Suivez-nous :

3 avril 2024 à 11h48 par 1 632 0

À l’école des métiers « verts »  

À l’école des métiers « verts »   | M+ Mulhouse
À l’école des métiers « verts »   | M+ Mulhouse

À l’école des métiers « verts »  

3 avril 2024 à 11h48 par 1 6320

Téléchargez notre application mobile pour Android ou pour iPhone !

Temps de lecture : 3 minutes

Déjà solidement implantée aux quatre coins de l’Hexagone, l’École de la transition écologique Etre débarque en région mulhousienne. Huit jeunes de 16 à 25 ans ont suivi une première session de formation autour de la découverte des métiers de l’environnement, concoctée par le Moulin Nature et la Maison de l’emploi et de la formation, qui devrait en appeler d’autres.  

Face A, 100 000 jeunes par an qui sortent du système scolaire sans diplôme en France. Face B, une projection de 340 000 emplois créés dans la sphère de la transition écologique d’ici 2035, selon l’Ademe. Une équation qu’Etre, comprenez École de la transition écologique, s’applique à résoudre, à son échelle, depuis sa création en 2017 à Lahage (Haute-Garonne). Après avoir essaimé dans toute la France, forte d’un réseau de 20 écoles, Etre s’exporte en région mulhousienne. Une première dans le Grand Est et l’une des dix écoles en incubation dans l’Hexagone.

« Sortir de sa zone de confort »

C’est dans ce cadre que huit jeunes de 16 à 25 ans se sont lancés, à tâtons, dans l’aventure. Au programme de cette première session, co-portée localement par l’association Le Moulin Nature de Lutterbach et la Maison de l’emploi et de la formation (MEF) Mulhouse Sud Alsace, avec le soutien de m2A et de la Ville de Mulhouse : un emploi du temps bien chargé, deux semaines durant, entre travail sur les savoir-être, découverte des métiers « verts », rencontres de professionnels et expérimentation des métiers du bois, de l’apiculture, du maraîchage, du recyclage et de la valorisation des déchets, cuisine participative et même grimpe d’arbres… Bref, du concret et un suivi individuel pour remobiliser et redonner des perspectives à cette frange de la jeunesse qui ne demande que ça.  « L’idée était non seulement de faire découvrir des métiers en tant que salarié et (auto-)entrepreneur, mais aussi de vivre une vraie belle expérience humaine en sortant de sa zone de confort. Ces deux semaines de remobilisation, c’est découvrir des métiers et retrouver un rythme, en arrivant à l’heure le matin, s’ouvrir aux autres et, au final, faire sauter les appréhensions les unes après les autres. Nous étions tout de même ensemble quatre jours sur sept, de 9h à 16h… », explique, enthousiaste, Samuel Muringer, éducateur et coordinateur de projet au Moulin Nature.

« Le maraîchage m’a vraiment tapé dans l’œil »

Catherine Kohler Plantations de myrtilliers à la ferme de l’Igeltal (Brunstatt),

Entre deux plantations de myrtilliers lors du dernier chantier collectif à la ferme de l’Igeltal (Brunstatt), les jeunes participants confirment, à l’image de Wiam, Marion et Idyamine : « En arrivant ici, la plupart d’entre nous ne connaissions rien à ces métiers, on a beaucoup appris, y compris sur nous-mêmes. Ce stage était une vraie belle expérience, en pleine nature, avec des rencontres, des prises de contacts avec des pros et des liens qui se sont noués entre nous, on a même créé un groupe WhatsApp ! » De là à imaginer travailler dans le secteur des métiers de l’environnement, il n’y a qu’un pas que certains s’autorisent à emprunter, à l’image de Lilian, 19 ans (« Je suis venu découvrir, le maraîchage m’a vraiment tapé dans l’œil »), alors que d’autres ont déjà pris date pour « des emplois de saisonnier pour les cueillettes d’asperges et de fraises ».

Le chiffre

63%, comme la part des jeunes qui sont retournés vers la formation et l’emploi, après leur passage dans une école Etre

Une solution d’insertion

Menée pour l’heure à titre expérimental, l’École de la transition écologique pourrait s’installer durablement sur le territoire de la région mulhousienne, dans l’objectif de proposer une solution d’insertion pour les jeunes de moins de 26 ans, sans emploi, peu ou non-diplômés, pour les former à des métiers d’avenir.  « Tous les éléments sont propices à une école Etre, sur un périmètre idéal de 39 communes à l’échelle de l’agglomération, mixant territoires urbains – avec six quartiers prioritaires Politique de la ville – et ruraux – avec 291 producteurs et 12 sites naturels – avec un taux de chômage de l’ordre de 8,4%, souligne Alexandra Walonislow, directrice de la MEF. On s’est dit que c’était le bon moment pour tenter cette expérimentation, avec Le Moulin Nature, et en lien avec les structures d’insertion, les organismes de formation, les missions locales, l’Ecole de la deuxième chance, les centres socioculturels… On espère voir le projet se concrétiser. » Même son de cloche du côté du Moulin Nature, par la voix de sa directrice Véronique Mateus : « Ce parcours de remobilisation de 15 jours, autour des savoir-faire et des savoir-être, est une première étape. On travaille déjà à un parcours de trois mois, en connexion avec les besoins du territoire en matière d’emplois, avec des réelles perspectives pour les jeunes ». Bref, ne reste plus qu’à transformer ce premier essai concluant en une École de la transition énergétique durable à l’échelle de la région mulhousienne.

+ d’infos : lemoulinnature.fr – 03 89 50 69 50

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR