?

31 juillet 2023 à 13h52 par 5 2688

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 5 minutes

À Mulhouse, on n’a certes pas la mer mais la ville regorge d’arguments pour attirer les touristes. Du Guide du routard au GeoGuide, revue de ce qui se dit sur la Cité du Bollwerk et des adresses incontournables.

« Une ville passionnante pour qui aime suivre les mutations urbaines »

Catherine Kohler Pour Le Routard, le Marché du Canal couvert permet de « rencontrer l’âme du Mulhouse d’aujourd’hui ».

« Strasbourg vit, Colmar change, Mulhouse bouge ». Cet extrait repéré en introduction du Routard Alsace donne le ton. Les guides touristiques donnent une bonne claque à certains préjugés qui planeraient encore sur la Cité du Bollwerk, la plus « Mitteleuropa des villes françaises », qualifiée « d’intéressante, voire de passionnante pour qui aime suivre les mutations urbaines ». Et le Guide du Routard de mettre en exergue le Marché du Canal couvert  « pour rencontrer l’âme du Mulhouse d’aujourd’hui », ses musées et bons plans pour dormir (hôtels Best Western Salvator et Bourse, Berti Centre Gare, La Maison Hôtel, Bristol, Ibis Centre Gare, B&B Peonia at home), manger (Les Arcades d’Omnino, Zum Saüwadala, Chez Auguste [Ndlr : fermé actuellement], Le 4, Le Petit Paris), boire un café/manger une pâtisserie (Le Nid, Pâtisserie Helfter, Coffee shop Kohi), boire un verre (La Quille, Tandem,  Gambrinus, Guillaume Tell, NoMad Café) et écouter de la musique (Le Noumatrouff, « l’adresse incontournable de la jeunesse rebelle et créative, ou tout simplement des amateurs de musique ! »).

« Une ville attachante, métissée, bouillonnante culturellement »

Mulhouse, ville du street-art, pour la plupart des guides, à l’instar de ce qu’en dit Lonely Planet.

Autre guide, mais même enthousiasme pour le Lonely Planet Alsace pour qui Mulhouse « brille avant tout par ses musées et son patrimoine industriel » avec « une histoire singulière, qui en fait une ville attachante, métissée, bouillonnante culturellement ». Si le guide cite, sans surprises, les musées ou encore le zoo parmi les incontournables, il insiste sur le « street art » avec des œuvres qui « se cachent partout à Mulhouse, y compris dans les lieux les plus inattendus » en citant notamment le M.U.R., rue de la Moselle. Le guide donne ses (bonnes) adresses pour dormir (Camping de l’Ill, hôtels Bristol et Berti, La Maison Hôtel), manger (Aux Halles du Marché, Chez Hug, Le 4, Le Cellier, Zum Zaüwadala, Chez Auguste, Il Cortile, Auberge des Franciscains), boire un verre (La Quille, Le Gambrinus, Le NoMad, Tilvist, L’Astronome) et sortir (Le Noumatrouff et La Filature).

« Ici, le charme d’un petit village suisse, là, des airs de Manchester »

Le GeoGuide Alsace décrit également Mulhouse en des termes élogieux : « Ici, le charme d’un petit village suisse, là, des airs de Manchester ou de petite capitale berlinoise, des friches industrielles converties en cathédrale de street art et de l’art à tous les coins de rue… Mulhouse raconte son épopée industrielle et se réinvente (…) ». Le guide met en avant La Cité du train ou encore le Musée national de l’automobile et La Kunsthalle « pour prendre l’art et le Kunstapéro », en insistant sur la prédominance de l’art contemporain présent à travers également le tramway, le M.U.R., les sculptures de la promenade William Wyler au Nouveau Bassin… Parmi les choses à faire, le guide insiste sur les visites en compagnie des Greeters de Mulhouse, les ateliers du Musée de l’impression sur étoffes, le Marché du Canal couvert, le plein d’activités à la plaine sportive de l’Ill ou encore les visites guidées d’entreprises proposées par l’Office de tourisme. Parmi ses adresses incontournables : Le Engel’s Coffee, Le Boudoir de Léa, Le O2, Aux Halles du marché, Chez Hug, Le Vieux Couvent, Il Cortille, Le Nid, Le Tilvist, la Maison Engelmann, la pâtisserie Helfter ou encore la boutique des créateurs de L’Artichaut, Le Gambrinus et La Quille. Le guide donne aussi une carte blanche à l’artiste mulhousienne Céline Lachkar, qui donne ses spots préférés….

« Un incroyable patrimoine »

Catherine Kohler Le Guide Vert Michelin Alsace conseille une halte d’au moins deux jours à Mulhouse.

Le Guide Vert Michelin Alsace conseille une halte d’au moins deux jours à Mulhouse. Il met en avant « l’incroyable patrimoine » symbolisé par les musées, tout en invitant à voir le « centre-ville » historique et les « friches industrielles reconverties, dont Mulhouse a tiré le meilleur parti ». Pour les bonnes tables, le guide met en avant le Zum Saüwadala, Le Nid, Le Pantographe, Le NoMad, L’Estérel, La Table de Michèle, Il Cortille, mais aussi Le Tilvist, Le Café Mozart et la pâtisserie Helfter pour une petite pause. Pour sortir, sont cités Le Charlie’s Bar, La Filature, Le Gambrinus et Le Noumatrouff, alors que, côté hébergement, Le Guide Vert Michelin met en exergue Le Camping de l’Ill, L’Hôtel de Bâle, La Maison Mulhouse, ainsi que les hôtels Bristol, de la Bourse et du Parc.

« Oubliez le 3C, choucroute, colombages et cigognes »

Du côté du Petit Fûté, la nouvelle édition du city-book « Mulhouse Sud-Alsace Bâle-Freiburg » regorge de bonnes adresses et de coups de cœur qu’on vous laissera découvrir au fil des 192 pages. Mi-guide, mi-magazine, Le Petit Futé insiste sur l’identité mulhousienne : « Mulhouse ne ressemble à aucune autre ville d’Alsace. Oubliez le 3C, choucroute, colombages et cigognes… Mulhouse tient sa singularité de par son histoire et sa population représentant pas moins de 136 nationalités. Malheureusement, elle souffre encore de la part de certains détracteurs, de Mulhouse bashing (…) ». Et le guide de prodiguer un conseil (forcément fûté) : en mettant le cap sur le changement ces dernières années, « Mulhouse saura faire de sa singularité un élément de différenciation au cœur de l’Alsace ». Lire notre article. 

Et sur Tripadvisor ?

Impossible de faire l’impasse sur les sites en ligne, à l’image de Tripadvisor. Mulhouse y récolte la (bonne) note de 4 sur 5, qui se base sur 436 avis, dont le dernier date d’il y a un… an, publié par Thomas C d’Aspach-le-Bas : « Ville anciennement industrielle intéressante avec un musée de l’auto fantastique, un centre-ville piétonnier très joli avec sa place. Beaucoup d’excellents restaurants. Par-contre, vie nocturne trop calme (…) » Parmi les « immanquables » plébiscités par les voyageurs : le Musée national de l’automobile, la Cité du train et le Zoo (pour se divertir), les hôtels Bristol, Mercure Centre, Best Western Bourse (se loger) et La Rôtisserie du Petit Marcel, Chez Auguste et la pizzeria Panettone (se restaurer).

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

8 réponses à “Mulhouse : qu’en disent les guides touristiques 2023 ?

  1. A Basel et Freiburg il n’y a quasiment pas de colombages …et pourtant ces villes sont attrayantes . Nous avons à Mulhouse beaucoup d’immeubles qui nous indiffèrent au quotidien ,et lorsqu’ils sont correctement réhabilités ,ils deviennent des merveilles.
    Beaucoup beaucoup d’immeubles sont dans ce cas !( un bel exemple : rue d’Illzach il y’a plein de beaux immeubles relativement peu mis en valeur à côté desquels nous passons dans l’indifférence ,alors que non loin rue du tilleul ,des vergers etc …les dernières rénovations ont révélé un charme unique ).
    D’ailleurs ce sont les lieux où l’on devrait sans totalement l’interdire ,fortement réduire l’emprise des voitures.
    Pour le reste oui Mulhouse a un certain nombre d’atouts , mais il lui manque une activité économique tertiaire d’importance en centre ville ,qui lui permettrait d’atténuer les effets encore perceptibles de sa pauvreté post-industrielle .
    Dernière chose : un projet immobilier typique alsacien pourrait être créé rue des Tanneurs (en parallèle ,on y accède par les impasses des bœufs, horloge et Auer ),des maisons à colombages démontées pourraient très bien y être réimplantées ,ça serait un joli site touristique non loin et surtout en continuité de la belle place de la réunion , bien seule dans son style locale .

  2. Mulhouse est une ville ennuyeuse, sans ambition. Une ville sans grande infrastructure, ce qui fait, que cette ville n’a jamais aucun événement national, pas plus de concert, que de grande compétition sportive. Ce n’est pas le fantomatique gadget Stade de L’Ill qui changera ça. Lui, il sert de décor dans le paysage.

    Ce n’est pas mieux côté architecture, entre une Tour du diable à l’abandon, une Tour de L’Europe passé de mode au milieu de tôle moderne et un hôtel de ville éprouvé par le temps, la beauté des bâtiments, c’est pas à Mulhouse que ça se passe.

    Que dire de la propreté déplorable de cette ville ? Pas une rue est épargnée, entre détritus, déjections canine, reste alimentaire…… Cette ville est une poubelle à ciel ouvert.

    Bref, Mulhouse fait tache dans le paysage alsacien.

    Quand tu as vue Strasbourg, Colmar ou Kaysersberg et que tu viens à Mulhouse, ça fait mal !

    1. Pour le reste oui l’état d’abandon fait mal . Là je vous rejoins totalement . Mais petit à petit un réveil s’opère car je constate que certains acquièrent ,afin d’y vivre de jolis immeubles ,et ce malgré un environnement pas toujours optimal.

  3. Bonjour Sébastien .
    Svp ne comparez pas Mulhouse à Colmar ou Strasbourg. Non pas que nous ayons à rougir (je connais pourtant la complexité de notre ville ,ses lacunes etc ),mais nos villes n’ont rien à voir . Colmar est une ville quasi médiévale ,c’est son seul adn . Elle est bien conservée ,riche en patrimoine de cette époque ,bien entretenue ,touristique en conséquence.
    Mais une richesse somme toute relative si l’on l’on s’intéresse aux grandes tendances de l’architecture du 19eme siècle par exemple : rien de particulièrement élaboré ,flamboyant, raffiné.
    Colmar plait pour ce qu’elle a à offrir : du colombage de village et la tranquillité qui va avec ,c’est tout.
    Colmar n’a donc pas connu l’essor industriel de la plupart des grandes villes d’Europe des 18ème et 19eme siècle pour notre plus grand bonheur patrimonial ici .
    Car Mulhouse ,malgré de très nombreuses saignées sur son patrimoine industriel ,conserve encore pas mal de bâtiments emblématiques d’une des périodes les plus glorieuses qu’ait connu l’Europe . Nous appartenons au club restreint des cités ayant connu la grande aventure industrielle.
    Le visiteur qui vient à Mulhouse remarque aussitôt que c’est une cité qui a connu un essor économique remarquable ,que cet essor l’avait émancipée de l’ancien ordre politique et économique du système féodal qui devait immanquablement céder la place à un nouveau monde dont je parlais ci-haut . Saviez vous que les industriels Mulhousiens avaient des relations commerciales avec les Usa ,alors tout jeune état , notamment afin de s’approvisionner en coton ?
    Souvent les visiteurs trouvent à Mulhouse des airs de Berlin , Basel ,London .
    Car notre ville ,bien que moyenne a compté parmi les grandes .
    Des Hommes incroyables ont mis Mulhouse sur une carte européenne ,ce que ni la nature ni l’Histoire n’avaient prévu( c’est connu les grands fleuves ont tous accouchés de cités prospères)
    Mulhouse a eu la modernité que peu de villes européennes avaient à cette époque (1ere citée ouvrière d’Europe avec des commodité jusque-là jamais offertes à leurs occupants), un tramway ,le tout à l’égout ,un zoo ,des écoles modernes pour l’époque -il suffit de voir la richesse du patrimoine immobilier des écoles mulhousiennes, l’une des plus ancienne école de chimie de France est encore mulhousienne,et je n’ai même pas évoqué les fleurons de l’industrie ( sacm-alstom, clémessy ,dmc ,etc ….)
    Je n’ai pas ,par manque de temps ,été exhaustif mais tout cela existe encore à
    Mulhouse ,pour cela il suffit de lever les yeux . Moi, lorsque j’arpente les rues mulhousiennes, je vois systématiquement le génie de notre glorieux passé. Ce ne sont que de vieilles façades ,que pour ceux qui raisonnent de manière anachroniques comme vous êtes nombreux à le faire .
    Désolé mais lorsque je suis à Colmar ,hormis les jolies couleurs de ces anciennes maisons à colombages ,j’y vois absence d’une époque que nous à Mulhouse nous avons eu la chance de connaître: la modernité du 19 eme siècle
    Le problème est que la désindustrialisation ,particulièrement anarchique en France et surtout à Mulhouse ,comparée à l’Allemagne ,au Royaume-Uni,aux Usa où très tôt ce patrimoine était mis en valeur ,vous a troublé l’esprit au point que Mulhouse ne vaudrait pas Kaysersberg . Vous rendez vous compte du ridicule de votre raisonnement ?
    Vous ne pouvez comparer Colmar qu’à son équivalent.
    Colmar n’est même pas comparable à Basel ni à Zurich car ces sont des catégories tres différentes . Colmar peut être oui comparée à Kaysersberg car elles ont conservé une structure médiévale prépondérante mais pas à Mulhouse. Quant a Strasbourg, je vous laisse à votre jugement mais si je devais comparer une ville qui appartient à la même catégorie qu’elle ,je suis certain qu’elle serait largement au dessus tant selon moi c’est une ville fade (ce n’est pas pour rien que le parlement Européen veut la quitter ). Avec tous les moyens qu’ont lui donne il se trouve encore des gens pour ne pas l’apprécier …c’est dire .
    Voilà un petit coup de gueule pour ma ville qui mériterait que l’on parle d’elle en l’ayant d’abord comprise plutôt que d’aller s’aventurer dans des comparaisons insensées

  4. Merci Monsieur, Madame Muller. Je rejoins complètement votre point de vue. Il y aura toujours des touristes à la recherche de cartes postales esprit d’Epinal. Colmar est à mourir d’ennui sur le plan culturel – événementiel et ne décolle pas de sa féodalité médiévale et de ses troubadours. Notre ville bouge sûrement plus pour ses habitants en laissant sur leur faim les touristes qui veulent du colombage et de la choucroute.

  5. Mulhouse, la ville à tisser.

    Sinon, une ville cosmopolite mais il reste beaucoup à faire pour accepter tout le monde (les non religieux, par exemple ou les indépendants ou les non communautaires).

  6. Anne Claude
    Tout a fait d’accord sur Mulhouse au fils des siecles par rapport a Colmar medievale. En plus il ne faut pas oublier les viscicitudes de Mulhouse pendant la Deuxieme Guerre: Mulhouse resistante, anti-nazie, proche de la frontiere suisse assez poreuse au moins au debut, qui donc a ete bombardee tant et plus par les Allemands, le centre completement detruit, je me souviens en particulier du site de la Porte Jeune, un trou vide!
    Alors que Colmar etait beaucoup plus pro-Allemande et n’a pas ete bombardee… et liberee seulement en fevrier 45 [la poche de Colmar] par les Americains alors que Strasbourg et Mulhouse ont ete liberees deja en Novembre 1944, par Leclerc, Delatre de Tassigny et compagnie…

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR