Suivez-nous :
Commerces : de nouvelles enseignes malgré la crise sanitaire | M+ Mulhouse

Commerces : de nouvelles enseignes malgré la crise sanitaire

7 octobre 2020 à 15h37 par 8 4825

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Si la crise sanitaire impacte le commerce mulhousien, comme en témoignent les fermetures d’enseignes nationales telles Camaïeu ou Celio, le centre-ville tire pour l’heure son épingle du jeu. On en veut pour preuve le nombre d’ouvertures recensées ces dernières semaines.

Prêt-à-porter. Elle sera officiellement inaugurée le 15 octobre prochain mais elle accueille déjà ses premiers clients : la boutique Aigle Mulhouse (vêtements, bottes adultes et enfants, chaussures…) a ouvert ses portes à la Cour des Maréchaux (7, rue du Marché). Au centre Porte Jeune, deux nouvelles adresses se sont installées en rez-de-chaussée avec la marque de prêt-à-porter 100% masculine Zelys Paris et Topshop, dédiée à la gent féminine.

Catherine Kohler Aigle a ouvert Cour des Maréchaux.

Un concentré de Motoco au Pop-up store. Passés maîtres dans l’art de communiquer sur les réseaux sociaux, les artistes de Motoco s’exportent au centre-ville de Mulhouse en investissant, tout au long de ce mois d’octobre, le Pop-up store (1, rue du Marché). Coucou, nom de code donné à leur enseigne éphémère, propose le plein d’articles uniques (objets de déco, œuvres, livres, vêtements…) pour toutes les bourses. L’occasion de découvrir la créativité « By Motoco » en version hyper concentrée. Avant-première : après Coucou, ce sera au tour de la conserverie bretonne de poissons La Belle-Îloise d’investir  le « Pop-up Store », de novembre à janvier.

Catherine KohlerLes artistes de Motoco s’exportent au Pop-up store.

Miam ! Ça bouge rue des Trois Rois, côté restaurants. Un déménagement d’abord avec le restaurant Stroganoff, spécialiste culinaire des pays de l’Est, qui prend ses aises depuis plusieurs semaines au 9, rue de l’Arsenal. Une ouverture ensuite avec Tandem, situé au 35, rue des Trois Rois, qui s’offre aux « libres buveurs et mangeurs », comme l’affirme en toutes lettres la devanture, en prônant « des vins vivants et une nourriture saine ». Même numéro de rue, mais concept différent, le restaurant  Plume a changé de nom pour se transformer en La rôtisserie – Petit Marcel, avec toujours du poulet à la carte mais aussi du bœuf, veau, porc, agneau, canard, des salades (…), à consommer sur place ou à emporter.

Catherine KohlerExcès de crêpes s’est installé rue de la Loi.

Toujours dans ce secteur de ville, Excès de crêpes débarque au 5, rue de la Loi avec des… crêpes sucrées comme salées. Au chapitre gustatif, retenons encore que le restaurant inclusif, employant des personnes porteuses de Trisomie 21 Un Petit truc en plus (3, place de la Paix), a soufflé son premier anniversaire d’existence et l’ouverture prochaine, au 7, rue du Sauvage, de Copper Branch, un restaurant made in Canada 100% végétal. Cette franchise mulhousienne sera la cinquième à ouvrir dans l’Hexagone après Lyon, Nice, Angers et Strasbourg.

Thé ou café ? En permettant à des enseignes de tester le marché mulhousien sur une période donnée, le Pop-up store de la Cour des Maréchaux (1, rue du Marché) démontre son utilité. La preuve avec Omnino, micro-brûlerie alsacienne lancée en 2017 qui, après une période de test visiblement probante, a ouvert ses portes au 7, rue de l’Arsenal et propose du « café de spécialité » en dégustation, à emporter, en vrac mais aussi des accessoires et des jus de fruits. Les amateurs de thés, tisane et même de café ont certainement déjà repéré cette nouvelle adresse située au 14, rue de Fleurs. La boutique Théier Collection – Thés & Bien-être propose notamment 200 références de thés mais aussi des théières, tisanières, tasses et autres bouteilles isothermes.

L’appli Deliciously débarque !

Et une appli de plus ! Après Paris, Lille et Dieppe, Mulhouse est la 4e ville française à voir ses restaurants, cafés et bars être mis sous les feux de l’appli « Deliciously ». Via un système de géolocalisation efficace, l’appli, très facile d’utilisation (on l’a testée pour vous), recense d’ores et déjà une cinquantaine de (bonnes) adresses mulhousiennes et de sa couronne. Bien pratique notamment pour les touristes et les Mulhousiens en panne d’idées ! Gageons qu’au fil des semaines, l’appli gagnera en épaisseur, chacun étant libre d’ajouter gratuitement des commerces supplémentaires, via l’onglet « Soumettre une adresse ».

Application gratuite et téléchargeable sur l’Apple store (Iphone) et, à partir du 15 octobre, sur Google Play (Android).

Ecrivain public et photocopies. Au 4, rue de la Sinne, la Passerelle des mots est plus qu’un écrivain public dont M+ s’est déjà fait l’écho en proposant aussi une mini-papeterie où l’on trouve carnets, cahiers, trousses, stylos, feutres, matériel de calligraphie… À quelques mètres de là, au 1 bis, place de la République et à partir du 15 octobre, l’enseigne Copy & concept store ouvrira ses portes – comme le dit l’affiche – aux professionnels comme aux particuliers en proposant plusieurs prestations : photocopies, impression de documents, d’affiches grand format mais aussi reliure et plastification. Cette adresse proposera également un service d’encadrement et un espace de vente d’affiches.

Ça bouge, rue de Bâle ! Les projets et les programmes se multiplient dans le secteur de la rue de Bâle. Après la livraison du bâtiment « L’Almaleggo », situé quai de l’Alma, un nouveau projet voit le jour, rue de Bâle cette fois avec « La Fabrique » mixant, à l’horizon 2022, programme de logements, activités commerciales et professionnelles dans l’ancienne halle industrielle qui abritait l’enseigne Chronodrive (lire notre article sur mplusinfo.fr). Dans le prolongement de la rue de Bâle, les locaux du 40, rue de l’Ile Napoléon, désespérément vide depuis la fermeture du magasin Auchan il y a un an et demi, ont trouvé preneur depuis fin juillet avec l’arrivée de l’enseigne Intermarché.

Chiffres et tendances

Catherine Kohler

Le manager du commerce mulhousien est un adepte des chiffres. A l’image de ce qu’il avait déjà effectué à la sortie du confinement, Fréderic Marquet s’est une nouvelle fois emparé d’une enquête nationale portant sur le bilan de la saison estivale, menée à l’échelle nationale par L’Echommerces, média du commerce indépendant, pour la décliner en version mulhousienne. « C’est toujours important de faire un focus local et de voir comment se situe Mulhouse sur le plan national, cela permet de faire ressortir des tendances en cette période difficile », argumente le manager du commerce dont l’étude s’appuie sur quelque 118 retours de commerçants mulhousiens.

Sur l’ensemble des items, deux chiffres significatifs propres à Mulhouse sont à retenir. Pour près de 60% des commerçants locaux qui ont répondu à l’enquête, le niveau d’activité de cet été est stable, voire à la hausse, contre seulement 46% sur le plan national. Deuxième tendance lourde : 61% des commerçants mulhousiens sondés disent « rester confiants », contre 28% à l’échelle nationale.

« Ces chiffres reflètent la tendance estivale, ils seraient peut être différents en septembre qui a globalement été très difficile, comme partout en France, pour beaucoup de commerçants en raison de la situation sanitaire, tempère Frédéric Marquet. Cela dit, malgré le contexte difficile et incertain, qui a amené des enseignes nationales à décider de fermer certains de leurs magasins en centre-ville, comme pour Célio ou Camaïeu à Mulhouse, la dynamique des ouvertures d’enseignes est toujours d’actualité et les contacts avec de potentielles nouvelles enseignes se poursuivent. »

Suivez l’actualité du commerce mulhousien sur Facebook.com/MulhouseAmbianceShopping/

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

5 réponses à “Commerces : de nouvelles enseignes malgré la crise sanitaire

  1. Bonjour/Solü
    Attention à une certaine dynamique de l’activité en trompe l’oeil.
    Il y a des ouvertures que je qualifierais de « doublon » dont je doute de l’intérêt quant à la vitalité qu’elles insuffleraient à notre ville (la concurrence c’est bien mais trop de restauration/café/alimentaire à un moment donné pèsera sur la rentabilité de l’ensemble de ces secteurs ).
    C’est mieux que rien me direz-vous,surtout avec ce contexte ,mais faisons attention de ne pas nous réjouir de remplir les « unités commerciales vides » pour simplement les remplir et hypothéquer par là le véritable redressement commercial de notre ville à laquelle notre situation géographique tri-nationale confère un potentiel autrement plus important.
    Je constate aussi l’aspect « marché de niche » avec l’ouverture de certains commerces qui propose certes des nouveautés mais à mon sens ce n’est pas suffisamment consistant en soi pour en faire les moteurs d’une cité commerciale (ou place forte ?) en devenir …
    Pour le reste bons points pour le programme immobilier « La Fabrique » rue de Bâle ,sans doute l’effet Almalego.
    A ce propos ,je ne regarde plus du même œil ce coin de ville depuis la livraison de ce dernier ,j’y vois même de nouvelles opportunités le long du canal…
    Pourquoi pas ,après avoir démoli quelques horribles immeubles anciens et récents ,bâtir un nouveau « totem » encore plus audacieux qui offrirait la possibilité d’accéder depuis le pied de celui-ci à son bateau de plaisance,en créant un mini-port(3 à 5 bateaux )…
    Enfin rêvons ce qu’il y’a de mieux pour notre ville qui le mérite !

    1. Bonjour/Solü !

      Merci à vous pour ce commentaire à la fois mesuré et constructif. Nous essayons de faire au mieux, à notre mesure. Tout n’est pas du ressort de la Ville.
      Merci de souligner la dynamique engagée et à votre disposition pour échanger ensemble car votre vision me semble intéressante et certainement qu’elle pourrait alimenter nos réflexions pour consolider et amplifier encore le renouveau de notre ville.

      N’hésitez pas à prendre contact avec moi.

      Bien cordialement

      Frédéric Marquet
      Ville de Mulhouse
      Manager du Commerce
      frederic.marquet@mulhouse-alsace.fr

  2. héé ponchour !

    Pour attirer plus de commerces, serait-il possible de baisser (ou de faire baisser aux proprio) drastiquement les loyer commerciaux ?
    Connaissant quelques commerçants, je tombe parfois des nues en apprenant le prix de leur loyer …

  3. Dans cette ville de dégénéré on aime copier/coller, c’est alors qu’on se retrouve avec 2 Poulaillon presque l’un en face de l’autre. Idem pour les enseignes cosmétique, qui fleurissent comme des champignons. Je ne parle même pas des enseignes de vêtements, sport et kébabs que l’on retrouvent à chaque coin de rue.
    De ce fait, nous ne voyons pas l’intérêt de venir dans ce centre qu’il est loin d’être hyper, grandement déficitaire d’enseignes de bricolage, jardinage, déco, électroménager…..

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR