Suivez-nous :
Le sport-santé, pour les enfants aussi ! | M+ Mulhouse

Le sport-santé, pour les enfants aussi !

20 mai 2021 à 16h14 par 1 2840

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Deux ans et demi après le lancement du sport-santé sur ordonnance pour les adultes, le dispositif sport-santé est désormais ouvert aux 6-17 ans et permet de lutter contre la sédentarité, l’obésité et les maladies cardiovasculaires chez les plus jeunes, en prenant en charge des créneaux adaptés.

« La pandémie a montré la vulnérabilité des personnes qui présentent des comorbidités comme le surpoids, les maladies cardio-vasculaires ou le diabète », expose Henri Metzger, médecin et conseiller municipal délégué à la Santé. L’exercice physique et une alimentation équilibrée permettent de lutter contre ces maladies, c’est pourquoi la Ville s’est engagée en faveur du sport-santé dès octobre 2018, en direction des adultes. Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie avec le lancement du sport-santé pour les jeunes de 6 à 17 ans. « En France, de plus en plus d’enfants passent de nombreuses heures devant les écrans et font moins d’une heure d’activité physique par jour », poursuit Henri Metzger.

9% des élèves entrant en 6e souffrent d’obésité

Et si les chiffres nationaux sont inquiétants, ils le sont encore plus dans la Cité du Bollwerk : « A Mulhouse, 9% des élèves qui entrent en 6e souffrent d’obésité, quand 30% des enfants entrant en sixième sont en surpoids », lâche Henri Metzger. C’est pourquoi, la Ville, en lien avec l’ARS et le Régime local de l’Assurance maladie, ont décidé d’étendre le sport-santé aux enfants, en s’appuyant sur le réseau ODE (Obésité et diabète de l’enfant). Concrètement, le dispositif s’adresse à tous les enfants non-inscrits en clubs sportifs, qui passent plus de 10h par semaine sur les écrans et/ou pratiquent moins d’une heure d’activité physique par jour, qui peuvent être dirigés vers le réseau ODE par leur famille, médecin généraliste, école…

Trois parcours de suivi

Une fois identifiés et accueillis dans le dispositif, trois scénarii s’offrent à eux, en fonction de leur situation. « Il y a trois parcours, explique Najat Chaouch, la directrice administrative du réseau ODE. Après un bilan avec notre enseignante en Activité physique adaptée, s’il n’y a pas de souci majeur, l’enfant est orienté vers un club de son choix et nous gardons un suivi. Le deuxième parcours consiste en la prise en charge de l’adhésion dans un club, qui est inscrit dans le dispositif, ce qui permet de proposer des créneaux avec une prise en charge adaptée au profil de l’enfant et un suivi régulier ».

Faire du sport et reprendre confiance

« Le troisième parcours concerne les enfants qui ont le plus de difficultés, physiques ou motivationnelles, à entrer dans la démarche, complète Eva Nguyen, l’enseignante en Activité physique adaptée du réseau ODE. Dans ce cas, on effectue un travail personnalisé sur dix séances, avant d’aller en club, c’est une passerelle. » Pour l’heure, huit clubs sont inscrits dans la démarche et permettent aux enfants de pratiquer des sports comme le basket, la boxe, l’aviron, le badminton, le hockey, l’escalade ou le krav maga, en plus d’un créneau multisports. « Nous accueillons déjà des enfants en surpoids, mais c’est important d’être moins seuls et d’avoir la confirmation de ce qu’on peut faire ou pas, confie Koumine Seumsack, le fondateur du club de krav maga KMSW. Le problème du surpoids est aussi lié au fait qu’ils sont souvent mis à l’écart, ce sont des broutilles d’école. On fait attention à eux. On leur propose des exercices à leur rythme et leur refait prendre confiance ! »

+ d’infos au 03 89 64 63 08

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR