Suivez-nous :
Autoréparation de vélos : faire soi-même, avec les Poto’cyclettes | M+ Mulhouse

Autoréparation de vélos : faire soi-même, avec les Poto’cyclettes

3 mai 2021 à 14h45 par 1 4285

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Réparer son vélo soi-même en bénéficiant de conseils d’experts passionnés. C’est l’essence de l’association Les Poto’cyclettes, qui propose des ateliers d’autoréparation de vélos tout au long de l’année.

« Tu utilises de l’huile ou de la graisse pour ta chaîne ? Attention, ta fourche est tordue, il faudra penser à la changer… » Au fond de la cour de la Maison des familles de Caritas, des passionnés de vélo partagent leur savoir-faire et leurs meilleurs conseils à tous ceux qui veulent se remettre en selle. C’est là, au 11, rue du Puits, que l’association Les Poto’cyclettes a installé son QG en 2018. « L’association existe depuis 2016, confie Cécile Germain-Ecuer, membre du CA et fondatrice de l’association. On s’était dit que ce serait pas mal d’avoir un atelier d’autoréparation de vélos. A Mulhouse, il y a beaucoup de gens qui ont un vélo, sans avoir le matériel ou le savoir-faire pour l’entretenir… »

Christophe SchmittL’idée des Poto’cyclettes : apprendre à faire soi-même en bénéficiant des conseils des bénévoles de l’association.

« Les gens sont capables de faire les choses eux-mêmes »

Dans une période où il est malheureusement aussi compliqué de trouver un vélo neuf à sa taille que de pouvoir passer une soirée entre amis au restaurant, retaper son vieux biclou peut être une bonne solution. D’autant que les réparations les plus courantes ne sont pas forcément les plus compliquées : changer un pneu ou un patin de freins par exemple. « Il y a des gens allergiques au cambouis, s’amuse Cécile Germain-Ecuer. Mais en général, les gens sont capables de faire les choses eux-mêmes et ils sont même contents de pouvoir le faire ! »

Rien ne se perd

Et que ce soit pour un vieux Peugeot de ville des années 60 ou un VTT récent, les membres des Poto’cyclettes ont toujours une solution. En plus d’y stocker leur outillage, semblable à celui d’un atelier professionnel, leur local est une véritable caverne d’Ali Baba, où sont entreposées d’innombrables pièces de rechange, prêtes à servir, comme des roues, selles, fourches… « Quand on désosse des vélos, il nous reste toujours des pièces qui peuvent resservir », expliquent les bénévoles de l’association, qui retapent également des vieux vélos et les revendent à des prix intéressants lors de bourses dédiées.

Christophe SchmittDe nombreuses pièces de rechange sont prêtes à servir.

La sécurité avant tout

Et qu’on se le dise : l’atelier des Poto’cyclettes est un atelier d’autoréparation. Ici, on ne dépose pas son vélo et on revient le chercher quand le travail est fini, on met les mains dans le cambouis, afin de repartir avec un vélo fonctionnel et un savoir-faire ! « La bicyclette, c’est mon moyen de m’évader, je ne peux pas me permettre d’avoir un vélo qui tombe en panne », lance Jean, bénévole depuis deux ans et heureux comme tout à l’idée de partager ses savoirs. « Je suis dans l’association depuis deux ans, je viens pour faire des rencontres et partager ce que je sais faire, surtout au niveau de la sécurité : là, je suis impitoyable », poursuit l’homme, qui s’affaire autour du vélo d’Antoine.

Besoin d’un expert

« Je cherchais un réparateur de vélos mais les délais sont longs, explique le jeune homme. Du coup, je me suis dit que je pouvais essayer de le faire moi-même : j’ai essayé de régler le dérailleur et je l’ai plus déréglé qu’autre chose ! J’avais besoin d’un expert pour m’aider, donc je suis venu voir les Poto’cyclettes ! » Une cotisation à l’association et trente minutes plus tard, le dérailleur du vélo d’Antoine est comme neuf et il saura même le régler lui-même la prochaine fois, objectif atteint pour les Poto’cyclettes !

L’adhésion à l’association (à partir de 10€) et la prise de RDV sont indispensables pour accéder aux ateliers.
+ d’infos sur potocyclettes.e-monsite.com et www.facebook.com/POTOCYCLETTE.

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

5 réponses à “Autoréparation de vélos : faire soi-même, avec les Poto’cyclettes

  1. Bonjour,une fois a l’occasion d’une manifestation ils avaient un stand place reunion ils ont mis une petite caisse pour que si on voulait donner un pourboire pour l’association j’ai mis un billet et je leur avais dit je passerai le mercredi prochain au local pour trouver une selle (elle m’a été dérobé au parc vélo place réunion devant caméra,) bref une fois au local leur responsable un monsieur d’1certain âge de taille mince sans sourire ni gentillesse a dit à son auxiliaire ne lui cherche rien et ne l’informe pas avant qu’il paye 15 euros et qu’il remplit le formulaire d’inscription à l’association j’ai senti que je suis chez Un commerçant méfiant « méchant » j’avais du mal à revenir et depuis mon vélo et chez moi sans siège ni le tube qui maintient ce dernier au vélo .merci l’association et merci la solidarité.

  2. Nous vous invitons à revenir vous expliquer. L’accès à l’association et aux pièces se fait via adhésion. Nous avons tjs rendu service et je suis très surpris de vos propos. Y a t-il un but particulier à cela ?
    Thierry

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR