Suivez-nous :
Du maraîchage bio pour préserver l’eau de Mulhouse | M+ Mulhouse

Du maraîchage bio pour préserver l’eau de Mulhouse

13 juillet 2021 à 11h41 par 1 3353

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Pour protéger la qualité de l’eau de Mulhouse, la Ville a acquis 200 hectares de terrain le long de la Doller et développe des partenariats avec les agriculteurs. À Reiningue, deux agriculteurs vont ainsi créer une activité maraichère biologique en permaculture, à côté de deux puits de captage.

C’est un terrain de 5,6 hectares, à Reiningue, juste à côté de la Doller, qui accueillait il y a plus de 10 ans, une pépinière du service Nature et Espaces verts de la Ville de Mulhouse. Laissé libre suite au déménagement de la pépinière à Mulhouse, ce terrain, situé à proximité immédiate de deux puits de captage en eau potable du service des Eaux de la Ville, va connaître une nouvelle vie, avec une activité maraîchère biologique respectueuse de l’environnement, portée par deux agriculteurs locaux.

« Notre objectif premier, c’est la préservation de l’eau de Mulhouse, non chlorée et filtrée naturellement, dont la qualité est reconnue par tous et qui alimente plus de 200 000 personnes, souligne Maryvonne Buchert, adjointe au maire déléguée à l’Eau. Pour protéger la nappe phréatique et les zones de captage, la Ville a acquis 200 hectares de terrain le long de la Doller et met en place des partenariats avec les agriculteurs locaux, afin qu’ils développent des activités qui protègent la ressource en eau et respectent l’environnement. »

Une exploitation respectueuse de l’environnement

La pépinière en 2003

Parmi ces 200 hectares, les 5,6 hectares de l’ancienne pépinière ont fait l’objet d’un appel à projet, lancé par la Ville, accompagnée par l’association Terre de Liens, en juillet 2018, et soutenu par la commune de Reiningue et l’Agence de l’eau Rhin-Meuse. Suite à cet appel à projet et à l’organisation de visites sur site par Terre de Liens, mouvement associatif qui a pour objectif d’enrayer la disparition des terres agricoles et de faciliter l’accès des agriculteurs au foncier, deux agriculteurs locaux, Benoît Chaffner et Laurent Okoniewski, vont pouvoir mettre en place leur projet de maraîchage biologique.

Un bail rural à clauses environnementales a ainsi été signé par la Ville et les deux agriculteurs, un dispositif qui permet au propriétaire du bien de prendre des dispositions afin que l’exploitation de son terrain soit toujours respectueuse de l’environnement. Parmi les clauses environnementales présentes dans ce premier bail rural signé par la Ville de Mulhouse : la certification en agriculture biologique ou encore le suivi strict des intrants agricoles.

« Du maraîchage sur sol vivant »

« Nous allons développer ici du maraîchage sur sol vivant, explique Benoît Chaffner. C’est une technique de permaculture où on laisse le sol couvert par la végétation ou le paillage et c’est la vie qui structure le sol et la croissance des plantes. Nous travaillons déjà comme ça ailleurs mais le faire ici, sur une surface aussi importante, c’est un beau pari ! Ce terrain demande une grande technicité. »

Pour l’heure, on retrouve sur place des champs de blé, céréales fourragères et petits pois, ainsi que de nombreux arbres entre les champs, qui protègent les cultures et contribuent à la richesse de la biodiversité locale, tout comme les ruches qui y sont implantées. D’ici quelques mois, ce sont des carottes, betteraves rouges, panais, choux et pommes de terre qui pousseront sur le sol sableux et limoneux propice à leur culture.

« Nous avons déjà beaucoup travaillé sur le terrain, pour enlever des arbres et des souches, ou encore retirer les plastiques où poussaient les arbres et arbustes de la pépinière, explique Laurent Okoniewski. Il nous reste encore beaucoup de travail pour amener l’eau pour l’irrigation, ou encore construire un hangar de stockage, avec une attention particulière portée aux matériaux utilisés, mais la prochaine tâche ce sera la moisson, dès que la météo le permettra ! »

Les légumes produits ici seront destinés aux consommateurs de la région mulhousienne, qui pourront les retrouver dans les fermes de Laurent Okoniewski et Benoît Chaffner, mais également dans certains restaurants mulhousiens et peut-être même, à terme, dans les cantines scolaires…

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

3 réponses à “Du maraîchage bio pour préserver l’eau de Mulhouse

  1. On y conservait également de rares variétés de chênes et bouleaux que nous pouvions présenter à nos groupes intéressés par la « protection des espèces » . Grand dommage de ne pas conserver cette collection, par ailleurs très ornementale vu le jeu des couleurs à travers les saisons !

    1. Bonjour Mme ,

      A ce que je sais les collections d’érables , bouleaux , chênes et frênes n’ont pas été touchés dans le cadre de cette aménagement

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR