M+ supplément thématique : « Mulhouse l'Épopée, Vos rendez-vous »
Suivez-nous :

Appli : Facilitez-vous la vie en téléchargeant l'appli

Elisabeth Lecq rejoint la French Tech Alsace | M+ Mulhouse

Elisabeth Lecq rejoint la French Tech Alsace

3 avril 2017 à 9h00 par 2 7760

Elisabeth Lecq vient de rejoindre l’équipe de la French Tech Alsace, une initiative collaborative qui valorise et développe l’écosystème des start-up en France et à l’international, en tant que référente thématique IoT Manufacturing. Elle travaillera aux côté de Guillaume Hert, coordinateur nouvellement arrivé. Interview

Elisabeth, quel a été votre parcours avant d’arriver à la French Tech Alsace ?

J’ai fait des études de droit à Strasbourg, un DEA en propriété intellectuelle, puis un LL.M à Berlin. J’ai exercé deux ans au Barreau de Mulhouse, avant de travailler sept ans chez des conseils en propriété industrielle. Je m’occupais de la protection et de la valorisation de la propriété intellectuelle, et plus spécifiquement de l’innovation avec les PMI et ETI industrielles.
Et puis mon envie d’être au contact de l’entreprise, d’aller vers l’entrepreneuriat, de travailler en mode projets a été le plus fort et j’ai décidé de changer de voie. Parallèlement, je constatais la transformation digitale qui s’opérait dans les entreprises. En 2016, j’ai suivi une formation à l’ISTA Business school dans le management e-business à Mulhouse, avant d’intégrer le projet KMØ.

Vous étiez donc déjà connectée à la French Tech Alsace ?

Oui. KMØ est le bâtiment totem de la French Tech Alsace. Ma mission était de créer un réseau regroupant entreprises digitales, industriels et start-up, d’identifier les besoins de chacun, de faciliter les collaborations et le co-développement. Trois projets sont actuellement en cours d’expérimentation : on devrait en entendre parler d’ici un an.

Quelle est votre mission en tant que référente thématique IoT Manufacturing ? Quels sont vos atouts ?

Nous sommes dans un monde digital, mais l’humain est primordial. Ma principale mission est d’être facilitateur, d’aider les porteurs de projets et start-up dans leur parcours et de créer du réseau à travers la French Tech, une marque nationale à vocation internationale. C’est un label fédérateur qui permet de donner de la visibilité aux start-up. L’objectif aujourd’hui est de fédérer tout l’écosystème alsacien, d’emmener les entrepreneurs dans la dynamique, de susciter les projets, les partenariats et l’investissement
Grâce à mes expériences passées, j’ai une bonne connaissance de l’écosystème industriel, R&D et digital régional. Aujourd’hui, je souhaite mettre mes contacts, mon dynamisme, ma compréhension de la transformation digitale à la disposition des entrepreneurs pour aider les start-up à grandir, permettre aux industriels d’externaliser la R&D…, le tout dans le but de développer l’innovation.

Quelles vont être vos premières actions concrètes ?

Le prochain grand rendez-vous sera le Salon des industries du futur, les 14 et 15 juin au Parc Expo de Mulhouse. L’enjeu est de mettre les start-up alsaciennes en avant auprès des grands groupes qui seront présents et en recherche d’innovation. Nous préparons aussi des voyages d’études et business au Canada, au Technion en Israël, et assurerons notre présence dans les grands salons nationaux et internationaux comme Hanover Messe, IFA Berlin… Il est important que les start-up puissent y être, rencontrer les partenaires, les financeurs…

Un dernier mots pour les entrepreneurs mulhousiens et alsaciens ?

Je reste à l’écoute des initiatives, et particulièrement dans l’innovation : e-nov campus, start-up week-end, start-up de territoire, bientôt le Tuba… Les projets qui fonctionnent et qui se montent sont nombreux. Alors si vous avez un projet innovant et que vous avez besoin d’un coup de pouce, venez me voir !

Renseignements : 07 89 25 80 53 – elisabeth.lecq@frenchtech-alsace.eu 

Print Friendly, PDF & Email

Discuter

Laisser un commentaire


En cliquant sur "laisser un commentaire", j'accepte que mon commentaire soit publié publiquement sur cette page et que mon adresse IP soit enregistrée pendant 3 mois et utilisée par mplusinfo.fr à des fins de modération.

M+, l'info de Mulhouse

GRATUIT
VOIR