Suivez-nous :
Cinéma : ça tourne à Mulhouse ! | M+ Mulhouse

Cinéma : ça tourne à Mulhouse !

21 janvier 2021 à 17h53 par 7 9086

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Malgré la crise sanitaire, Mulhouse et son agglomération ont accueilli un nombre record de tournages de films, séries et courts-métrages en 2020. Une situation qui ne doit rien au hasard, fruit du travail et de la politique volontariste des collectivités territoriales.

Des longs métrages comme Une femme du monde, avec l’actrice Laure Calamy, les séries Meurtres à Mulhouse et En quête de vérité pour France TV, la web-série Le Somnambuliste pour Arte, des courts-métrages comme Mantra ou Partir en Poussière… En 2020, Mulhouse et son agglomération ont accueilli un nombre record de tournages, malgré la situation sanitaire, avec plus d’une soixantaine de jours de tournages effectifs sur le territoire. Une pente ascendante, après notamment l’accueil des tournages du film Les Crevettes pailletées et de la série Capitaine Marleau, en 2018, qui ne doit rien au hasard et tout au travail réalisé ces dernières années par les différentes collectivités territoriales, la Mission cinéma de Mulhouse Alsace agglomération (m2A) en tête.

Catherine KohlerL’actrice Laure Calamy sur le tournage d’Une femme du monde, début 2021, square de la Bourse.

« 2020 a été notre meilleure année, depuis la création de la Mission cinéma en 2017, confirme Christophe Devillers, directeur de l’Attractivité et à ce titre responsable de la Mission cinéma de m2A. La création de cette mission avait pour objectif d’attirer davantage de tournages dans l’agglomération en proposant un service identifié, un interlocuteur de confiance facilitant les tournages dans toutes ses dimensions : repérages de décors, mises en contact avec les différents services et acteurs de l’environnement local, solutions d’hébergements et de restaurations, mises à disposition de lieux de tournage et de matériel… L’autre mesure forte a été la mise en place d’un fonds de soutien à la production, un facteur décisif car nous ne comptons pas encore assez de techniciens locaux et les productions doivent donc faire venir et défrayer des techniciens depuis Paris ou Strasbourg. »

« Une impressionnante variété de décors »

Thomas IttyA DMC, sur le tournage d’Atomic Panda, en 2017.

D’un montant de 50 000€ chaque année, ce fonds d’aide à la production vient s’ajouter à celui de la Région Grand Est, avec qui la Mission cinéma travaille en symbiose. L’incontournable Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) fait aussi partie des interlocuteurs essentiels des producteurs qui souhaitent tourner dans la région. La Ville de Mulhouse est également partie prenante de cet effort collectif et propose du soutien logistique ou encore la mise à disposition gracieuse de certains lieux lui appartenant (tout comme m2A et la Région), qui sont utilisés comme décors, à l’image de la maison de la rue du Jura qui accueille traditionnellement la Stuwa de Noël, où s’est tourné récemment l’intégralité du court métrage Mantra.

Thomas IttyLa réalisatrice Josée Dayan au Conservatoire, lors du tournage de Capitaine Marleau, en 2018.

Et des décors potentiels, Mulhouse et sa région n’en manquent pas, des rues, bâtiments publics et maisons de la cité du Bollwerk aux anciens carreaux miniers du bassin potassique, en passant par les sommets des Vosges ou les sites industriels désaffectés. « On trouve ici une impressionnante variété de décors, les plus demandés sont les grands équipements désaffectés, que les réalisateurs peuvent facilement transformer, sans devoir investir beaucoup en aménagements, souligne Christophe Devillers. Il y a aussi des lieux qui « tapent » dans l’œil des réalisateurs, comme le Conservatoire de Mulhouse où Josée Dayan avait installé la gendarmerie vue dans Capitaine Marleau, ou encore la lande très caractéristique de Wittelsheim, qui avait séduit le réalisateur de Diversion, grand prix du court métrage au Festival de Gérardmer en 2019. »

Des retombées économiques conséquentes

Thomas IttyJean-Claude Dreyfus sur le tournage de Mes chers compatriotes, en 2018, au théâtre de la Sinne

Si le fait de retrouver à l’écran des décors locaux participe directement au développement de l’image de la région mulhousienne, ce n’est pas le seul effet positif de la multiplication des tournages. La présence des équipes de tournage crée aussi un sentiment de fierté pour les habitants et amène des retombées économiques conséquentes. « Il est établi, qu’en moyenne, 1€ investi par les collectivités pour accueillir un tournage rapporte 7€ de retombées économiques pour le territoire. » Si l’hôtellerie et la restauration sont les deux postes de dépenses les plus visibles, les salaires versés aux techniciens et comédiens locaux, ainsi que les dépenses annexes contribuent à l’économie locale. « Quand une équipe de 60 personnes passe un mois à Mulhouse, c’est comme si on accueillait 60 touristes qui vont fréquenter les restaurants et les commerces locaux ! »

L’écosystème local du cinéma est également sollicité et voit aussi ses projets accompagnés par la Mission cinéma avec l’objectif de développer les créations locales, à l’image du court métrage Le clou du spectacle du réalisateur mulhousien Olivier Arnold, avec le comédien Jean-Claude Dreyfus, tourné en février dernier au théâtre de la Sinne.

Territoire pilote pour les tournages écoresponsables

Thomas IttySur le tournage du Somnanbuliste, à l’automne 2020, à Mulhouse.

Si, pour l’heure, Mulhouse ne dispose pas encore d’une grande notoriété, ni d’une grande tradition cinématographique, malgré la naissance en ses murs du réalisateur de Ben-Hur, William Wyler, en 1902, les choses sont en train de changer et la Mission cinéma entend bien multiplier les projets innovants afin d’attirer l’attention.

Après l’accueil, en novembre 2019, de 200 producteurs français et allemand dans le cadre des Rendez-vous franco-allemand du cinéma, c’est en se positionnant comme territoire pilote pour l’accueil de tournages écoresponsables que Mulhouse pourrait bien continuer à tirer son épingle du jeu. « Le CNC fait du développement durable un enjeu important des tournages et nous souhaitons nous positionner pour offrir des ressources et des solutions aux productions accueillies. Ainsi, nous avons signé une charte avec l’équipe de Meurtres à Mulhouse et développé plusieurs solutions pendant le tournage : la collecte du tri personnalisé sur les différents sites du tournage, la mise en place de coffrets électriques pour éviter l’utilisation des groupes électrogènes, le remplacement des bouteilles d’eau par des gourdes avec de l’eau de Mulhouse… La cantine était également assurée par le restaurant PUR etc qui propose des produits locaux et de saison… »

Après une très belle année 2020, les projets ne manquent pas non plus pour 2021 qui devrait voir l’agglomération mulhousienne s’affirmer toujours plus comme une terre de cinéma. Moteur, ça tourne, action !

Meurtres à Mulhouse : « Ici, un accueil et une qualité de relation essentielle ! »

« Meurtres à… », est une collection d’unitaires pour France 3, également diffusée sur la RTBF, télévision belge et la RTS en Suisse, depuis 2013. Suivi par plusieurs millions de téléspectateurs, chaque épisode met en avant une enquête se déroulant dans une ville ou une région différente. Cet automne, l’équipe de tournage a passé deux mois, dont 21 jours de tournage effectif, à Mulhouse et dans sa région, le temps de filmer l’épisode Meurtres à Mulhouse, dont la date de diffusion n’est pas encore connue.

« Nous avons tourné dans différents lieux à Mulhouse, notamment à la Maison de la Région que nous avons transformée en gendarmerie, ainsi que sur la route des Crêtes, au carreau Rodolphe ou encore dans les mines Saint-Nicolas à Steinbach, explique Dominique Guérin, productrice chez Ping & Pong Productions. C’est le site du carreau Rodolphe qui a inspiré les auteurs, François Guérin et Jérôme Amory, pour écrire l’histoire, qui tournera autour d’une légende alsacienne bien connue… »

« Nous avons été plus que bien accueillis par toutes les personnes, partenaires et collectivités qui nous ont reçus. La Ville de Mulhouse, l’agglomération ou encore la Région ont été extrêmement attentifs à toutes nos demandes. Murielle Famy, chargée de mission cinéma et audiovisuel au sein de la Région Grand Est, Christophe Devillers, de la Mission cinéma de m2A ou Michel Woch, chargé du bureau d’accueil des tournages de la Région Grand Est, nous ont beaucoup facilité les choses, ils ont été accueillants et aidants dans tous les domaines. Cette qualité de relation est essentielle dans le cadre d’un tournage ! Et l’un des objectifs des acteurs du développement des tournages à Mulhouse est de créer un tissu de techniciens locaux, c’est essentiel mais cela prend du temps. »

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

6 réponses à “Cinéma : ça tourne à Mulhouse !

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR