Suivez-nous :
L’essentiel du conseil municipal de Mulhouse | M+ Mulhouse

L’essentiel du conseil municipal de Mulhouse

20 novembre 2020 à 12h10 par 8244

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Le conseil municipal de Mulhouse s’est tenu ce jeudi 19 novembre, en visioconférence, en raison de la crise sanitaire. Le soutien au commerce mulhousien, le nouveau Programme de renouvellement urbain et le débat sur les orientations budgétaires 2021 ont notamment été au cœur des échanges.

« Nous nous retrouvons aujourd’hui en visioconférence, en raison des circonstances exceptionnelles liées à la crise sanitaire, a souligné le maire Michèle Lutz, en ouverture de séance. Si nous aurions, bien entendu, préféré nous retrouver en présentiel, l’urgence de la situation a repris le dessus et nous devons prendre nos responsabilités. A Mulhouse, nous ne savons que trop bien ce que c’est de se retrouver au cœur de la crise, ce qui nous a permis d’anticiper. »

« Nous avons beaucoup appris lors de la première vague et décidé d’agir sans attendre en rendant le port du masque obligatoire au centre-ville, dès le mois d’août puis en demandant au préfet d’étendre cette mesure à l’ensemble de la ville, ainsi qu’en réactivant la cellule de veille, en septembre. Nous nous sommes préparés à cette deuxième vague, ce qui a permis d’éviter la situation dramatique que connaissent d’autres territoires. Nous agissons aussi sur le terrain économique pour éviter une catastrophe sociale et préparons l’avenir en mettant en œuvre notre programme, forts de la légitimité et de la confiance que nous ont accordées les Mulhousiens. »

« Une ligne directrice : la Ville du quart d’heure »

« Alors que les enjeux majeurs peuvent maintenant paraître secondaires et que les priorités d’hier ne sont pas celles de demain, notre objectif c’est de soutenir concrètement nos concitoyens, poursuit Michèle Lutz. Nous le faisons en suivant une ligne directrice qui est celle de « la Ville du quart d’heure », avec l’objectif de vivre la ville autrement. »

« Derrière ces mots et ce concept, il y a une idée centrale, celle de développer la ville du bien-être pour ses habitants, explique Jean Rottner, premier adjoint au maire. Une ville plus humaine, conviviale, polyvalente, apaisée, durable et de proximité, où tout est accessible dans un périmètre de 15 minutes autour de chez soi. Le changement climatique et les crises, comme celle que nous traversons actuellement, nécessitent une approche transversale autour de cinq priorités d’actions : protéger et être attentif à tous, construire une ville toujours plus belle et agréable, favoriser la création d’emplois, renforcer les mobilités douces et contribuer au bien-être et à l’épanouissement de chaque Mulhousien. »

Six projets transversaux s’intègrent ainsi dans la ligne de « la Ville du quart d’heure »: Mulhouse Diagonales et ses aménagements pour développer la nature en ville, Mulhouse Grand Centre et l’attractivité, l’amélioration de l’habitat et le Nouveau programme de renouvellement urbain, le développement des mobilités douces, la ville de toutes les intelligences et la ville participative, à l’écoute de ses habitants.

« Des fondamentaux financiers solides »

« Cette stratégie peut se déployer car elle se base sur des fondamentaux financiers solides, souligne Florian Colom, adjoint au maire délégué aux Finances. Avec un taux d’épargne brute de 16,7% en 2019, supérieur à la moyenne des villes de la même strate, une dette en repli, une amélioration de la capacité de désendettement et seulement +0,6% d’évolution de dépenses de fonctionnement, la Ville maintient une capacité d’investissement considérable, de 49,6 millions d’euros par an, en moyenne, entre 2014 et 2019. Elle le fait alors même que le potentiel fiscal est l’un des plus bas des villes de la strate (513€ par habitant en 2019 contre 690€ en moyenne) et que les dotations de l’État ont diminué de 8,1 millions d’euros chaque année, entre 2013 et 2018. »

La crise sanitaire a eu un impact d’environ 3,2 millions d’euros sur le montant de l’épargne brute de la collectivité, avec une perte de recettes d’environ 3 millions d’euros (loyers commerciaux, marchés, terrasses, stationnement…), +1,45 millions d’euros de nouvelles dépenses (soutien au commerce, fonds de solidarité, achat de masques, désinfection…) mais également une économie comprise entre 0,8 et 1,5 millions d’euros correspondant aux baisses de charges, suite à la fermeture d’équipements.

« Au total, ce sont 253 millions d’euros d’investissements qui sont prévus pour ce nouveau mandat, dont 42 millions en 2021, un élément très fort de soutien à l’économie locale, souligne Florian Colom. De nombreux projets seront éligibles aux financements du Plan de relance et nous consacrons 84 millions, soit un tiers du total, à la transition écologique et énergétique. Nous le faisons en maintenant la stabilité de nos taux d’imposition communaux, qui n’ont pas augmenté ces dernières années et n’augmenteront pas en 2021. »

« Des actions concrètes et rapides » pour soutenir les commerçants

« Durement impactés par le premier puis par le nouveau confinement, nos commerçants mulhousiens font partie des forces vives qui font vivre notre ville et il est de notre devoir de les soutenir, explique Michèle Lutz. Contrairement aux maires qui ont pris des arrêtés illégaux, qui ont déjà été annulés et n’ont eu aucun impact positif, j’ai fait le choix d’actions concrètes et rapides pour soutenir nos commerçants : campagnes de communication, mise en place d’un portail numérique sur le site de la Ville, renouvellement de l’opération Je soutiens mon commerce… »

Couronnée par un beau succès, à l’issue du premier confinement, avec près de 700 000€ d’achats et 162 500€ reversés aux commerçants mulhousiens, l’opération Je soutiens mon commerce vient en effet d’être relancée, avec une contribution de 100 000€ de la Ville et de 15 000€ de la Banque Populaire.

« Cette opération, en partenariat avec la Banque Populaire et l’association de commerçants des Vitrines de Mulhouse, permet aux habitants de soutenir leurs commerçants et de bénéficier de 10% de remise, souligne Philippe Trimaille, adjoint au maire délégué au Commerce. Elle est essentielle car il n’y a pas de commerces non essentiels, le commerce c’est la vie pour une ville et ses habitants. La Ville s’est fortement mobilisée aux côtés des commerçants avec des campagnes de communication pour inciter à consommer localement et des cartes interactives qui sont très consultées. »

« Nous sommes en train de construire un portail numérique, qui sera accessible gratuitement aux commerçants pour y présenter leurs produits et faire de la vente en ligne. Ce portail sera mis en ligne sur mulhouse.fr, début décembre. Parallèlement, nous travaillons avec les restaurateurs pour créer une plateforme où ils peuvent poster leurs menus et les proposer à la commande en ligne. Ce travail de digitalisation des acteurs locaux est essentiel, pas seulement pour la période de confinement, et nous proposons aussi des diagnostics gratuits de l’empreinte numérique de chaque entreprise, en lien avec la CCI. »

256,3 millions d’euros pour le Nouveau programme de renouvellement urbain à Mulhouse

Entrant dans sa phase active, le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) va permettre de consacrer 256,3 millions d’euros à la revitalisation des quartiers Drouot, Coteaux et du secteur Péricentre. « Le premier Programme de renouvellement urbain a eu des effets majeurs à Mulhouse, souligne Alain Couchot, adjoint au maire délégué au Renouvellement urbain. Ce nouveau programme, qui s’inscrit dans le cadre des projets Mulhouse Diagonales et de « la Ville du quart d’heure », va également revitaliser et transformer Mulhouse. » Toutes les informations sur le NPNRU à Mulhouse dans notre article

Trois nouveaux groupes scolaires aux Coteaux

Une délibération technique, concernant l’organisation de la maîtrise d’ouvrage, a également permis de faire le point sur la construction de trois nouveaux groupes scolaires dans le quartier des Coteaux, des projets qui s’inscrivent dans le cadre du NPNRU. « On compte actuellement trois écoles maternelles et deux écoles élémentaires sur le quartier, qui sont devenues vétustes et non fonctionnelles, avec des effectifs trop importants, explique Chantal Risser, adjointe au maire déléguée à l’Éducation. Ce très beau projet, ambitieux et innovant, prévoit la construction de trois groupes scolaires, mieux répartis géographiquement, avec des effectifs plus réduits et un site périscolaire dans chaque école. La continuité éducative pourra être assurée sur chaque site de la petite section de maternelle au CM2, facilitant ainsi le quotidien des familles. » Ces bâtiments modernes et adaptés avec des espaces modulables et une part laissée à la nature, devraient ouvrir leurs portes d’ici 2026-2027.

Près de 3 millions d’euros pour le Contrat de ville en 2020

Dans le cadre du Contrat de ville 2015-2022, qui concerne cinq quartiers mulhousiens (Bourtzwiller, Coteaux, Péricentre, Brustlein et Drouot), 197 actions, menées par 52 porteurs de projets, ont été financées en 2019. Visant à réduire les écarts de développement entre les territoires, à restaurer l’égalité républicaine dans ces quartiers et à améliorer les conditions de vie de leurs habitants, ces actions ont bénéficié à 41 669 personnes en cumulé, sur l’année 2019, autour de trois axes : l’éducation, la jeunesse et le lien social. La Ville a investi 578 509€ dans ces projets et l’État 1,75 millions d’euros pour un total de 2,3 millions d’euros investis en faveur des habitants des quartiers prioritaires. En 2020, la Ville et l’État investissent un montant total de 2,97 millions d’euros dans les projets très divers menés dans ces quartiers : développement de la lecture et du vélo, pratiques artistiques et sportives, emploi, actions de fin d’année et évènements…

Les subventions aux associations

Les associations de lutte contre l’exclusion, plus que jamais en première ligne pour contrer les effets de la crise sanitaire, bénéficient de subventions de la Ville, qui souhaite soutenir les acteurs rendant la solidarité concrète sur le terrain. Pour l’année 2020, et dans le cadre de la deuxième phase d’attribution de subventions, 235 496€ sont attribués aux associations Aleos, Caritas, Restaurants du cœur, Sapocycle et Surso, 51 000€ de subventions d’équipement sont attribuées aux associations Alsa, Acces et Aimer, Servir, Partager et 19 885€ sont attribués au fonds de solidarité logement du département. 11 000€ sont également attribués aux associations Sepia, Nat’Connect, Aides 68 et Réseau ODE, qui contribuent à la mise en œuvre d’actions d’intérêt public dans le domaine de la santé.

Quatre projets ont aussi été retenus, pour des subventions d’un montant global de 6 350€, dans le cadre de l’Observatoire des violences intrafamiliales et faites aux femmes. 28 500€ de subventions d’équipement ont aussi été attribuées aux différents centres socioculturels mulhousiens et 10 000€ à l’Office mulhousien de la Jeunesse.

Parmi les autres points abordés : la présentation du rapport de situation sur l’égalité femmes-hommes ; les affectations de la Dotation de la politique de la ville à 20 opérations de travaux dans les écoles et à des opérations de prévention et de sécurité dans les quartiers prioritaires (correspondant à environ 60% du financement pour ces opérations évaluées à 4,7 millions d’euros) ; la contribution de la Ville au Centre sportif régional pour la mise à disposition des lieux aux associations sportives mulhousiennes (197 000€)…

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

4 réponses à “L’essentiel du conseil municipal de Mulhouse

  1. On parle beaucoup de la violence faite aux femmes, mais pratiquement jamais de la violence faite aux hommes, et pourtant elle existe. Elle n’est pas physique ( bien que dans certains cas elle pourrait) mais elle est morale. On peut guérir de certaines maladies mais on ne guéri pas de la violence morale, elle vous ronge de l’intérieur jusqu’à vous détruire et vous ôtez toute joie de vivre.
    Si je suis encore là aujourd’hui pour l’écrire, c’est uniquement parce que j’ai fais le choix de la voie de l’éveil pour me libéré, me soigner et peut-être un jour guérir, de ses années de souffrance qui ont été les miennes.

    1. Je pense qu’actuellement il y a beaucoup de choses qui ne sont pas normale , à commencer par ce Marché de Mulhouse qui est ouvert alors que dans le même temps bon nombres de rassemblements extérieurs ont été annulés. Nous avons un virus intelligent qui favorise certains endroits mais pas d’autres, enfin du moins c’est que les guignols tentent de nous faire croire.

      Cordialement

  2. Dans le contexte actuel il me semble que  » la ville du cœur  » serait beaucoup plus indispensable que celle du  » quart d’heure « . Mais manifestement Madame Lutz n’a pas la même vision de l’indispensable à ce qui ne l’ai pas, ces choix politique qui depuis des mois sont sélectifs en sont la preuve.

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR