Suivez-nous :
[FC Mulhouse] Edgar Delbos : « Je ne me fixe pas de limites » | M+ Mulhouse

[FC Mulhouse] Edgar Delbos : « Je ne me fixe pas de limites »

3 septembre 2021 à 19h13 par 1 7990

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Edgar Delbos est aussi posé et agréable dans la vie qu’efficace et infatigable sur le terrain. Rencontre avec ce pur produit de la formation mulhousienne de 21 ans, qui s’est fait sa place dans le onze type du FCM, à l’occasion des deux premiers matchs de la saison à domicile, contre l’US Raon (samedi 4 septembre à 15h au stade de l’Ill), puis contre Saint-Louis (mercredi 8 à 20h).

A l’entame de votre quatrième saison en équipe 1, comment vous sentez-vous ?

Je me sens de mieux en mieux dans le groupe. Au départ, quand j’ai intégré l’équipe 1 à l’âge de 18 ans, j’étais forcément timide au milieu des autres joueurs d’expérience, plus anciens, pour qui on a beaucoup de respect quand on débarque. Quatre ans après, on rigole ensemble et on sent qu’ils nous considèrent désormais comme des joueurs à part entière et non plus juste comme des petits jeunes.

Avez-vous gagné votre place de titulaire indiscutable ?

Dans le foot, je pense que l’on n’est jamais indiscutable. Après, j’espère être devenu un joueur important au sein du groupe, mais c’est à moi de travailler au quotidien pour être aligné les jours de match. Rien n’est jamais acquis, il faut toujours bosser et prouver. Et quand on est sur le banc, ma philosophie, c’est de travailler encore plus pour revenir. Il y a aussi, je pense, le facteur chance : après ma saison passée en U19, j’ai eu la chance de la terminer en intégrant l’équipe 2. Il n’y avait pas pléthore de joueurs évoluant sur le côté gauche et le coach Eric Descombes m’a donné ma chance…

Comment avez-vous vécu les deux dernières saisons tronquées par le Covid-19 ?

Autant le premier arrêt en National 2, en mars 2020, alors qu’il nous restait six matchs à jouer, a été plus facile à encaisser, autant la saison passée, quasi-blanche (5 matchs joués), a été compliquée à vivre. Au début, on pensait s’arrêter pour un mois et ça n’a jamais repris… Au bout d’un moment, ça devient dur de se motiver pour venir aux entraînements, sans l’excitation de la compétition. D’autant plus que quand on est un jeune joueur, il faut absolument jouer pour acquérir de l’expérience et progresser !

« Ça me fait sincèrement quelque chose, à chaque fois que je rentre sur le terrain »

Lorsque vous avez débuté le foot à l’âge de 5 ans à Kingersheim, puis rejoint rapidement le FCM, imaginiez-vous faire un tel parcours ?

Franchement, pas vraiment ! Je suis hyper heureux de ce que j’ai construit jusque-là. Quand je jouais chez les jeunes en U13 et que j’étais ramasseur de balle de l’équipe première le samedi soir, je me disais que ce serait cool de jouer un jour au stade de l’Ill. Pour moi qui suis un pur produit du FCM, ça me fait sincèrement quelque chose, à chaque fois que je rentre sur le terrain. Le FCM sera toujours mon club de cœur !

Catherine KohlerAprès une saison quasi-blanche et huit semaines de préparation, le FCM retrouve le stade de l’Ill.

Quel est votre objectif personnel à court et à plus long terme ?

A court terme, c’est de réaliser une belle saison avec l’équipe 1 en étant aligné régulièrement. A plus long terme, je ne me fixe pas de limites. Si je peux évoluer plus haut, pourquoi pas ! Quand j’avais 18 ans, je me disais que jamais je ne pourrais jouer en National 3 ; à 19 ans, je ne me voyais pas évoluer en National 2 et pourtant j’y étais encore. Maintenant, je me dis, on verra… Cette saison, je vais m’employer à jouer le plus possible et, parallèlement, à décrocher ma licence Staps (Bac+3) à l’UHA pour assurer mes arrières.

Comment sentez-vous cette saison ?

On a un groupe de qualité avec beaucoup de nouveaux joueurs, qui se sont très bien acclimatés. C’est un nouveau cycle qui s’ouvre pour le club avec, jusque-là, une très bonne ambiance dans le groupe. Nous avons fait une grosse préparation de huit semaines. Maintenant, il faut être prêt pour le championnat. Si tout n’a pas été parfait lors du premier match contre Strasbourg (Ndlr : 1-1 la semaine dernière), l’état d’esprit était là. Nous avons terminé le match à 10, tout en réussissant à revenir en toute fin de rencontre. C’est un bon signe, qui démontre de la solidarité et le fait que l’équipe ne lâche rien. L’objectif du club est la montée en National 2 !

FCM – US Raon (samedi 4 septembre à 15h), puis FCM – Saint-Louis (mercredi 8 septembre à 20h) au stade de l’Ill. + d’infos sur facebook.com/fcmulhouse

Hors-jeu

Quel FCM dans 10 ans ? « Un FCM évoluant dans un stade plein en Ligue 2 au moins, c’est un objectif réalisable, même s’il faut du temps. »

Un conseil pour les jeunes footballeurs : « De toujours prendre du plaisir et de s’amuser. Le foot, c’est une passion et, bien sûr par la suite, beaucoup de travail. »

Un artiste qui tourne en boucle : « Le rappeur Ninho. »

Un livre : « Je ne suis pas un grand lecteur, par contre pour rester dans le foot et le sport, j’aime bien les biographies des joueurs qui sont de vrais personnages avec de gros caractères comme Cruyff, Cantona ou Zlatan. Je suis toujours impressionné par le travail qu’il y a derrière le talent. »

D’autres sports : « Je suis un adepte du cyclisme, je suis toujours le Tour de France, j’ai très bien suivi aussi les derniers Jeux olympiques. Je suis un dingue de sport, c’est pour ça que je ne me vois pas faire un métier dans un autre secteur que le sportif ! »

Club préféré (hors FCM) : « L’Olympique lyonnais. Je suis de la génération 2000 et j’ai vu l’OL tout gagner avec les Juninho, Benzema… »

Joueur modèle : « Maxwell, déjà parce qu’il était latéral gauche comme moi (rires). Il est simple et a été un vrai professionnel, tout au long de sa carrière, avec une vraie science du placement. »

Un entraîneur culte : « Jürgen Klopp, le coach de Liverpool, qui encourage toujours ses joueurs avec une gestion très humaine, et, dans un autre registre, Pep Guardiola, l’entraîneur de Manchester City, pour la qualité du jeu proposé. »

Un plat préféré : « La nourriture, j’adore, même si je dois faire très attention avec le foot ! Disons, que je suis un inconditionnel de pizzas, il m’en faut une tous les 15 jours ! Après, les Sénégalais de l’équipe m’ont fait découvrir de supers plats, comme le mafé et le tiep. Encore une fois, j’aime manger et l’un des plus gros sacrifices que je fais pour jouer au foot porte sur la nourriture ! »

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR