Suivez-nous :
EuroAirport : 8,1 millions de passagers en 2023 et vers un terminal agrandi | M+ Mulhouse

EuroAirport : 8,1 millions de passagers en 2023 et vers un terminal agrandi

29 janvier 2024 à 17h29 par 3 8910

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 3 minutes

Avec un bond de 15% en un an, la reprise du trafic passagers se confirme à l’EuroAirport qui, parmi ses axes de développement, va moderniser et agrandir son terminal actuel.

Avec 8,1 millions de passagers accueillis en 2023 et un bond de 15% du trafic passagers en un an, l’EuroAirport confirme son retour au premier plan, se plaçant au 3e rang des aéroports suisses et 4e sur l’échiquier français, hors aéroports parisiens. « L’EuroAirport n’a pas encore atteint son niveau d’avant Covid, marqué par dix ans de croissance quasi-ininterrompue du trafic aérien. En 2023, nous accusons encore un déficit de 11% du trafic passagers par rapport à 2019, explique Luc Gaillet, président du conseil d’administration, qui insiste aussi sur la prédominance « des voyages pour raisons familiales et la diminution de la part des voyages d’affaires », une conséquence directe de la crise sanitaire et du boom des visioconférences.

EasyJet : plus d’un voyageur sur deux

Marc-Antoine ValloriLa compagnie EasyJet totalise 55% du trafic passagers.

Autre confirmation : si EasyJet demeure centrale avec 55% de part de marché, de nouvelles compagnies s’affirment ces dernières années, avec de fortes croissances, à l’image de Wizz Air (13% de part de marché, + 36% en un an), Pegasus (3,3% de part de marché, + 33%) ou British Airways (3,1%, + 24%). Côté destinations, le Top 5 se compose désormais de Pristina (572 700 voyageurs), Istanbul (475 800 voyageurs), Londres (473 100 voyageurs), Amsterdam (349 000 voyageurs) et Barcelone (271 400 voyageurs). « L’EuroAirport a rempli sa mission consistant à assurer la connectivité aérienne du territoire trinational. En 2023, 29 compagnies aériennes ont proposé un total de 100 destinations vers l’Europe et le bassin méditerranéen », résume Luc Gaillet, qui précise : « L’EuroAirport n’a pas vocation à devenir un hub international, même s’il propose des vols directs vers huit hubs internationaux, comme Londres ou Amsterdam. »

6 390 emplois sur la plateforme

Si l’éclaircie se poursuit en termes de trafic passagers, l’activité fret accuse, elle, un net recul de 6,6% en un an. Une tendance à mettre « en perspective avec la réduction de l’activité fret au niveau mondial », explique Matthias Suhr, directeur général de l’EuroAirport, qui génère 6 390 emplois sur la plateforme, dont près de 400 directement au sein de l’aéroport.

« L’EuroAirport assure la connectivité aérienne du territoire en adoptant une démarche de développement durable, en matière économique, sociale et environnementale ». Cette feuille de route définie par le conseil d’administration de l’EuroAiport, en 2019, reste d’actualité cinq ans après. Elle se traduit notamment par une réduction des émissions sonores nocturnes (de 22h à minuit et de 5h à 6h, en appliquant des mesures financières incitatives en direction des compagnies aériennes et par la mise en œuvre de restrictions d’exploitation), mais aussi par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à l’échelle de l’ensemble de la plateforme aéroportuaire.

Un nouveau bâtiment de 14 000 m²

Marc-Antoine ValloriParmi les axes de développement de l’EuroAirport : faciliter le parcours des passagers.

Prime est enfin donnée à la modernisation des infrastructures pour améliorer la qualité de services dans l’optique de faciliter le parcours des passagers et de désengorger l’actuel terminal en périodes de pointe. D’ici fin 2030, un nouveau bâtiment de 14 000 m² (80 millions d’euros d’investissement) va ainsi sortir de terre sur la façade Est du terminal. « Il concentrera les postes d’inspection-filtrage pour passagers et accueillera aussi de nouvelles offres de restauration et Duty Free. En même temps, des travaux de rénovation seront effectués dans le terminal existant », détaille la direction de l’EuroAirport.

Serpent de mer, le raccordement ferroviaire, initialement prévu en 2027-2028, est lui reporté à l’horizon… 2035. L’EuroAirport, qui affiche un chiffre d’affaires aux alentours de 160 millions d’euros à fin 2023 (chiffres non-définitifs) table sur « un trafic passagers de 8,4 millions de passagers en 2024, ce qui correspondrait à environ 92% du volume de l’année (Ndlr : pré-Covid) 2019 », conclut la direction.

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR